BP catastrophe pétrolière Golfe Mexique Goldman Sachs Halliburton BP, Goldman Sachs, Halliburton : les rois du (déversement de) pétrole bp goldman sachs halliburton les rois du deversement de petrole 7634

Hasards ou coïcindences autour de la catastrophe pétrolière du Golfe du Mexique. BP, Goldman Sachs et Halliburton nagent en eaux troubles.

BP - Goldman Sachs - Halliburton

Vingt jours avant la catastrophe, Goldman Sachs, le monstre de la finance largement impliqué dans la crise financière, a vendu 44% de ses actions BP. Montant de l'opération : 260 millions de dollars. Quelques semaines plus tard, l'action chutait de 50%. Ce qui s'appelle avoir le nez fin. Tony Hayward, le patron de BP, a aussi sauvé les meubles en vendant un petit pactole de 2 millions de dollars, juste avant l'explosion de la plate-forme, soit environ un tiers de ses actions. Une broutille.

Un hasard ? Peut-être. Mais il serait intéressant de valider cette hypothèse... auprès de Peter Sutherland ? L'homme est plutôt bien informé. Ancien directeur général du GATT et de l'OMC, il est actuellement membre influent d'organisations aussi huppées que la Commission trilatérale et le groupe Bilderberg. Mais il est aussi président de Goldman Sachs (depuis 1995) et ex-président de... BP (1997 - 2010) ! Un homme bien sous tous rapports. Sauf, semble-t-il, pour la Commission Trilatérale qui a supprimé son CV et une bonne partie des articles le concernant de son site Internet (toujours disponible via le cache de web.archive.org). Même topo pour Lord Browne, ancien directeur général de BP et actuel administrateur de la banque d'investissement. En somme, BP a infiltré Goldman Sachs, banque bien connue pour avoir infiltré l'administration US. Un plan qui se déroule sans accros ?

Autre coïncidence frappante, dans cette catastrophe pétrolière, Halliburton a été mise en cause pour malfaçon. Dans la journée qui a précédé le drame, la firme avait participé à des opérations de cimentage sur la plate-forme de forage. La tuile. Mais huit jours auparavant, la société avait acheté pour 240 millions de dollars d'actions "Boots & Coots". Kesako ? Ni plus ni moins qu'une entreprise spécialisée dans... l'extinction de puits de pétrole en feu. Et hop. L'action a gagné 60% en quelques jours. Forcément, puisque la société a été appelée à la rescousse pour aider BP à colmater la fuite de pétrole.

Que le monde est petit...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

tut tut tut

Que vous êtes tatillon.
Laissez ces braves hommes réparer cette fuite, qui n'est du qu'à la FATALITE.

Quand on ne veux rien voir...

C'est juste que des fois, il faut s'ouvrir les yeux M. l'anonyme. Je présume que pour vous le 11 Septembre était une fatalité? Ici encore une fois y'a des indices flagrants d'irrégularités qui nous démontre que certains en savait plus sur ce qui allait se produire. Brave gens mon oeil! Ils sont tous corrompu jusqu'à la moelle. Ils ne pensent qu'à l'argent. Si cela n'est pas intentionnel, c'est de la pur négligence criminel. Ce n'est pas pour rien qu'il y a un black out médiatique et un état policier que BP à installé tout autour du Golfe. Le Corexit qui est encore plus nocif que le pétrole qu'est ce qu'on en fait? ils en on déversé partout et continue de le faire. Les gens autour tombent malade et on tente de cacher et de minimiser l'affaire. Ouvrez-vous les yeux ma foi!!! Sinon on va finir comme les pélicans englués de pétrole.