Bayer condamné publicité mensongère One a Day Men s Sélénium Bayer, un "médicamenteur" parmi (tant) d'autres bayer un medicamenteur parmi tant d autres 8242

Une question : qu'attend-on d'un fabricant de médicament ? Du sérieux et de la loyauté ou... des bénéfices ? La réponse est dans la question.

bayer condamné

Mardi, le géant pharmaceutique allemand Bayer a finalement accepté de régler à l'amiable les plaintes déposées par trois États américains. En cause, le sélénium, vendu au sein du complément alimentaire "One a Day Men's", que la firme vantait depuis 2005 comme capable de "réduire le risque de cancer de la prostate". Preuves à l'appui.

Pas de quoi en faire une maladie... quoi que !

Sept ans et une étude scientifique à 118 millions de dollars (au frais du contribuable) plus tard, le National Institutes of Health faisait une trouvaille géniale : la pilule magique n'a en réalité aucun effet sur le cancer de la prostate. Par contre, le remède influe sur le diabète : elle en augmente le risque d'apparition ! Du coup, trois états ont porté plainte. Et qu'a-t-on découvert, lors de la brève enquête qui s'en suivit ? Que Bayer ne possédait aucune preuve scientifique fiable, qu'il s'agissait juste d'un slogan publicitaire mensonger !

Et les consommateurs ont avalé la pilule...

Mais rassurez-vous, ce genre de procès sera bientôt de l'histoire ancienne, car "le Congrès a supprimé les compléments alimentaires du programme de surveillance de la FDA" a affirmé Steve Gardner, un des avocats du procès. Exit, donc, ce genre d'études longues et coûteuses. "Le résultat est que l'industrie des compléments alimentaires est prise de folie, faisant toutes sortes d'allégations sans aucun fondement - bientôt rejointe par les entreprises agro-alimentaires" qui redoublent d'efficacité dans le domaine de la publicité mensongère... Que du bonheur !

Une histoire sans fin

En 2001, Bayer avait déjà "gonflé" les effets bénéfiques de ses médicaments : 14 millions de dollars d'amendes. En 2003, la firme avait surévalué le prix d'un antibio : 257 millions. En 2004, 66 millions pour pratique anticoncurrentielle. En 2007, 8 millions de dollars pour avoir "oublié" de prévenir les médecins qu'un de ses médocs (maintenant retiré du marché) présentait des effets secondaires graves. En 2007, 3,2 millions de dollars pour avoir prétendu, sans aucune preuve scientifique, qu'un produit faisait perdre du poids. En 2009, 20 millions pour avoir vendu avec légèreté un contraceptif oral. Un autre procès est actuellement en cours, sur cette même pilule, que des milliers d'Américaines accusent d'augmenter les risques de thrombose.

Même topo, d'ailleurs, dans le domaine des OGM. Contre toute logique scientifique, Bayer avait faussement affirmé que ses OGM ne diffuseraient pas dans la nature. Las, quelques dizaines d'hectares expérimentaux (!) de son riz génétiquement modifié ont contaminé... près de 30% de la surface rizicole des Etats-Unis ! Et les procès s'enchainent. On en est actuellement à 48 millions de dollars, et le géant vient d'annoncer avoir mis de côté 436 millions de dollars pour anticiper sur les prochains procès !

Mais, finalement... quelques millions de dollars de plus ou de moins, qu'est-ce que c'est ? Car pendant tout ce temps, elle en a écoulé, des tonnes de poudres et autres graines miraculeuses. Tiens, d'ailleurs, la joyeuse entreprise vient d'annoncer une hausse de ses profits.

Alors, pourquoi se gêner ?

 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Secteur à nationaliser

L'économie de la santé devrait être nationalisée ou, au moins, bien mieux contrôlée par les états. Lorsque le profit met en danger les vies humaines par millions, je crois qu'il faut peut-être se poser la question du capitalisme tout puissant.

Po(p)litiques : http://poplitiques.blogspot.com