février 2009 sites filtrés réseau Australien web gouvernement En Australie, deux tiers des sites Internet censurés n'ont aucun rapport avec la pédophilie en australie deux tiers des sites internet censures n ont aucun rapport avec la pedophilie 6060

L’Australie, autre grande démocratie séduite par les charmes du totalitarisme et de la censure, a une sérieuse longueur d’avance sur la France et sa loi Loppsi qui compte également, sous le prétexte de lutter contre la pédophilie, mettre en place des listes noires de sites web qu’il sera impossible de consulter sur le territoire national.

Malgré de nombreuses manifestations, l’opposition des fournisseurs d’accès à internet qui qualifient l’idée de ridicule et une opposition féroce des parlementaires Australien (bien moins godillots qu’au parlement Français) le gouvernement Australien a persisté dans la censure, et ni les quelques ratés dans la mise en oeuvre, ni la facture de 189 millions de dollars (environs 108 millions d’Euros) ne l’on arrêté.


 [Lire l'article complet sur fr.readwriteweb.com]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

ACTA : une pétition pour lever le secret defense

"Alors qu'aujourd'hui marque le début d'une nouvelle série de négociations sur l'ACTA, un accord international secret touchant à la propriété intellectuelle, l'organisation non-gouvernementale Knowledge Ecology International a envoyé une missive à Barack Obama, lui demandant de lever la barrière du secret-défense. De nombreuses ONG s'élèvent en effet contre l'idée qu'un traité sur le droit d'auteur serait lié à la sécurité nationale.

Négocié dans la plus grande opacité, l'Accord Commercial Anti-Contrefaçon (ACTA, Anti-Counterfeiting Tade Agreement) est une chose bien mystérieuse. Tout juste sait-on que son principal objet concerne les droits de la propriété intellectuelle et la lutte contre le piratage, grâce à une fuite en mai 2008. On avait alors appris que ce texte faisait suite aux accords de l'Organisation Mondiale de la Propriété de 1996." ...

http://www.numerama.com/magazine/14424-acta-une-petition-demande-a-obama-de-reveler-le-contenu-du-traite.html