France dérive sécuritaire Etat Excès de zèle policier... ou dérive sécuritaire politique ? exces zele policier derive securitaire politique 4589

Six policiers pour arrêter deux gamins à la sortie de l'école. Ça choque. Pour combien de gardes à vue absurdes et autres violences gratuites passées sous silence ? "Excès de zèle" hurle le gouvernement... tout en préconisant la détection des comportements déviants dès la crèche, l'emprisonnement des mineurs de 12 ans, et l'instauration d'un "GIGN des écoles"... Excès de zèle policier, vraiment ?

Dérive sécuritaire en France

Excès de zèle...

Un professeur crie un "Sarkozy, je te vois" sur le ton de l'humour, en pleine gare Saint-Charles à Marseille, et il se retrouve accusé de "tapage injurieux". Le gouvernement, par la voix de son porte-parole a aussitôt gémi contre ce "malheureux excès de zèle". Six policiers se pressent à la sortie d'une école pour arrêter deux gangsters en herbe de 6 et 10 ans... Rebelote : l'UMP juge l'attitude des poulets "inacceptable" et la ministre de l'intérieur demande une enquête interne. Cela nous rappelle aussi l'arrestation de Vittorio de Filippi, ancien directeur de publication de Libération, dans des conditions peu amènes, dont la révélation avait déclenché des volées de critiques. Bouh !

... ou dérive sécuritaire ?

Un lycéen de Ris-Orangis, surpris par les pandores en train de cracher par terre devant les grilles de son établissement, a été récemment traîné devant le tribunal de police en vertu d'un décret vichyste de 1942 interdisant de "cracher ailleurs que dans les crachoirs"... Dans le Gers, des gendarmes ont débarqué dans une école maternelle pour enquêter sur les moeurs d'un marmot de... trois ans ! A la gare Montparnasse, des collégiens et leurs enseignantes, ont été frappés par des CRS... par erreur. Dans le Sud, une descente policière musclée (avec chiens et fouilles au corps) a été menée dans un collège, à la recherche (infructueuse) de cannabis. A Paris, des adolescents se retrouvent menacés de prison avec sursis pour avoir joué au football dans la rue, le soir, avec une canette vide en guise de ballon. Tous les jours, des enfants ou des adolescents sont gardés à vue, interrogés sans leurs parents, fouillés dans des conditions lugubres, menacés, voire tirés au flash ball (voir notre dossier). Mais ils ne passent pas à la télé. Ils n'existent donc pas.

Un problème, quel problème ?

Pourtant, dans la plupart des cas, la législation a été strictement respectée et les procédures suivies à la lettre. Alors finalement, où est le problème ? Puisque les rapports des associations de défense des droits de l'homme sont systématiquement jetés à la corbeille, sans tambours ni trompettes. Puisque ceux de la très officielle commission chargée de veiller au respect de la déontologie par les forces de l'ordre s'émeuvent du nombre élevé de mineurs victimes d'actes de violences policières "illégitimes", dans un silence médiatique ahurissant. Puisque Rachida Dati veut autoriser la détention des mineurs de 12 ans. Puisque Nicolas Sarkozy souhaite détecter les comportements déviants dès la crèche. Puisque Xavier Darcos propose la mise en place d'une sorte de "GIGN des écoles". Puisque des écoles sont vidéosurveillées, sans aucune concertation préalable. Puisqu'on ne cesse de répéter, au sommet de l'Etat, qu'il faut des chiffres, des chiffres, des chiffres... et des bons !

Discrètement, le Contrat Social est en train de changer. Par défaut, l'Etat ne fait plus confiance a ses citoyens, ni jeunes, ni vieux. Mais que fait la police ? Elle (s')exécute. Où est le zèle ?

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Ce n'est que justice...

...puisque les susdits citoyens n'ont pas confiance non plus dans leur gouvernement. Mais encore trop apparemment puisqu'ils continuent à regarder le journal télévidé.

excès de zèle, tu parles

ces dérives d'une partie de la police sont non seulement symptomatiques de l'Etat d'esprit sarkosyen mais encore, forcément préconisées ; à qui va t on faire croire que ces policiers se permettraient, de + en +, ces agissements s ils n y étaient pas encouragés non officiellement et donc s'ils ne se savaient couverts ?

Les commentaires gouvernementaux qui suivent ne sont que poudre aux yeux.

Demande d'autoristation pour utiliser votre article

Bonjour, j'aimerais utiliser l'intégralité de votre article sur le site :
"http://www.paris-sans-videosurveillance.fr/
Collectif luttant contre la video-surveillance à Paris.

Toutefois dans le cadre du collectif, je souhaiterais modifier les termes utilisés pour nommer la police même si à titre personnel, c'est les mêmes que j'utiliserais. Un groupe est fait de compromis. Donc, il s'agit de remplacer poulet, pandores etc par policiers.

Bien sur nous mettrons un lien vers l'article original.

Votre article illustre parfaitement la dérive qui impose ces caméras dangereuses pour la liberté. On n'aurait pas fait mieux.

Merci de votre réponse et au fait, avez vous signé la pétition ;)

La pétition

La règle est la suivante :

La règle est la suivante : avec un lien cliquable vers l'article d'origine et sans modification du texte ni des liens internes à l'article, vous pouvez l'utiliser à votre convenance.

S'il s'agit juste de modifier les termes que vous dites, alors faites donc...

Merci d'avoir demandé.

@micalement

NB : l'utilisation des termes "pandores" et "poulets" dans l'article n'est pas du tout péjorative ! Simplement argotique.

Merci bien

Tiens, une idée pour les parents d'élèves qui s'inquièteraient du video flicage à coté des écoles

Solution caméras

Les circonstances...

Il est symptomatique de reprendre les termes exacts de notre ministre de l'intérieur (MAM) répondant à un journaliste :
"On est en droit de s'interroger sur les circonstances de cette mise en garde à vue
- si les agents de la force public ont commis une faute, ils seront sanctionnés,
- s'ils ont agit dans le respect des lois, il sont assurés de tout mon soutien"

Posée en ces termes, la question est, en elle même, ignoble: aucune "circonstance" ne justifie un tel acte. Elle est posée comme écran de fumée pour interdire de poser les vraies questions de fond.

On est en droit de s'interroger sur les circonstances de la mise en place d'un état fasciste en 2007 en FRANCE...

L'histoire répondra !

Inculquer la peur

Bonjour,

Je pense que nos gouvernants ont pour objectif d'inculquer la peur des forces gouvernementales aux citoyens. Il ne s'agit pas de favoriser un ordre républicain mais bien de nous inculquer la peur de la police. L'étape actuelle consiste à inculquer cette peur aux enfants, c'est à cet âge qu'on apprend le mieux et que l'enseignement a le plus de durée de vie. Un des ressorts des régimes totalitaires est la peur des forces gouvernementales inculquée à la population et c'est l'objectif conscient et planifié que poursuivent nos gouvernants.

Il etait une mauvaise foi

j'adore les chroniques "il etait une mauvaise foi" de France info...
Et donc je trouve vraiment dommage que ces jeunes est été libéré tout comme Coupat.

Pour une fois qu'on avait un Philosophe en prison! ;-)