hommage Alain Bashung mort Reviens quand tu veux, Alain... alain bashung mort 3698

Alain Bashung est mort. L'artiste s'en est allé au terme d'une balade de 61 ans qui s'est achevée samedi après-midi. "J'ai eu tellement plus que tout ce dont je pouvais rêver"... Quand tu veux on remet ça, Alain. Salut l'artiste, et merci.

 

Alain Bashung

 

Hommage Alain Bashung Résidents de la république

Un jour je t'aimerai moins, jusqu'au jour où je ne t'aimerai plus.
Un jour je sourirai moins, jusqu'au jour où je ne sourirai plus.
Un jour je parlerai moins, jusqu'au jour où je ne parlerai plus.
Un jour je courrai moins, jusqu'au jour où je ne courrai plus.

Hier, on se regardait à peine, c'est à peine si l'on se penchait
Aujourd'hui, nos regards sont suspendus.
Nous, résidents de la République où le rose a des reflets de bleu
Résidents, résidents de la République, des atomes, fais ce que tu veux.

Un jour je te parlerai moins, peut-être le jour où tu ne me parleras plus.
Un jour je voguerai moins, peut-être le jour où la terre s'entrouvrira.

Hier, on se regardait à peine, c'est à peine si l'on se penchait
Aujourd'hui, nos regards sont suspendus.
Résidents, résidents de la République, où le rose a des reflets de bleu.
Résidents, résidents de la République, chérie, des atomes, fais ce que tu veux.

 

Hommage Alain Bashung vidéo Fantaisie militaire

Alain Bashung est mort Ma Petite Entreprise

Décès Alain Bashung Vertige de l'amour

Vidéos Alain Bashung Madame rêve

Vidéos Alain Bashung La nuit je mens

Vidéos Alain Bashung Osez Joséphine

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Alain l'enChanteur et le château d'O

Bashung s’en est allé avec l’extrême Élégance de l’artiste accompli, mais victime de ses sources inspiratrices, de ses addictions comme le résumerait l’approche clinique.
Sans être un inconditionnel de son œuvre musicale, quelques joyaux s’imposent comme autant de singularités esthétiques au riche pays onirique du créateur. Au premier rang, Madame rêve, où les vocables suggestifs de Grillet épousent les notes aspirantes de Bashung. Une ambiance ? Non, trop mesquin ! Un univers captateur d’émotions, oui, qui vous enroulent pour vous submerger. Une portée de grâce.
Cf. http://pamphletaire.blogspot.com

ciao bello

merci.