scandale accord France Vatican Enseignement Supérieur Cet accord avec le Saint-Siège qui s'assoit sur la laïcité enseignement superieur accord saint siege s asseoit laicite 4289

Un dimanche, c'est le jour que Nicolas Sarkozy a choisi pour publier au Journal Officiel un décret qui torpille un des piliers de la laïcité : désormais, la France reconnaît les diplômes de l'enseignement supérieur catholique à égalité avec les diplômes publics. Dans un silence médiatique assourdissant.

Décret - accord entre la France et le Vatican sur les diplômes de l'Enseignement supérieur

Dans son discours de Latran du 20 décembre 2007, Nicolas Sarkozy jugeait "dommageable" que les diplômes des universités catholiques ne soient pas reconnus par l'État français. Le "dommage" est maintenant réparé. Le décret du 19 avril précise urbi et orbi que cet accord vaut pour "reconnaissance mutuelle des périodes d'études, des grades et des diplômes de l'enseignement supérieur". Sont concernés le baccalauréat, la licence, le master et le doctorat. De fait, la loi de 1880 qui préservait l'autorité unique de l'Etat en matière d'attribution de diplômes est abolie.

"Proprement inacceptable"

Le 18 décembre dernier, la France et le Vatican avaient signé un accord préalable, soulevant des volées de critiques, notamment de la part de la Conférence des présidents d'université qui l'avait jugé "proprement inacceptable". Gênés aux entournures, Bernard Kouchner et Valérie Pécresse avaient alors publié un communiqué précisant que seules les "disciplines canoniques" étaient concernées et que les universités conserveraient le droit de reconnaître ou non les diplômes visés par le Vatican. Les mécréants étaient ainsi invités à retourner méditer leur sujet...

Un décret tout puissant

Las, le décret publié prévoit que seule la Congrégation pour l'Education catholique peut définir la "liste des institutions ainsi que des diplômes concernés", dans tous les domaines, autant sur le sol du Vatican que dans l'hexagone. En outre, la reconnaissance des diplômes - profanes (économie, médecine...) ou canoniques (théologie...) - par les universités françaises est automatique.

Cette législation est issue du "processus de Bologne", par lequel les États européens se sont engagés à établir d'ici à 2010 un "espace commun de l'enseignement supérieur" qui devait voir la naissance de diplômes européens reconnus par tous. Sauf que le décret va largement au delà des propositions émises dans ce cadre, qui ne prévoyaient aucune automaticité, pas plus qu'il ne devait concerner les diplômes nationaux.

Nicolas Sarkozy bientôt canonisé ?

"Lorsqu'il s'agit de morale, l'instituteur n'approchera jamais le curé ou le pasteur" clamait Nicolas Sarkozy, lors de son discours de Latran. Et lorsqu'il s'agit d'éducation ? Pas mieux, si l'on s'en tient à ce décret. Un des piliers de la laïcité, la loi de 1880 entérinée en 1905 par la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat, vient d'être torpillé... dans une indifférence médiatique quasi-générale.

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Et alors?

En quoi la reconnaissance à égalité pourrait torpiller la laïcité, et par extension ce qu'elle est censée protéger, la tolérance religieuse?

On aurait parlé d'une menace sur la souveraineté de l'Etat, j'aurais compris, mais là...

"Lorsqu'il s'agit de morale, l'instituteur n'approchera jamais le curé ou le pasteur"
Je n'ai jamais eu un instituteur qui parle de morale, ni un curé parler du fonctionnement de l'Etat ou du Théorème de Pythagore. Les instituteurs n'ont d'ailleurs pas à parler de morale ou à convertir l'élève vers tel ou tel style de pensée. Ah, en Amérique on a les télévangélistes, en France on a les pudibonds laïcards conspirationnistes.

Moi non plus. Que le Vatican

Moi non plus. Que le Vatican nous sorte un master "Bienfaits de la religion catholique, méfaits des autres religions" ou "De la supériorité de la foi chrétienne sur la laïcité républicaine", je n'y vois pas d'inconvénients. Et que l'Etat français sanctionne ce master d'un diplôme reconnu par la République laïque, ça me parait tout à fait normal...

Il est où le problème ?

;-)

Ce que je veux dire, c'est

Ce que je veux dire, c'est que qui se ferait engager avec un diplôme pareil. Je ne suis pas chrétien, mais déclarer d'un coup que Vatican=Intolérance religieuse et compagnie place directement l'accusateur dans le rang des intolérants.

Cordialement ;)

Pourquoi reconnaître ce

Pourquoi reconnaître ce droit à l'église catholique. De quelle égalité parle t-on? La seule morale que je reconnaisse est celle de la loi et de la république, c'est à dire pas une "morale" mais des lois (pensées par des citoyens) qui s'adaptent à la société, non des dogmes où la femme et l'homme ont des droits différents. Donner du pouvoir temporel à la religion c'est en faire perdre aux citoyens. l'église refuse la laicité mais accepte que nous reconnaissions ses enseignements. C'est un jeux très dangereu qui peut mener, plus tard, à des dérives obscurantistes.

L'avantage de la laicité c'est de dire que toutes les religions ont le droit de cité. Qu'elles seront respectées et protégées par la république, que les cultes sont libres, que ce n'est pas à l'état de dire telle religion est mieux qu'une autre, et pourtant...c'est ce que l'état vient de faire. Le président Sarkozy vient de rompre l'égalité.

