Christian Estrosi Hitler débat identité nationale Selon Estrosi, Hitler n'aurait pas survécu au débat sur l'identité nationale (allemande) estrosi debat identite nationale hitler video 6407

Si, dans les années 30, les allemands avaient lancé un grand débat national façon Besson, "l'atroce et douloureux naufrage de la civilisation européenne" aurait pu être évité, dixit Christian Estrosi, maire de Nice et ministre chargé de l'Industrie. Il suffisait de le dire...

Le 26 novembre dernier, Christian Estrosi s'exprimait devant les joyeux lurons de son association préférée : "Les amis de Christian Estrosi". Avant d'annoncer à ses supporters en liesse sa décision de mettre en place un couvre-feu pour les mineurs niçois de moins de 13 ans, le "motodidacte" leur a touché un mot (et quel mot !) du débat sur l'identité nationale : "Si à la veille du second conflit mondial, dans un temps où la crise économique envahissait tout, le peuple allemand avait entrepris de s'interroger sur ce qui fonde réellement l'identité allemande, héritière des Lumières, patrie de Goethe et du romantisme, alors peut-être aurions nous éviter l'atroce et douloureux naufrage de la civilisation européenne". Aussi simple...

Eric Besson est donc l'anti-Hitler par excellence. A enseigner d'urgence en cours d'Histoire... tant qu'il y en a. Doit-on en conclure que toute personne s'opposant au débat fait le jeu des extrémistes, style "néo-nazis" ? L'avenir nous le dira mais letuyo.info nous offre déjà un indice : en février dernier, Christian Estrosi se lâchait en plein Conseil municipal de Nice : "Vous êtes quelqu'un de très dangereux, vous mentez à l'aide de méthodes de falsification utilisées, durant l'Histoire, par ceux qui ont conduit aux plus grands drames de la planète. Je pense notamment à certains hommes qui officiaient en 39". L'invective visait directement... Patrick Allemand, le leader de la gauche niçoise.

Ça mérite bien un double Godwin...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Point Godwin!

Ce fumeux débat puant, d'origine Besson-le-Judas, même le nabot s'en détache car il voit bien le bourbier qu'il représente!

Encore une fois, le "motodidacte" mononeuronneux montre son grand sens politique en s'y intéressant maintenant, alors que même son petit chef vénéré dont il ne manque jamais une occasion de cirer les pompes s'en détache prudemment...

Et alors même que ce débat n'a que déjà bien trop duré, il réalise l'exploit de gagner son point godwin (version politocard), désormais solidement accroché à ses gros sabots!

Bravo l'artiste!!! Comment un c pareil peut-il avoir été élu? Nice n'est-il plus réellement qu'un royaume de vieux schnocks totalement ravagés et n'arrivant même pas a aligner les qq minutes de lucidité nécéssaires à bien voter?

Pitoyable!!!

Fallaci(eux)esque

Si on suit cette logique nauséabonde, on vient de franchir un pas supplémentaire, dans la quatrième et aburde dimension du monde selon l'UMP : les immigrés étaient auparavant les principaux responsables de la délinquance (criminelle ou non), dorénavant, ce sont tous de petits Hitler en puissance. L'un n'excluant pas l'autre. J'ai bon ?

Pas folle la guèpe...

Hitler le savait, c'est pour ça qu'il n'en a pas organisé ... !!! Et Estrosi sait que Hitler savait !!! Encore plus fort !!!

En gros, ce qu'il dit, donc ...

c'est, que sans Besson, tous les Français seraient nazis !! On fait mieux, dans le genre exemple d'identité nationale !!

Il est trop fort le "motodidacte"

aussi nommé Bac-5 (pour les mêmes raisons).

alors "Quand le "motodidacte" se fait flasher..."

http://www.cedric-balech.net/article-quand-le-motodidacte-se-fait-flasher--38839985.html

point de godwin

Pas étonnant que ce fumeux Estrosi tombe sur ce point si rapidement, son incapacité à répartir et la clique de verbeux qui lui servent d'écrivailleurs de discours ne lui proposent guère autre chose. A noter, au passage, que dans la dernière ce soir ou jamais de Zemmour, il a atteint de point au premier mot, dommage qu'il n'eût eu un prime.

Estrosi identité nationale

Bonjour,

Mais précisément, les nazis n'ont pas cessé d'évoquer l'identité nationale allemande!
M. Estrosi n'a-t-il jamais ouvert Mein Kampf? Bien plus encore que d'antisémitisme (et ce n'est pas peu dire!) il y est question d' "Allemanité", de lutte contre immigration et naturalisation,de haine de la France...
Quant à Goethe, les nazis n'ont pas cessé de s'y référer...

Tout cela est tellement "gros" qu'on peut y voir un lapsus.

Révélateur. L'équipe Sarko doit le pouvoir aux concessions faites à l'électorat d'extrême-droite, en 2007. Sans cet apport, c'était la gauche qui passait.
De ce pacte avec la barbarie (appelons les choses par leur nom), ces polichinelles ne se débarrasseront jamais.

Michel PIQUET

... (j'en suis coi)

La clique sarkozyste nous avait habitué à des relectures hardies de l'histoire (Guy Moquet résistant victime des allemands, plutôt que militant communiste victime de la police française, Marc Bloch nationaliste !, etc.), mais je dois dire qu'on progresse d'un degré dans la mauvaise foi et le contresens volontaire. L'UMP n'est-elle pas justement en train de nous refaire le coup de l'idéologie Blut und Boden en vogue dans les années 1930 avec son "débat" où il faut faire la liste des accessoires indispensables du blaireau raciste. Quand j'entend Besson, Sarkozy ou Fillon parler de la France, je pense
à ça.

dans un monde réelement inversé, le vrai est un moment du faux

avant la guerre les industriels et banquiers français (et américains ) se frottaient les mains de voir Hitler qui allait les débarasser des bolchéviques, (leur permettre aussi de comprimer les salaires) ils l'encourageaient même.... alors on réecrit l'histoire M.Estrosi ?

mon dieu, quelle cour-des-miracles...

certes ça ne vole pas très haut mais en réalité l'estropié n'a fait que redire en sol, ce que son patron avait dit en la, dans cet article (anti-minarets) infra-débile qui posait sans rire la prétendue "identité nationale" comme... antidote, au communautarisme.

luc

(suite)

de toutes façons, le contexte n'était plus que jamais qu'un prétexte : l'important était de prononcer le mot "Hitler", supposé susciter un regain d'intérêt pour un débat qui n'a pas l'air de passionner les foules...

Raccourci

Le pire, dans tout ça, je trouve quand même que c'est cette manière ignoble de prendre un fait historique aussi important et douloureux et de le transformer en argument logique.
Comme si toute l'histoire du nazisme pouvait se résumer à ça. Comme si vingt ans de "brutalisation des masses" (selon Mosse), de vie d'enfants orphelins de leurs pères morts sur le champ en 1914-1918, comme si surtout un fonds idéologique raciste vieux de deux millénaires à l'encontre des juifs et des minorités avaient pu être balayés d'un revers de main grâce à un débât...
C'est répugnant de "simplification", c'est abjecte, c'est anti-intellectuel.

Un peu de lecture

Avec la parole fallacieuse de M. Estrosi, ce débat sur l'identité nationale commence à sentir le révisionnisme. A lire pour éclairer le présent à la lumière du passé : "Histoire d'un Allemand", de Sebastian Haffner. Actes Sud vient d'en publier le récit complet, augmenté de quelques chapitres retrouvés depuis la première parution en 2001. On peut aussi relire Albert Camus, qui écrit : "mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde".