étude travailleurs aimables agréables 20% collègues désagréables Être gentil au travail ne paie pas etre gentil au travail ne paie pas 11003

Une étude américaine relayée par le Wall Street Journal révèle que les travailleurs "aimables" touchent près de 20% de moins que leurs collègues "désagréables".

Salaires personnes agréables / désagréables

Les chercheurs ont analysé les données collectées sur près de 20 ans par trois enquêtes différentes, impliquant 10 000 travailleurs représentatifs d'un large éventail de professions, de salaires et d'âges. Ces trois enquêtes ont évalué l'amabilité de trois façons différentes. Pour des résultats identiques : les hommes dont l'amabilité était en dessous de la moyenne ont gagné environ 18% de plus (9772$ annuels) que les gentils. Les femmes désagréables, quant à elles, n'ont gagné que 5% (1828$) de plus.

Les chercheurs ont aussi invité 460 étudiants en cursus commercial à agir comme les responsables des ressources humaines d'une entreprise fictive. Ils leur ont présenté des candidats à un poste de consultant en utilisant des descriptions relativement courtes et explicites. Résultat : Là encore, les hommes décrits comme agréables étaient moins susceptibles d'obtenir le poste.

Pour les hommes, être agréable pourrait ne pas correspondre "aux attentes d'un comportement masculin", écrivent les chercheurs. D'autant que les gentils pourraient aussi moins s'impliquer dans les négociations salariales. "Le problème est que de nombreux gestionnaires ne réalisent pas qu'ils récompensent les gens déplaisants", conclue Beth A. Livingston, co-auteure de l'étude.

D'autres recherches pointent la dangerosité des comportements agressifs au travail. Comme cette étude, publiée il y a quelques jours lors de la réunion annuelle de l'American Psychological Association, qui a constaté que 86% des 289 travailleurs de trois entreprises étudiées ont rapporté des cas d'incivilité au travail : insultes, humiliations... ce qui, pour les chercheurs, est finalement nocif pour l'entreprise. Surprenant !

Mais... qu'en pensent les agences de notation ?

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Étude très dangereuse et

Étude très dangereuse et publiée par un journal d'escrocs...à prendre avec des pincettes...
C'est exactement le type d'études qu'attendent les managers pour pousser leurs salariés à être plus "méchants" et donc installer l'esprit de compétition, et à terme, la délation et le dénigrement pur et simple. Plus facile ainsi de virer du personnel dans une ambiance délétère...à ce propos, vous devriez voir ou revoir le documentaire "La mise à mort du travail" de Jean-Robert Viallet.

Étude fort incomplète

à quoi j'ajouterais encore, Anonymous, qu'il y a "désagréable" et... "désagréable" ! Et que si ce mot désigne une personne qui -dans la conception qui est celle de la hiérarchie- a le tort de défendre les droits du monde du travail, eh bien, je doute fort que cela lui vaille une augmentation...

luc

Ou alors d'alerter les

Ou alors d'alerter les gestionnaires qu'ils font des trucs débiles... pour faire en sorte qu'ils amériorent la situation.

Quel danger...

Quand ceux qui montent sont dejà ceux qui:
-Geulent le plus fort.
-Lêchent les bons culs.
-Se sont révélés médiocres à des tâches plus directement productives...

Les cas idéaux réunissant plusieurs critères et n'étant limités que par l'atteinte de leur "niveau d'incompétance"!

Bref, les managers n'ont pas besoin de pousser les ordures qui sommeillent: Dans leur immense majorité, être de sales cons a été un facteur de leur montée en grade.

A la limite, on pourrait immaginer qu'ils ressentent plutot ça comme un danger venant de leurs subordonnés (qui ne le seraient alors probablement pas longtemps)!

Eh oui... dans le travail comme sur un trottoir, être une salope paie!

Paraitrait même que les français seraient en majorité d'accord, en ayant élu sous-merde président... malgré un niveau d'incompétance qui avait déjà été atteint dès son passage au ministère de l'intérieur!!!

Comme quoi...

dans le travail comme sur un trottoir, être une salope paie

tout à fait
j'ai plein d'exemples

oui mais...

une prostituée n'est pas forcément une salope... comme l'inverse est également vrai.

Rhhoooo... si c'était vrai,

Rhhoooo... si c'était vrai, ça se saurait !

C'est un peu comme si on disait que les traders les mieux payés étaient les plus dingos et les moins compétents... si c'était vrai, ça se saurait !

Euh...

Pareil pour les sociétés récompensées en France

C'est pareil pour certaines sociétés récompensées pour leur taux de croissance.
Et qui dans les faits pratiquent la technique de vente dite du One shot.

Exemple : http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-75558QE.htm

Le lien vers l'article du

Le lien vers l'article du Wall Street Journal est mort

élémentaire, mon cher Medef...

l'existence même de cette étude, et sa publication, constituent un clair encouragement à marcher-sur-la-tronche-du-voisin ; mais cela ne signifie pas qu'elle ne comporte pas, à l'insu de son gré, une part d'involontaire vérité : nous vivons, dans un monde où la dégueulasserie est bien récompensée !

ne pas confondre

ne pas confondre "désagréable" et agressif
surtout que bien trop souvent, les comportements "aimable" induisent la soumission, ou une certaine passivité.
voir, mou du zlip.

ça fait une sacrée game de comportements différents amalgamé dans "aimable" "désagréable".
Surtout qu'un comportement inter collègue, n'est pas celui de potes ...et ça ,c'est pas forcément agréable pour tout le monde.

Être gentil au travail ne

Être gentil au travail ne paie pas, en termes d'argent.
Est-ce que les gens gentils au travail sont plus heureux, humains et appréciés de leur entourage ?