étude américaine industrie pharmaceutique 85% nouveaux médicaments effets secondaires 85% des nouveaux médicaments sont inefficaces 85 des nouveaux medicaments sont inefficaces 7766

Selon une étude américaine, l'industrie pharmaceutique a créé un marché de dupes. 85% des nouveaux médicaments offrent "peu sinon aucun" avantage, tandis que leurs effets secondaires sont systématiquement sous-estimés. Et les patients avalent la pilule...

85% des médicaments inefficaces

Selon une étude menée par le Dr Donald Light, sociologue et professeur en politiques de santé comparées à l'Université de médecine et de dentisterie du New Jersey (aux États-Unis), "parfois, les compagnies pharmaceutiques cachent ou minimisent des informations sur les graves effets secondaires de leurs nouveaux médicaments et surestiment leurs avantages [...] Ensuite, ils dépensent deux à trois fois plus en marketing qu'en recherche pour convaincre les médecins de prescrire ces nouveaux remèdes. Les médecins peuvent ainsi obtenir des informations trompeuses et [involontairement] désinformer les patients sur les risques d'un nouveau médicament". Pas de quoi en faire une maladie...

C'est à la 105e réunion annuelle de l'American Sociological Association que Donald Light, habitué des publications prestigieuses (British Medical Journal, the Lancet) a lâché sa bombe. Selon son étude, environ 85% des nouveaux médicaments offrent peu sinon aucun nouveau bénéfice. Trois raisons principales à cette course à la camelote moléculaire :

- les essais cliniques sur les nouveaux médicaments sont à la charge des firmes pharmaceutiques elles-mêmes;
- des "pare-feux" juridiques permettent de cacher l'information sur l'efficacité ou les effets néfastes;
- le niveau d'efficacité attendu pour qu'un médicament soit approuvé est relativement bas. 

Le remède pire que le mal ?

Scandale du Vioxx : Merck savait dès 2001 que le Vioxx augmentait les risques de crise cardiaque

La force des firmes pharmaceutiques est de recruter des praticiens ayant pignon sur rue pour diffuser la bonne nouvelle (la sortie d'un nouveau médoc). "Les médecins, par inadvertance, deviennent ainsi des agents doubles - à la fois promoteurs du remède, mais aussi prescripteurs de confiance pour les patients". "Lorsque les patients se plaignent d'effets indésirables, les études montrent que leurs médecins sont susceptibles de les minimiser ou de les rejeter", affirme-t-il encore. C'est notamment le cas pour les statines, qui permettent d'abaisser le taux de Cholestérol. L'industrie présente cette pilule comme une merveille absolue, à tel point que d'aucuns se demandent s'il ne faudrait en distribuer gratuitement dans les fast-foods... malgré les preuves qu'ils pourraient faire plus de dommages que de bien.

Le cachet du labo faisant foi

En outre, les essais effectués pour tester les nouveaux médicaments sont loin d'être la panacée. Un "grand nombre" d'entre eux sont "incomplets, partiels ou hors normes". Par exemple, dans une étude portant sur 111 demandes d'approbation finale, "42% n'avaient pas suffisamment d'essais randomisés, 40% contenaient des erreurs dans les dosages, 39% ne relevaient aucune preuve d'efficacité clinique, et 49% ont soulevé des doutes au sujet de graves effets secondaires", a déclaré Donald Light.

Pour compléter ce tableau quasi-surréaliste, on pourrait ajouter que les firmes pharmaceutiques ne sont en aucun cas tenues de publier l'intégralité de leurs travaux. Selon deux études, entre 6 et 42% des essais cliniques réalisés par l'industrie pharmaceutique sont publiés. Que deviennent les autres ? Vingt essais sont négatifs ? Qu'à cela ne tienne, il en suffit de deux positifs - voire neutres - pour que la pilule passe sans encombre.

"La santé dépend plus des précautions que des médecins" [Jacques-Bénigne Bossuet]

[Sources : telegraph.co.uk, sciencedaily.com, telegraph.co.uk]

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

On comprend mieux pourquoi

On comprend mieux pourquoi les mutuellles veulent rembourser les médicaments en fonction de leur efficacité...