Sarko et ses troupes

Ca y est le courant judeo-orthodoxo-jesuite qui soutient Sarko depuis Neuilly et des années a gagné contre les lumieres..
Les bons samaritains croyants nous l'ont mis où je pense..
Il serait bien qu'ils se souviennent que la terre n'est pas un freesbee et qu'elle tourne meme si Galilée n'a été reconnu par l'Eglise qu'en 1992.. si si je me trompe pas!

Le chevalier de la Barre a de quoi se retourner dans sa tombe.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chevalier_de_La_Barre

J'ai les boules Coco..

GEKEDEGENBE

ça participe de son désir hysterique

de tout foutre en l'air pour tout refaire à sa maniere, en futur tsar, les trs riches et l'Eglise à ses cotés, comme au bon vieux temps des monarques.

quelle saleté, ce type !

Ane

Et d'ailleurs comment le vatican peut-il accepter de nommer chanoine du latran ce deux 2 fois divorcé ???

ane

Hypocrisie de l'église, politique du vatican....

Ne nous trompons pas...

Alors là, je suis dubitatif.
Le seul problème est-il celui de la laïcité ? Le danger n'est-il pas de voir les diplômes délivrés par des universités "privées" reconnus au même titre que ceux des autres universités ?
Cette décision m'interpelle plus sur la mise en libre concurrence déguisée du service d'enseignement supérieur...

Enseignement

Rendons à Céar ce qui appartient à Cézar. Les question sociales, educatives, economiques reviennent aux responsables d'un état. Ou l'église se porte elle garante ?
Les questions spirituelles reviennent à l'église. Sauf que maintenant y a les psys.
Il va falloir vraiment se relever pour faire grandir nos enfants, religions, opinions politiques diverses
S'unir ce serait pas mal pour voir l'essentiel,
Quand on aura 40 ans, on en aura plus 20,
Candy

PS j'adore la petite question de math

Un dimanche...

Le jour du seigneur....
On sait déjà que le gouvernement profite des périodes d'acalmies politiques pour publier leurs conneries, rien de nouveau.
"reconnaissance mutuelle", (j'essaie de comprendre, je vis dans une grotte préfabriquée aux monts d'arrées.), ca veut dire que le saint état reconnais les diplômes catho et que les cathos reconnaissent les diplômes d'état ?
L'église n'a d'autre choix que de fermer sa gueule quant aux choix universitaires (et derrière, économiques, sociaux, humains) dans un état laique. Ce décret leur donne le pouvoir de remettre en cause la validation des cursus étatiquement établis ?
C'est ce que mutuel signifie. Je comprends de cet article que c'est plutôt l'état qui va être amené, via notre nain national, à reconnaitre des diplômes issus de l'enseignement catholique.
Il me semble que c'est déjà le cas. J'ai un diplome de l'université catholique de l'ouest (la catho pour les intimes), J'ai pu rentrer en licence (état)avec un deug de cette université. Pour moi Dieu (comme on l'appelle)n'est autre que le Nom (sens)que nous mettons sur nos tabous et interdits comme une illustration de l'inconscient collectif humain. Ettous ces dieux illustrent un tas de cultures différentes. Mais au fond, nous voulons juste tous croire à la meme chose, une suite après la vie....
Je m'égare Edgard, c'était pour dire que je ne croyais en aucun dieu, ici bas ou ici haut, mais à l'université catho, j'ai fait un deug bien plus enrichissant que ce que la fac me proposait. 36h de cours au lieu de 15, des matières telles l'expression corporelle ou des groupes de parole.
Cependant, il est essentiel de promouvoir l'université (l'école et l'éducation), de ne pas mettre ce genre de débats entre les mains de l'église.
Un extrait du deuxieme sous-sol de Nova ce soir, l'homme gagne en liberté en s'affranchissant de l'emprise de la religion (celle inventée par les hommes).... Croire comme nous sommes, rien d'autre ne compte.
Edgard m'a laissée tomber (quel con aussi cet ange gardien!). Il se barre dès que ca le fait chier.
Question : Ou l'église peut intervenir dans la reconnaissance de diplome d'etat ? Ou l'etat peut valider des cursus d'universités religiantes ?
Ensuite je lis vos échanges. C'est un curé qui m'a fait comprendre que l'homme avait tellement peur de la mort qu'il etait obligé d'inventer un paradis, une vie infinie, un dieu qui "gereraie tout", l'absence de la fin. L'instituteur, le curé ou le psy (et oui, ne fermons pas les yeux), ont chacun d'eux quelque chose à nous apprendre enfant, en premier lieu l'esprit critique, ils sont la pour ca mais sous differents angles.
Vous devenez tragiques sur la fin. vous polémiquez, alors que vous êtes d'accord, tout ca pour vos propres croyances
Vous pourriez peut etre causer.
Edgard m'a vraiment abandonnée, quelle peut etre l'influence de l'eglise sur nos diplome d'etat ?
Edgard, reviens... J'ai envie de dormir.
Candy

Les écoles catholiques

Les écoles catholiques "formaient" les élèves au passage d'un concours, certes. Mais les élèves devaient ensuite passer ces concours dans un cadre officiel, républicain, avec tous les autres.

Notons qu'en 1984, le Conseil d’État avait consacré le caractère constitutionnel du monopole d’État de l'attribution des grades universitaires.

@micalement