Aucun effet de la fiscalité sur l'expatriation des riches

Malgré moult allégements fiscaux, le taux de départ des ménages les plus riches est resté stable depuis 10 ans.

Expatriation ISF

Depuis 2002, les (imposantes) ristournes fiscales à destination des ménages les plus aisés se succèdent les unes aux autres. Et à chaque fois, c'est la même rengaine : "il faut faire revenir nos malheureux expatriés au bercail pour qu'ils recommencent à investir, et patati"... et patatras ! Selon une étude du syndicat Solidaires-finances publiques (ex-SNUI), le taux de départs est absolument stable depuis 10 ans. On aura juste oublié un détail : s'il y a effectivement deux fois plus d'expatriés fiscaux, c'est aussi qu'il y a deux fois plus de redevables à l'ISF (dû notamment à la hausse de l'immobilier). Et encore...

ISF expatriation
ISF expatriation

Plusieurs choses à retenir de cette étude :

  • Le bouclier fiscal n'a eu aucun impact sur le solde migratoire de nos pauvres riches
  • Une partie des départs est liée à d'autres raisons (personnelles, professionnelles...) que la fiscalité. Et il est actuellement impossible de savoir exactement ce qui a poussé ces 821 citoyens à quitter l'hexagone en 2008.
  • Les effets quantitatifs de ces départs sont tout relatifs : les expatriés continuant à posséder des richesses en France, environ 8000 de ces infortunés restent imposables à l'ISF en France.
  • Les chiffres concernant les départs sont faussés par le phénomène des "fausses expatriations". Certains redevables de l'ISF déclarent en effet s'expatrier... tout en continuant à vivre en France, frauduleusement. Un phénomène qui se solde par 150 à 200 redressements par an, pour un montant moyen qui atteignait 450.000 euros en 2011. Si peu...
  • Enfin, les retours ne sont quasiment jamais pris en compte. Or, en 2008 par exemple, 327 frenchies expatriés sont revenus en France. Un chiffre qui ne semble pas plus lié à la pression fiscale.

Donc, selon les données du principal syndicat de Bercy, en 2008, il y a eu : 821 expatriations, 327 retours, et au moins une centaine de fausses expatriations. Ce qui nous amène à un chiffre d'environ 400 départs réels (quelle qu'en soit la raison). Remarque : la France est le 3e pays au monde par le nombre de ses millionnaires en dollars, derrière les Etats-Unis et le Japon...
 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Merci.

Enfin ces informations que je cherchais en vain pour étayer mon article cassez-vous très riches con jusqu'à ce que par hasard je tombe sur votre article. J'ai plus qu'à éplucher le rapport de Solidaires. Car il manque une information : impacts de ces départs et retour en terme de montants (ou "d'abandon de poste").
Bon allez voyons les autres articles connexes.

(ps à supprimer : sinon, j'ai relevé une petite faute : quelque soit => quelle que soit, avt dernière phrase).

L'impact fiscal est imposible

L'impact fiscal est imposible à évaluer : mirobolant si vous prenez un taux plein d'imposition, riquiqui si vous prenez le taux d'imposition réel (intégrant bouclier + niches).

Faute corrigée. Merci
@micalement