Pirater drones américains 26 dollars Irak 26 dollars pour pirater un drone américain... 26 dollars pour pirater un drone americain 6522

Les drones américains sont piratables à l'aide de logiciels en vente libre sur Internet, à des prix défiant toute concurrence : moyennant 25,95 dollars et quelques clicks, les insurgés irakiens interceptent ainsi régulièrement les flux vidéo des aéronefs télécommandés de l'assaillant... Maman, j'ai piraté l'avion !

Piratage de drones US pour 26 dollars

Pour moins de 26 billets, n'importe quel amateur de téléréalité militaire peut s'offrir le logiciel SkyGrabber, en vente libre sur Internet, un de ceux qui permettent aux rebelles irakiens de pirater les flux d'images des drones américains, selon les bien innocentes indiscrétions recueillies par le Wall Street Journal. Le programme exploite une faille qui ferait hurler le premier étudiant en informatique venu : les communications entre les avions sans pilote et leur base se fait au moyen de communications non cryptées, donc ouvertes à toute personne en mesure de capter le signal. Une simple antenne fera l'affaire. Le logiciel ne permet pas de prendre le contrôle de l'appareil, ni d'interférer sur le cours de son vol. Mais il apporte tout de même de précieux renseignements, tels que les zones sur lesquelles les américains concentrent leurs efforts, les routes et les bâtiments surveillés et, éventuellement, les positions des forces adverses.

Un avion pas vraiment furtif...

Le gouvernement américain est au courant de la faille depuis la guerre de Bosnie dans les années 1990. Mais la corriger coûterait cher et ralentirait le rythme de livraison du matériel. Le Pentagone a donc parié sur le fait que ses ennemis ne s'apercevraient de rien... Sauf que depuis l'année dernière, les militaires yankees ont appréhendé à plusieurs reprises des insurgés irakiens en possession de fichiers vidéo enregistrés par leurs drones. Des "jours et des jours" d'enregistrements, selon un responsable, qui conclut que ce genre de piratage a désormais sa place dans la panoplie du parfait petit combattant.

... quelle drone d'idée !

Le problème, c'est que l'US Air Force a misé tout son avenir sur les avions sans pilote. Les drones comptent pour 36% des avions prévus dans le budget 2010 des Etats-Unis. Des jouets dernier cri qui coutent entre 10 et 12 millions de dollar l'unité. Mais ces bijoux technologiques sont tout aussi piratables que leurs prédécesseurs vieux de plus de quinze ans. La compagnie russe SkySoftware, à l'origine du logiciel SkyGrabber, affirme qu'elle ne savait pas que son programme pouvait être utilisé de cette façon. "Il a été conçu pour intercepter les musiques, photos, vidéo, programmes et autres contenus" téléchargés sur Internet, mais "pas les données militaires ou d'autres données commerciales", a déclaré son concepteur.

La défense antimissile sur eBay, les drones en libre accès... les Etats-Unis sont (les pieds dans le) béton, question défense...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

une excuse qui vient à point pour justifier le controle du Net

et des citoyens.

En France, on observe le matraquage anti internet par la télé d'Etat (chaines privées et publiques à l unisson), encore hier soir dans l ' émission de f.o. gisbert, orientée comme il se doit ... Il s agit bel et bien de faire entrer dans le crâne des citoyens qu Internet c est le mal et qu'il faut que le pouvoir UMPiste le contrôle ; et les decrets hadopi(re) sont comme par hasard repoussés à apres les regionales.

"USA : une table ronde sur le piratage entre ayants droit et sécurité nationale.
Joe Biden reste droit dans ses bottes. Fervent défenseur de la propriété intellectuelle, très proche des groupes de pression, il a organisé avant-hier une réunion pour aborder la problématique du piratage sur Internet. Parmi les invités, nous retrouvons de nombreux ayants droit et lobbys, mais également des responsables de la sécurité américaine." ...

http://www.numerama.com/magazine/14718-usa-une-table-ronde-sur-le-piratage-entre-ayants-droit-et-securite-nationale.html

"450 000 films piratés chaque jour = Année record pour le cinéma. Et sans Hadopi. Un petit rappel sous forme de captures picorées lors des débats parlementaires d'Hadopi 1.

Etc. On peut trouver pareils discours partout (voir la requête sur Google) au Sénat, durant les discussions autour de la loi de finances, sur le site du ministère de la Culture - et pas qu'une fois- dans les rapports parlementaires, les médias, à la TV, à la radio, dans la presse écrite, sur Internet, dans une pluie de dépêches... Partout ce chiffre de 450 000 films piraté chaque jour aura tourné en boucle, ad nauseum, face à des parlementaires prêts à pousser sur le bouton de leur pupitre.

Sauf que voilà.

Selon les dernières estimations de la direction des études, des statistiques et de la prospective du Centre national de la cinématographie, « la fréquentation cinématographique atteint 20,8 millions d’entrées au mois de novembre 2009, soit 14,8 % de plus qu’en novembre 2008. 178,7 millions d’entrées ont été réalisées au cours des onze premiers mois de l’année, soit 4,0 % de plus que sur la période janvier-novembre 2008. Sur les 12 derniers mois écoulés, les entrées dans les salles sont estimées à 196,58 millions, ce qui constitue progression de 3,8 % par rapport aux 12 mois précédents ». Une avalanche de chiffres qui ont une réalité économique.

Une année historique, jamais atteinte depuis 30 ans. Mais ce n'est pas tout : on attend maintenant près de 200 millions pour 2009, une hausse de 5% par rapport à l’an passé, ..."

http://www.pcinpact.com/actu/news/54634-hadopi-cinema-telechargement-450000-telecharges.htm

"Mais que font les pirates ? Le cinéma encore en hausse historique en 2009."

http://www.numerama.com/magazine/14727-mais-que-font-les-pirates-le-cinema-encore-en-hausse-historique-en-2009.html