prix Press club humour politique 2010 décerné Eva Joly Dominique Strauss-Kahn Eva Joly, lauréate du prix Press club "humour et politique" 2010 eva joly laureate du prix press club humour et politique 7951

Fin du suspense. Le prix Press club "humour et politique" 2010 a été décerné à... l'elfe Eva Joly pour sa « sentence » : « Je connais bien Dominique Strauss-Kahn, je l'ai mis en examen ».

Prix Press club humour et politique

Comme tous les ans, une bande de fins humoristes flanqués d'une brochette de journalistes ont décerné le prix Press club "humour et politique". En sus de la lauréate écologiste, le jury aura aussi décerné :

- Le "prix spécial" à Georges Frêche : « Des gens intelligents, il y en a 5 à 6% ; moi je fais campagne auprès des cons »

- Le "prix des internautes" à Frédéric Mitterrand : « Quand on m’appelle Monsieur le Ministre, j’ai toujours l’impression que Jack Lang va surgir derrière moi ! »

- Le "prix de l'Encouragement" que devront se partager Lionel Luca « Il n'y a pas besoin d’être de droite ou de gauche pour dire des conneries » et Claude Goasguen « Une chose est sûre : ce ne sont pas nos suppléants qui vont nous pousser à nous faire vacciner contre la grippe A ».

Et les perdants devront retenter leur chance :

- Patrick Balkany : « Je suis l’homme le plus honnête du monde »

- Rachida Dati : « Je n’ai jamais cherché à attirer l’attention des médias »

- Luc Chatel : « Une touche de rose, vert, rouge : c’est le retour de la gouache plurielle »

- Laurent Fabius : « Je ne suis pas une Pom-Pom girl de DSK »

- François Goulard : « François Fillon a tellement de qualités qu’il mériterait d’être Premier Ministre »

- Claude Guéant : « Je veux bien qu’on fasse un remaniement, mais on manque de stock »

- Bernard Kouchner : « J’ai bien pensé à démissionner, mais je n’ai pas voulu déserter »

- Ségolène Royal : « C’est moi qui maîtrise la rareté de ma parole politique, pour dire des choses intelligentes quand j’ai besoin de les dire »

- Dominique de Villepin: « Le Villepin nouveau sera gouleyant, fort en bouche et il aura de la cuisse »

- Laurent Wauquiez : « Il n’a pas fallu 35 heures à Martine Aubry pour virer sa cuti sur Georges Frêche »

En 2009, c'est Bertrand Delanoë qui avait touché la breloque ("Le vrai changement au PS, ce serait de gagner"), précédé par Jean-Louis Borloo qui n'avait pas non plus démérité ("Sarkozy, c'est le seul qui a été obligé de passer par l'Elysée pour devenir premier ministre"). Signalons toutefois qu'en 2008, un doute a plané sur le palmarès du jury, qui aura malencontreusement oublié quelques perles de Nicolas Sarkozy, comme :

- « On ne doit pas laisser mourir les gens comme des bêtes !... D'ailleurs, les bêtes sont des êtres humains »

- Ou encore « Sur trois containers qui rentrent en France, il y en a deux qui rentrent par l'étranger. Est-ce que c’est normal ? »

- Ou enfin... « Désormais, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit »...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Décevant....

Cher Napa,
C'est parce que j'apprécie généralement beaucoup vos analyses que je me permets cette critique : désolé, mais pour moi, ce post ne vole pas plus haut qu'une émission de Ruquier ou d'Ardisson en 2ème partie de soirée (autant que je m'en souvienne car ça fait bien longtemps que je ne les regarde plus...).

La seule citation intelligente est celle d'Eva Joly et elle ne fait pas rire. Les autres sont pitoyables.

Sans rancune et dans l'attente de vos futurs décryptages de l'actualité.