Sarkozy président Europe Sondages Traité Lisbonne Après le NON irlandais, l'Europe sens dessus-dessous, surtout dessous... apres le non irlandais l europe sens dessus dessous surtout dessous sondage presse politique sarkozy

Traité de Lisbonne ou pas ? Nicolas Sarkozy critique l'Union Européenne à tout va, José Manuel Barroso pique une grosse colère contre les "slogans populistes" de notre président. Du côté de la presse aussi, on s'y perd, on ne sait plus à quel sondage se vouer. On en viendrait presque à demander un référendum sur les sondages...

"Il faut continuer à ratifier le Traité de Lisbonne, tout en tenant compte du vote irlandais, mais sans pénaliser les autres pays". Telle est, synthétiquement, la position la plus répandue parmi les responsables européens. Malheureusement, selon sa propre définition, le Traité de Lisbonne aurait dû être mourir de sa belle mort suite au vote irlandais. Un peu comme si, dans un mariage, un des deux prétendants disait "NON" au maire, mais que celui-ci continuait tout de même la cérémonie en prétextant qu'on ne peut pénaliser l'autre...

referendum irlande traite de lisbonne

La commission européenne en guerre contre les "slogans populistes"

Beaucoup préconisent de faire revoter les Irlandais. Palme spéciale à Valéry Giscard d'Estaing, pour qui "l'objectif, ce n'est pas la ratification. C'est l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne" et qui demande donc un nouveau référendum. D'autres, par contre s'y refusent, en imaginant des montages plus subtils, comme la discrète insertion d'un amendement dans un texte au détour de l'intégration d'un nouveau pays dans l'Union. Ceux qui demandent l'arrêt de la ratification ne sont pas nombreux.

Mais en attendant, et comme il est impossible de reconnaître que ce Traité n'est peut-être pas aussi bon qu'on le dit, la meilleure technique est de trouver des bouc-émissaires bien choisis. Sarkozy a donc pointé du doigt "certains commissaires", en citant nommément Peter Mandelson. Mais Barroso craint que Nicolas Sarkozy se prépare dors et déjà à mettre sur le dos de la commission l'échec annoncé de sa présidence. Alors il réplique, et pas qu'un peu : "Il n'est pas possible de critiquer Bruxelles du lundi au samedi pour ensuite, le dimanche, demander à ses citoyens un vote favorable à l'Europe (...) Ce n'est pas avec des slogans populistes qu'on réussira à renouveler la confiance des citoyens dans l'Europe". Tous aux abris...

Et la presse, dans tout ça ?

Elle reproduit les commentaires de chacun, comme elle peut, en les agrémentant d'une nuée de sondages ô combien pertinents. Voyez-vous ça... Que voteraient les Français, aujourd'hui, à un référendum sur le Traité de Lisbonne : OUI à 56% pour le sondage CSA/Parisien et NON à 53% pour Ifop/Sud-Ouest. Aïe. Un sondage Eurobaromètre conclut que seuls 48% des Français estiment que "faire partie de l'Union européenne est une bonne chose pour le pays". Vient ensuite, le baromètre BVA/Les Echos, qui affiche moins de 31 % de sondés pensant que Nicolas Sarkozy peut faire repartir la construction européenne après le NON irlandais. Et, cerise sur le sondage, l'institut Viavoice pour Libération annonce que 43% des Français souhaitent un nouveau référendum en Irlande, 26% préférant que le processus d'adoption se poursuive sans Dublin et 24% que le traité soit abandonné. Ce qui signifierait que 69% des Français souhaitent que le Traité soit appliqué ! A ne plus rien y comprendre.

Si une chose est sûre, c'est que le Traité de Lisbonne sera appliqué, reste à savoir combien de pertes - politiques ou médiatiques - nous aurons à déplorer...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :