association Corporate Europe Observatory CEO Commission documents internes comprendre relations industrie tabac A la Commission européenne, la transparence fait un tabac a la commission europeenne la transparence fait un tabac 15694

L’association Corporate Europe Observatory (CEO) a demandé à la Commission de lui transmettre des documents internes pour comprendre ses relations avec l’industrie du tabac. Le résultat n’est pas piqué des hannetons…

CEO commission européenne tabac transparence

Depuis 2001, un règlement européen prévoit que tout citoyen en exprimant la demande se verrait fournir les documents réclamés. Spécialisée dans la chasse aux lobbies et aux relations obscures liant les industries et le pouvoir européen, l’assoce CEO a tenté l’expérience. Elle n’a pas été déçue !

La Commission lui a effectivement transmis les documents quémandés. Mais tellement caviardés qu’ils sont indéchiffrables ! D’une lettre de 14 pages de British American Tobacco, ne reste que 5% de lisible : quelques formules de politesse inutiles. Dans une autre relatant  une rencontre avec Philip Morris, même la date de la réunion, les auteurs et destinataires des courriers ont été effacés. Dans une autre, les maniaques du marqueur ont même supprimé les numéros des pages ! La Commission appelle cela : « un accès partiel ». Sans aucun doute.

CEO commission européenne tabac transparence

Mais il faut lire les explications de la secrétaire générale de la Commission Catherine Day pour comprendre. Selon elle, cette censure s’explique le plus naturellement du monde. Il faut à tout prix protéger l’« intérêt public » ! Mais lequel ? Celui des citoyens qui ne souhaitent pas voir leurs institutions manipulées par des lobbies ultra-puissants ? Oui, bien entendu, sauf… lorsque des intérêts commerciaux sont en jeux. C’est-à-dire tout le temps. Lorsqu’un document révèle quelques informations relatives aux stratégies commerciales des entreprises, par exemple, ou toute autre élément pouvant porter atteinte à leurs intérêts économiques, ou encore des infos sur les négociations de traités bilatéraux (US et Japon). Bref, seuls des documents évoquant la météo méritaient d’être publiés, selon elle. Et encore, pas sûr...

Et sinon, pourquoi les noms des auteurs / destinataires des courriers ont-ils été biffés ? Pour « préserver leur vie privée », comme un vulgaire citoyen lambda! Il fallait l’inventer...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :