Bisphénol A tickets de caisse Bisphénol A : Vérifiez vos tickets de caisse (mais évitez de les manger)... bisphenol a verifiez vos tickets de caisse mais evitez de les manger 7691

Si tout le monde est au courant que le bisphénol A a colonisé les biberons de nos bambins, peu savent que la molécule s'invite aussi sur les tickets de caisse de nos magasins préférés, à des concentrations plusieurs millions de fois supérieures et dans une forme bien plus volatile. A prendre avec des gants...

Bisphénol A dans les tickets de caisse

Deux études américaines viennent d'être publiées. Quoi qu'un peu légères, elles révèlent tout de même qu'entre 40 et 80% des tickets de caisse contiennent des quantités importantes de Bisphénol A : entre 3 et 40 mg. Sous une forme hautement volatile, puisque non liée, contrairement à la version "plastiques des biberons". Aurait-on trouvé la raison pour laquelle la molécule est détectée dans l'urine de 93% des Américains ?

Reprise d'article publié le 9 décembre 2009


Le bisphénol A est un composant synthétique qui se retrouve un peu partout, des biberons aux ciments dentaires en passant par les bouteilles d'eau ou récipients plastiques pour micro-onde. Le hic, c'est qu'une fois chauffé, le bisphénol A (BPA) peut diffuser, notamment dans l'alimentation dans le cas d'un passage au micro-onde. Or, le BPA agit comme perturbateur endocrinien. Il est ainsi impliqué dans des affections aussi variées que les problèmes de reproduction, l'obésité, les cancers du sein et de la prostate, le diabète, les dysfonctionnements thyroïdiens et les problèmes d'attention chez les enfants. L'exposition en bas âge peut en outre augmenter la prédisposition aux cancers. Pas moins.

A la recherche du ticket perdu...

John C. Warner connait le bisphénol A sur le bout des doigts. De 1988 à 1997, sévissant comme chercheur chez Polaroid, il travaille sur le développement de technologies d'impression à froid et sans encre, qui usent et abusent de la molécule. En 1997, il bifurque vers l'Université du Massachusetts, où il enseigne et étudie la "chimie verte". C'est dans ce cadre qu'un beau jour, il s'amuse à envoyer ses élèves récolter des tickets de caisse dans les supermarchés de la ville. L'objectif était de leur apprendre à utiliser un spectromètre de masse, un outil de torture scientifique permettant de connaître la composition moléculaire de n'importe quel produit.

Plusieurs millions de fois plus concentré et bien plus volatile

Le résultat est accablant : "Quand les gens parlent des bouteilles en polycarbonate, ils parlent de quantités de BPA de l'ordre du nanogramme", dit John C. Warner interrogé par ScienceNews, mais "la moyenne relevée dans les reçus de caisse qui utilisent la technologie BPA [une majorité] atteint entre 60 et 100 milligrammes". Soit un rapport de un à plusieurs millions, donc (la dose journalière admissible fixée par l'Union européenne est de 0,05mg/kg de poids corporel). Pire, cette forme de bisphénol A n'étant liée à aucun polymère, comme c'est le cas dans les biberons ou les bouteilles, elle est d'une grande volatilité, libre comme l'air.

Eviter de dîner sur le pouce

Les résultats de cette étude n'ont jamais été publiés, John C. Warner n'ayant pas rédigé de protocole scientifique digne de ce nom. Quant à savoir si le BPA peut pénétrer le corps directement ou indirectement à partir de la peau des doigts, et dans quelles quantités, rien n'est moins sûr... En attendant que des scientifiques se penchent sur le problème, d'ici une dizaine d'années peut-être, mieux vaudrait tout de même éviter de laisser trainer les tickets de caisse dans les biberons de vos diablotins... ou pas.

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Bisphenol-A et transparence à la française

http://www.ewg.org/book/export/html/28589

Si on s 'en réfère à l' article ci dessus, les niveaux de BPA sont très élevés. Suite aux analyses de BPA dans les deux classe de population examinées, il apparait que les sujets exposés "aux papiers thermiques" présentent 30% de BPA de plus que les autres personnes !!!

Sachant que l' on trouve du BPA partout, on peut imaginer que le risque est énorme pour les travailleurs manipulant ces papiers à tout instant.

QUESTION ?

Les quantité de BPA étant TRES SIGINIFICATIVES: 41 mg de BPA sur un ticket ( 3% de la masse totale).

"Il n'y a pas de raison de s'inquiéter outre mesure", a indiqué Marie-Hélène Loulergue, directrice adjointe à la santé alimentaire, au Parisien.

L'AFP a repris cette déclaration de la grande précheresse des technosciences.

Sur quelle étude se base cette personne pour nous affirmer qu' il n' y a pas de danger.

Sur l' article etatsunien, les autorités ont demandé de mettre en place des solutions alternatives sans BPA.

Les autorités américaines seraient elles plus honnêtes que les autorités sanitaires françaises?

Si vous avez des éléments de réponse...

Olivier

Bisphenol-A et transparence à la française

Bonjour,

sais-tu que le plus grand fabricant de papier thermique américain utilise depuis de nombreuses années du BPS et non du BPA? est-ce un hasard si les autorités américaines ont réagi aussi vite? sachant que les fabricants européens ont du se lancer dans une course à la R1D pour proposer deux alternatives : une avec BPS et une sans.

Qui se souvient que Mme Jouanno alors secrétaire d'état chargée de l'Écologie dans une interview donnée au Figaro a prévenu qu'avant de remplacer une substance par une autre il fallat vérifier que la remplaçante était moins nocive? Bizarement personne n'a repris ce raisonnement, préférant demander du sans BPA...

A qui profite la chose? et qui a intérêt à manipuler les foules ainsi? les fabricants américains? les fournisseurs de solutions e-documents, dématérialisation et autres solutions sans contact (ou encore ceux des technologie d'impression de données variables concurrentes), dont les terminaux contiennent un grand nombre de substances dangereuses pour l'environnement et dont l’empreinte carbone est plus négative que celle de l'industrie papetière? ou encore les journalistes qui mettent ce dossier en avant quand ils n'ont rien à dire...

Je vous laisse réfléchir et chercher les informations que l'on ne vous donne pas sur un plateau!

Michel.