Alex Segura FMI Sénégal mallette argent Sénégal Affaire Alex Segura : quand le FMI fait le lit de la corruption affaire alex segura quand le fmi fait le lit de la corruption 6208

Alex Segura, le dernier représentant-résidant du FMI au Sénégal, aurait reçu une mallette contenant une somme substantielle d’argent, à l’aéroport juste avant son départ de fin de mission du Sénégal.

N’ayant pu ouvrir la mallette cadenassée, à l’aéroport, il aurait réussi à composer un code avec quatre zéros dans l’avion. Découvrant la somme importante il aurait averti le comité d’éthique du FMI, et il aurait rendu la mallette à l’ambassade du Sénégal en Espagne, bien que d’autres versions ont circulé sur son arrestation à Paris, la remise de la mallette aux douaniers de Barcelone, etc.


 [Lire l'article complet sur hns-info.net]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

la sarkosie aussi

"Des réformes judiciaires qui encouragent la corruption.

La dégringolade de la France dans le classement de l'indice de perception de la corruption publié par Transparency International (sept places en deux ans, 24e rang mondial) devrait être un signal fort pour mettre la parole publique autour de l'exemplarité en accord avec les actes.

Malheureusement, la situation déjà très dégradée va devenir catastrophique : une émission récemment diffusée sur Canal+ l'a parfaitement décrite avec des images et des propos courageux qui tranchent avec le non-dit habituel. Elle va empirer si l'on rompt avec les obligations résultant de la convention européenne des droits de l'homme qui exigent un juge indépendant et l'accès à un procès équitable d'une part, le droit au contrôle de l'usage des fonds publics d'autre part." ...

http://www.rue89.com/2009/11/18/des-reformes-judiciaires-qui-encouragent-la-corruption-126464

"Vers la dépénalisation du délit de favoritisme ?

Des tentatives récentes de dépénaliser partiellement le délit de favoritisme ont été faites lors du travail de préparation des lois. ... Pour rendre acceptable l’idée qu’il faudrait dépénaliser le délit de favoritisme « non intentionnel » (article 131-20 du projet), la réforme propose de remplacer la responsabilité pénale des personnes fautives par une responsabilité financière qui serait mise en cause devant la Cour des comptes. Les fautifs pourraient subir des sanctions financières relativement lourdes (jusqu’à un an de salaire).

Sauf que les ministres ne seraient pas concernés alors que les élus locaux le seraient, et on se demande bien pourquoi.

Et puis, il faudrait pour que ce nouveau « délit » financier soit effectif que les élus mis en cause aient été « dûment informés de l’affaire », et qu’ils aient « donné un ordre écrit » imposant de commettre l’infraction à un de leurs subordonnés. Autant dire que ces preuves sont impossibles à réunir, les auteurs de tels actes en matière de marché truqué, évitant de laisser des traces écrites de leur forfait." ...

http://anticor.org/2009/11/17/vers-la-depenalisation-du-delit-de-favoritisme/#more-850