États-Unis : Un blé OGM illégal contamine des cultures

Une variété de blé OGM non autorisée a contaminé une ferme de l'Oregon. "Comment est-ce possible ?" se demandent les experts. "Comment pourrait-il en être autrement ?" répondent les critiques, qui constatent régulièrement ce genre de contamination. Et en font tout un foin...

Contamination blé OGM Monsanto

C'est l'histoire d'un mec qui en avait marre de voir des pousses de blé "sauvage" envahir ses champs, sans avoir rien demandé. Malin, le mec : il a aspergé tous ses champs de Round-Up. Mais rien n'y a fait. Le blé a continué de prospérer. Alors, dépité, cet agriculteur de l'Oregon a envoyé des échantillons à un laboratoire, qui a conclu qu'il s'agissait là d'une variété de blé OGM de Monsanto, testée en plein champs entre 1998 et 2005, mais jamais autorisée, ni avant, ni après. Et le champ dans lequel ces joyeuses pousses ont élu domicile est en dehors des zones d'essais autorisées. Défoliant Décoiffant !

Le blé de la discorde

Du coup, le Japon a suspendu ses importations jusqu'à nouvel ordre. La Chine et l'Europe demandent des tests... actuellement inexistants sur les cultures commerciales. Et les autorités US enquêtent, craignant un cas de contamination de grande ampleur, mais sans impact sur la santé, bien entendu. Ouf ! Nous voilà rassurés. Monsanto se défend bec et ongles : ce n'est pas sa faute. D'autant que, selon un chercheur ayant participé aux études, le blé OGM incriminé était un blé de printemps, tandis que la graine monsantienne est un blé d'hiver. Dans ces conditions, un croisement inopiné est peu probable... Mystère et boule de gomme.

Un aiguille dans une botte de foin

Sauf qu'il ne s'agit pas d'une première. Les cas de contamination commencent à être nombreux, y compris pour des variétés n'ayant jamais été autorisées. Mais comment pourrait-il en être autrement ? En 2008, un rapport sur les essais en plein champs de l'Accountability Office, du gouvernement américain, a constaté 712 violations de ses règlements de 2003 à 2007, y compris 98 qui pourrait conduire à une libération possible de cultures non autorisées. Mêmes conclusions pour un rapport du ministère de l'agriculture de 2005. Et plusieurs études scientifiques ont clairement montré que la cohabitation entre cultures traditionnelles et OGM était quasi-impossible. Tant pis... prenons un air étonné, et affirmons sans ambages que cela ne se reproduira pas... jusqu'à la prochaine fois.

Mais que les marchés se rassurent. Le "Monsanto Protection Act" protège les firmes contre tout recours judicaire. Et oui, les législateurs US veillent au grain...

[sources : aphis.usda.gov, nytimes.com, washingtonpost.com, reuters.com]

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

votez pour cet article : WIKIO    partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : LIVE partagez cet article : MYSPACE partagez cet article : NETVIBES partagez cet article : TWITTER partagez cet article : VIADEO partagez cet article : SCOOPEO partagez cet article : Strumble Upon 

Catégories :

"Et les autorités US

"Et les autorités US enquêtent, craignant un cas de contamination de grande ampleur, mais sans impact sur la santé, bien entendu."

Comment voulez-vous qu'il y ai un impact sur la santé?