CIMADE Centres rétention 22 aout 2 septembre 2008 Des centres de rétention aux zones de non droit... sans passer par la case Cimade des centres de retention aux zones de non droit sans passer par la case cimade

Le 22 août dernier, par décret, le ministère de l'Immigration a mis fin à l'habilitation de la Cimade à visiter tous les centres de rétention de France, qui courait depuis 1984. Un appel d'offres a été passé, qui divise la France en huit "lots", et qui contraint les "personnes morales" élues à un devoir de neutralité et de... confidentialité.

loi décret cimade centres de rétention

La Cimade est un cauchemar pour le gouvernement, qui ne s'en cache pas. Avec RESF, elles furent, quelques heures seulement après l'incendie du centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes, les cibles d'attaques frontales de la part du gouvernement et de sa sphère UMP. Frédéric Lefebvre a même demandé qu'une enquête soit menée pour déterminer les responsabilités pénales de ces organisations. Leur faute ? Avoir alerté les pouvoirs publics des conditions inhumaines de rétention des étrangers en voie d'expulsion.

Brice tout puissant

Aujourd'hui, la Cimade est la seule organisation habilitée à visiter les centres de rétention, à des fins d'information et d'aide juridique aux détenus en attente d'expulsion, un droit fondamental. Elle publie régulièrement des rapports accablants et n'hésite pas à tirer la sonnette d'alarme sur des situations critiques. C'est  notamment ce qui s'est passé pour le CRA de Vincennes, bien avant que n'éclate l'incendie de juin, la Cimade avait alerté le pouvoir sur les "conditions d'existence détestables, le climat de violence et d'humiliation, dont souffraient les étrangers retenus". N'en jetez plus !

Appel d'offres au mieux offrant

Dorénavant, pour être autorisée à visiter les CRA, la Cimade devra participer à l'appel d'offres lancé le 2 septembre par le ministère de l'immigration, subtilement divisé en huit lots. En clair, l'aide aux détenus sera assurée par une multitude d'intervenants privés, le terme "association" a été remplacé par "personne morale". La SARL du coin pourra tout aussi bien faire l'affaire... Finis la centralisation de l'information, la mutualisation des compétences, les "objectifs humanitaires". La raison officielle ? La suppression du "monopole" de la Cimade, pour Brice Hortefeux... L'oeuvre humanitaire sacrifiée sur l'autel de la concurrence libre et non faussée. Un comble... Selon Laurent Giovannoni, secrétaire général de la Cimade, "les textes semblent indiquer qu'il ne va pas être possible pour les associations de se présenter en groupement", au cas où certaines auraient l'idée de s'aider mutuellement...

Silence dans les CRA

Pire encore, les textes évoquent, parmi les obligations auxquelles seront soumises les associations concernées, un inquiétant "devoir de neutralité et de confidentialité". Cela interdirait purement et simplement la fonction fondamentale de témoignage sur la question éminemment sensible du respect des droits humains. Quelle peut bien être la justification d'une telle mesure ? Aucune réponse pour l'instant du ministère qui refuse de communiquer sur ce point.

Les postulants ont jusqu'au 22 octobre pour répondre à l'appel d'offres. Avis aux amateurs... Le ministère a défini plusieurs critères pour départager les candidats. Outre un "minimum de connaissances juridiques" et "la maîtrise de l'anglais", le principal reste, de l'aveu même de l'administration, le "prix de la prestation", qui comptera, à hauteur de 40 %, dans la décision finale. Pour l'instant, la CIMADE refuse de postuler, attendant de rencontrer Brice Hortefeux afin qu'il s'explique sur ces textes, totalement contraires à ses engagements.

Rompez !

(Sources : Les mots ont un sens, Libération, L'Humanité, Legifrance, Cimade, RESF)

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Omerta sur les CRA

J'ai relayé sur mon blog cette information qui, à mon avis, n'a pas eu l'écho nécessaire. Merci pour l'info !