:-)

...

C'est drôle, ça rappellerait presque la manière dont sont autorisés les OGM..

Vivement qu'on nous explique comment les mutuelles vont faire pour trier l'efficace de l'inefficace. Gageons que les labos seront de la partie pour donner leur avis..

Quand le lobbying se fait à grand renfort de chèques sous la table, c'est déjà terrible mais quand les médecins qui ont une formation à la pharmacopée de 2 jours sur un cursus de 8 ans jouent le jeu de bonne foi c'est plus gênant..

Ca alors !

Moi qui croyait que les entreprises pharmaceutiques étaient des philanthropes...
Juste une remarque, sans remettre en cause vos sources : comment un sociologue peut-il juger de l'efficacité de médicaments ? Et c'est quoi exactement un professeur de "santé comparée" ?

Bonjour, "Comment un

Bonjour,

"Comment un sociologue peut-il juger de l'efficacité de médicaments ?"

C'est à dire que c'est un peu son job : Sociologue et "professeur en politiques de santé comparées" ("comparative health policy" en english, je ne sais pas vraiment comment le traduire, en fait).

J'ai modifié l'intitulé, au passage.

Son étude consiste en une analyse institutionnelle du fonctionnement de l'industrie pharmaceutique, et de son impact sur la société.

@micalement

Les médocs qui servent à rien

Pourquoi ne pas nationaliser l'industrie pharmaceutiques ?
Lobby, l'un des mieux représenté, auprès des élus de droite et de gauche.

En quoi une nationalisation

En quoi une nationalisation 46rendrait-elle efficace des médicaments qui ne le sont pas?

Inefficacité "prétendue" de 85 % des médicaments

En quoi une nationalisation rendrait-elle "plus efficaces" des médicaments qui ne le sont pas...

Bon sens

Les grandes entreprises pharmaceutiques ne trouvent plus rien en nouveau médicament car elles n'investissent plus dans la recherche (ceux qui bossent réellement en fait) au profit du marketing (les débiles en costume qui parasitent le travail des scientifiques).
Ils ont passé récemment un reportage sur ce sujet à la chaine parlementaire, pour une fois qu'il y avait une émission interessant à la tv...
Perso, vu que cette industrie permet d'assurer en partie notre survie, il est grand temps de la nationaliser.

les médecins pourtant le

les médecins pourtant le savent, aucun médicament n'est anodins, les grand public lui préfère qu'on lui donne un médicaments, parce que sans médicaments de nos jours, on ne se soigne pas, n'est ce pas ?

Le lien

Un lien très important :

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/democratiser-la-monnaie-80183#forum2664111

delienENlien

un lien encore plus important si vous voulez: soignez-vous.com,vous trouverez meme si je ne donne pas là l'adresse exacte...alala ce brave Bruno Darmon..

La médecine oficielle

La médecine oficielle d'aujourd'hui n'est plus une science et la plupart des médecins sont ou bien des ignorants ridicules et dangereux, ou bien tout droit des escrocs. Le jour viendra où les malades s'en prendront au couteau à leurs mésecins traitant. Plus vite ce jour viendra, mieux ça ira.

85% des nouveaux médicaments sont inefficaces

Et qui accorde l'autorisation de mise sur le marché à ces médicaments, justement ? L'état

Qui décide du remboursement de ces mêmes médicaments ? L'état

Qui achetait encore récemment des vaccins au mieux inefficace, au pire dangereux à coup de milliards et de campagnes d'intoxication pour les refourguer de force au mouton-électeur-contribuable, tout en offrant l'immunité juridique aux compagnies, sinon l'état ?

Qui a le plus contribué à l'instauration de cette santé de supermarché (je consomme, toute façon c'est remboursé par la sécu, m'en fous) ? Je vous laisse trouver la réponse.

La santé publique, une affaire qui marche que-le-monde-nous-envie-que-c'est-notre-modèle-socialeuh qu'il est merveilleux.