210 millions euros Bernard Tapie 210 millions d'euros : Tapie se rit de la France bernard tapie 210 millions euros tribunal arbitral 7867

210 millions d'euros. Le nouveau jackpot d'Euromillions ? Non, la cagnotte que le Trésor public (c'est à dire le contribuable) s'apprête à verser à Bernard Tapie pour solde de tout compte. Nanard, le seul gagnant qui n'a pas tenté sa chance...

Bernard Tapie - 210 millions d'euros

Question à 100 balles. Qui a dit : "On est tombé sur la tête quand je vois le montant de certaines primes versées à des dirigeants, cela dépasse la mesure" ? Réponse à que dalle (donnée par le JDD du 30 mars 2009) : Bernard Tapie, le "sévèrement burné", celui-là même qui s'est fait des couilles en or... sur le dos de Marianne. Un sketch des guignols ? Non, la joyeuse réalité.

Si "on est tombé sur la tête", certains savent rebondir et retomber sur leurs pieds. C'est le cas de Nanard, qui vient de rafler la mise. Le trésor public (qui aura rarement aussi bien porté son nom) devra reverser quelques 210 millions d'euros à l'homme d'affaires, tous frais déduits, selon la ponte du jour du Canard Enchainé : 45 millions d'euros au titre du préjudice moral (snif), ajoutés aux 165 millions d'euros de dommages et intérêts pour sa petite entreprise, qui ne connait décidément pas la crise. Estimation globalement confirmée par la ministre de l'Economie et par l'intéressé, qui juge cependant la polémique "politique et inutile". "Je n'ai pas à m'excuser de l'argent qui m'est rendu. Il ne manquerait plus que ça", a-t-il affirmé sur Europe 1...

Une justice privée, à l'abri des regards

En juillet 2008, pourtant, Christine Lagarde avançait que Nanard ne devrait palper qu'entre 20 et 50 millions d'euros. Un pourboire. Or, le ministère de l'Economie disposait à l'époque de toutes les données pour ajuster son calcul. Curieuse erreur... pour une ministre qui maitrisait le dossier sur le bout des doigts, puisque c'est elle qui avait donné l'ordre de court-circuiter la justice ordinaire en nommant une commission d'arbitrage à la composition bien amicale, tout en fixant par avance les montants maxima d'indemnités à verser ! Et tout cela alors que, selon un avocat du Consortium de réalisation (CDR*), chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais, le parquet général de la cour d'appel de Paris qui devait rejuger l'affaire en dernier ressort venait tout juste de faire savoir qu'il considérait comme indues les exigences de Bernard Tapie... Mâme Lagarde, qui conseillait alors aux Français nécessiteux de rouler en vélo pour faire des économies, avait refusé de contester la sentence. Allez savoir pourquoi...

40 millions d'euros oubliés par la banque... et par la presse !

Tout ceci nous ferait presque oublier le reste... Et, notamment, cette affaire curieusement passée sous silence. En septembre 2008, devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale, le président du CDR Jean-François Rocchi a admis que son établissement avait tout simplement oublié de calculer les intérêts de retard dûs par Bernard Tapie pour ses multiples prêts. Sans rire, il déclarait : "Sans que l'on sache trop pourquoi, peut-être parce qu'elle était prise par l'urgence, la banque a produit une créance un peu rapidement en marquant, en face de la rubrique « Intérêts », la mention : « un franc (à parfaire) ». Et personne n'a jamais rectifié. Au bout de dix ans, il y a eu prescription". Montant du cadeau sous le Tapie : environ 40 millions d'euros, selon Challenges.fr ! Une broutille, au point où l'on en est...

Et dire que si la presse ne s'en était pas mêlée, tout se serait déroulé dans la plus grande discrétion, puisque le secret est un des fondements des procédures d'arbitrage. En passant, il y en a eu 349 en 2007. À faire pleurer un caribou...

(* : CDR : "structure de défaisance", pour le Crédit Lyonnais... incontestablement de bienfaisance, pour Bernard Tapie)

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Tapie qui rit, Tapie qui pleure...

D'aucuns prétendent qu'en échange de cette faveur, Nanard devrait se présenter en 2012 sous l'étiquette du Parti Radical de Gauche, histoire de couper l'herbe sous le pied des centristo-gauchistes.

C'est mal parti, il a séché l'université d'été du parti. Son excuse est béton : Son chien est mort cet été et il est "inconsolable". Nul doute que ces 210 millions le consoleront...

Lettre ouverte à Monsieur Tapie

Lettre ouverte à Monsieur Tapie
210 MILLIONS = 11667 années de SMIC
soit près de 20 ans de salaire pour les 600 salariés licenciés de Wonder, entreprise racheté par vous-même en 1984, ces licenciements entraîneront une augmentation de l'action Wonder de 560%.
Monsieur Tapie, je vous le demande solennellement, combien vos actions ont coûtés et continueront de coûter au citoyen que je suis ? Combien d'argent perdu par nous depuis que vous sévissez ? Merci de ne plus inonder ma boîte mél de vos promesses de gains pour votre nouvelle entreprise, vous vous êtes déjà assez enrichi sur mon dos, un peu de pudeur serait la bienvenue.

Valeur travail ?

Qui nous parlait de valeur travail déjà ? Mouhaha. Y’a bien que les pigeons pour bosser. Les vrais, eux, ils pillent l’argent national avec la bénédiction du gouvernement.

Et le pire, c’est que avec notre argent, il va encore monter une affaire (avec notre argent qu’il nous a spolié donc) où des gogos vont devenir ses clients. 

À quand le bûcher ou la potence pour ce genre d’escroc en col blanc ? Où est la justice ? Ah oui pardon, elle a été court-circuitée car elle ne semblait pas disposée à accorder à notre ami ce qu’il demandait ; ce qui en plus prouve bien qu’il ne mérite pas cet argent, que ce n’est pas de l’argent qu’on lui rend, mais bien de l’argent qu’il vole au peuple Français.

Que fait-on aux voleurs ?