Interdiction Di-Antalvic Afssaps cause Le Di-Antalvic retiré du marché, dans la douleur... di antalvic interdit france dans douleur 4861

Le Di-Antalvic - médicament antidouleur - devra être retiré du marché d'ici un an. Il aura fallu une recommandation de l'agence européenne du médicament (EMEA) pour que l'agence française (AFSSAPS) se décide à décider. Cette sentence met en lumière les contradictions du système français d'évaluation des médicaments...

Interdiction du diantalvic, antidouleur responsable de décè

Plusieurs pays européens (Suisse en 2003, Suède en 2005, Angleterre et Pays de Galles en 2007) ont interdit l'association dextropropoxyphène + paracétamol contenu dans le Di-Antalvic. Leurs études de risque montraient que les dangers étaient bien supérieurs aux bienfaits supposés. 65 effets indésirables graves (notamment) ayant été recensés dans la base de pharmacovigilance américaine en 2006 et 2007, un comité de spécialistes réunis en janvier 2009 par la Food and Drug Administration (FDA) s'est prononcé pour son retrait du marché américain. En France, rien de tel. En 2005, l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) "n'a pas identifié de risque pour la santé publique comparable à celui observé en Suède et au Royaume-Uni et n'envisage pas de mesures particulières concernant ces produits".

Un médicament, deux molécules, trois possibilités

1/ Les agences étrangères sont-elles incompétentes ? Non, concluait alors l'AFFSAPS, reconnaissant la validité des études négatives mais n'arrivant tout simplement pas à les reproduire en France. 2/ Les Français sont-ils plus résistants que les autres ? Il semblerait bien que oui, à moins que... 3/ des biais méthodologiques (argument largement utilisé pour retoquer les multitudes d'études négatives sur les médicaments) se soient introduits dans les études de l'Agence ? Ça serait gênant... car une grande partie de ses rapports seraient alors remis en cause. Gênant, mais pas impossible. Petit détail, selon l'étude Medic'Am de la Caisse nationale d'Assurance maladie (CNAM), l'association dextropropoxyphène + paracétamol a été au deuxième rang des médicaments les plus prescrits en 2006 - environ 48 millions de boîtes - derrière le paracétamol - environ 192 millions de boîtes.

Un "nuage de Tchernobyl"... en comprimés !

Le Di-Antalvic, opiacé faible pouvant s'accumuler dans l'organisme, provoquer des intoxications et des problèmes pychiatriques et cardiaques notamment, est donc banni de France, sur recommandation de l'agence européenne, qui a débuté son étude en... janvier 2008 ! "Plus de 500 jours pour la réévaluation de l'association dextropropoxyphène + paracétamol alors que les risques mortels sont connus depuis plusieurs années", s'indigne Prescrire (la seule revue médicale française indépendante de l'industrie pharmaceutique) dans son numéro de juillet, dénonçant "les lenteurs de l'agence européenne du médicament". "Cela ressemble au nuage de Tchernobyl : les dégâts qui s'arrêtent aux frontières" a lancé le Dr Toussaint, responsable de la revue, qui rappelle qu'à cette heure, il n'est toujours pas "démontré que l'association dextropropoxyphène + paracétamol soit plus efficace que le paracétamol seul".

A 11h40, l'action Sanofi-Aventis perdait près de 8% à la bourse de Paris. En plus du Di-Antalvic, un autre médicament phare de la firme est menacé : le Lantus. Une étude américaine en cours pourrait dévoiler un risque accru de cancer. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas...

Citation du jour : "On a trop souvent tendance en haut lieu à accumuler les raisons de migraines sans prévoir de remède". [W.C. Fields]

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Di-Antalvic et Sanofi

Comme je l'avais indiqué ici :
http://menilmontant.numeriblog.fr/mon_weblog/2009/06/di-antalvic-modalites-et-cout-dun-retrait-annonce.html
Sanofi-Aventis ne représente que 10% du di-antalvic (7,4 millions de boîtes en France, sur 70 millions, chaque boîte à seulement 2,35€ et 2,06 en générique).

Le chute de l'action (qui s'est redressée de trois point jeudi et a replongé vendredi) n'a strictement aucun rapport, mais est liée à des rumeurs de cancer sur un médicament. des contre-études sont en cours.

Si le di-antalvic était si dangereux que cela, comme tout médicament retiré en France, il le serait en un mois. Or il le sera en environ un an (la durée n'est pas certaine) à ce que m'a expliqué la responsable de l'Afssaps que j'ai eue pour ce sujet que je surveillais de longue date, car il me concerne directement.