Communiqués presse Rachida Dati Mensonge Frédéric Lefebvre Frédéric Lefebvre, Rachida Dati... ils ont pété une durite ! frederic lefebvre mensonge rachida dati communique 4473

Le niveau de notre classe politique dirigeante résumé en deux anecdotes (pour le prix d'une) : Frédéric Lefebvre, porte-mauvaise-parole de l'UMP, désinforme sans vergogne devant les caméras de France 2 et Rachida Dati, ministre en fin de droit, qui spamme ses propres pétages de plomb...

Mensonge Frédéric Lefebvre - Communiqués Rachida Dati

Mardi 12 mai, Frédéric Lefebvre se lâche sur le plateau des 4 Vérités sur France 2. Interrogé au sujet de la réforme de l'hôpital sauce Bachelot, le porte-parole fustige les socialistes : "Franchement, y a qu'eux qui n'ont pas compris qu'il fallait une réforme de l'hôpital. Je voyais d'ailleurs, il y a un sondage qui dit que 74% des Français l'attendent"...

Peut-être qu'ils l'attendent, mais en tout état de cause, ils la désapprouvent. Selon le baromètre mensuel BVA-Les Echos-France Info-BPI publié ce même jour, 74% des Français estiment que "les personnels hospitaliers ont raison de s'opposer à cette loi car elle risque de privilégier la logique comptable au détriment de la logique de santé". Allez, Fred, une aspirine et hop, au lit.

 

Rachida Dati au plus haut de son art...

Mais ne lui en déplaise, Frédéric Lefebvre ne fera certainement pas la Une des gazettes pour cette boutade. Car Rachida Dati a fait fort, très fort. La garde des Sceaux n'a semble-t-il pas goûté la prestation d'Élisabeth Guigou, mardi matin au micro d'Europe 1. L'ancienne ministre de la Justice y avait osé affirmer que Rachida Dati avait "gâché toutes ses chances" au ministère de la Justice, par "désinvolture", "autoritarisme" et "incompétence". "J'avais beaucoup de sympathie et d'estime pour elle, c'est fini" a-t-elle ajouté. En moins de 90 minutes et deux communiqués de presse d'une solennité sans égal, l'accusée lui aura prouvé la réciproque. Tout ce qu'il y a de plus officiel, malgré les apparences...

17h45 : Rachida Dati fustige "l'arrogance d'Elisabeth Guigou [...] révélatrice de l'attitude hautaine de certains socialistes vis-à-vis des souffrances de nos concitoyens dans leur vie quotidienne". Citant au passage quelques chiffres du bilan de sa prédécesseure qui laissent perplexe... quand on a pris la peine de lire les récents rapports catastrophiques sur la pénitentiaire.

19h : Un communiqué impressionnant par son tact, sa délicatesse et sa retenue ! Une phrase de 22 mots haute en couleurs : "Compte tenu de l'intelligence de Mme Guigou, celle-ci devrait déroger au principe archaïque selon lequel tout prédécesseur mésestime ses successeurs". Appel à témoins : que celui ou celle qui saisit la subtilité de cette phrase (car venant d'un Ministère de la République, je n'ose imaginer l'avoir bien comprise) m'envoie un mail... que je transfèrerai évidemment au cabinet de la ministre de la Justice pour information. A gagner : un abonnement à notre niouses letteur (gratuite). Attention, en cas de mauvaise réponse, un licenciement est à craindre.

 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Et Pourtant...

... Lors de la campagne présidentielle, j'ai vu pas mal de monde favorablement impressionné par Dati à l'image de Guigou.

Et aujourd'hui? Reste l'image d'une véritable idiote qui, au contraire de son mentor, n'aura même pas eu l'intelligence d'en finir avec le bling-bling mais aura réussi à faire démissionner toutes les têtes pensantes du ministère, laissant une sorte de folle en haut de l'édifice qui n'est plus bonne qu'a lâcher sa bile dans des communiqués qui révèlent un autre comportement aussi archaïque qu'indigne de sa fonction: Il n'y a que la vérité qui blesse!

aussi lamentables l'un que l'autre

de tristes et très médiocres parvenus.

la parvenue peut parler de la souffrance des français

avec tout ce qu'elle claque de l'argent public :

Le train de vie du gouvernement français disséqué par un député

Mercredi 13 mai, 17h29 Reuters

Déplacements coûteux, réceptions, opérations de communication ou encore commande de sondages : le confortable train de vie du gouvernement français en 2007 a été décortiqué pour la première fois par un député socialiste.

René Dosière a utilisé un pouvoir de contrôle méconnu, qui contraint quasiment le gouvernement à répondre à ses questions.

"On a gardé les traditions d'Ancien régime et on a un président qui montre l'exemple", a-t-il déclaré mercredi à Reuters. "Mon travail est que la dépense publique soit limitée. Si l'opinion publique se saisit de cette question, ça ne peut qu'inciter les ministres à réduire leurs dépenses."

Les chiffres figurant dans les réponses officiellement publiées révèlent des budgets de communication de l'ordre de 50 millions d'euros annuels pour 2007, chiffre partiel car beaucoup de ministères, dont l'Intérieur, n'ont pas encore répondu.

L'utilisation d'avions privés ou d'appareils d'Etat officiels qui semble souvent, sinon systématiquement, préférée aux TGV ou aux lignes aériennes régulières, pour de courts déplacements en France, est mise en lumière.

Réceptions et frais de représentations pèsent usuellement des centaines de milliers d'euros par an.

Les budgets dédiés à la "communication", notion ambigüe en France, mêlent l'information pratique sur l'action d'un ministère, des campagnes préventives, la commande de publicités vantant les mérites d'une politique, les études et les sondages.

LA JUSTICE EN TÊTE

Selon les réponses consultées par Reuters sur le site de l'Assemblée nationale, le ministère de l'Economie détient la palme des dépenses de communication avec 12,86 millions d'euros, par exemple, pour l'achat d'encarts publicitaires défendant la loi de défiscalisation des heures supplémentaires.

Il est suivi pour la communication par le ministère de la Défense (8,17 millions), l'Education nationale (4,77 millions), la Culture (3,40 millions), la Justice (3,17 millions), les Affaires étrangères (2,43 millions), les Affaires européennes (1,98 million) l'Agriculture (1,93 million).

La Justice dit avoir acheté des "outils de communication" pour 315.000 euros et des journaux pour plus de 159.000 euros, soit 435 euros par jour.

Le secrétariat d'Etat à la Ville dépense pour ce poste 1,237 million d'euros, le secrétaire d'Etat aux Sports 647.000 euros et la Santé 387.000 euros.

La commande de sondages par le gouvernement, qui n'est pas réglementée, a coûté 118.129 euros à la Justice, 767.725 euros à l'Education et 40.000 à la Santé. Une exception, la Culture précise qu'elle ne fait pas de sondages.

Autre point sensible : les déplacements aériens, dont l'importance est logique aux Affaires étrangères (2,24 millions), au Commerce extérieur (un million), à l'Economie (893.000 euros) et la Coopération (763.000 euros), sont aussi nombreux à la Culture (526.000 euros) et à la Justice (416.000 euros).

Le ministère de Rachida Dati explique ainsi avoir payé 195.000 euros sur ce total à un voyagiste privé, et 221.000 à l'ETEC, l'ancien GLAM chargé des transports gouvernementaux.

Autre point attirant l'attention, les frais de réception et de représentation semblent souvent élevés, comme à la Justice (269.012 euros) ou à l'Education (près de 400.000 euros).

Les réponses, livrées en avril-mai après des mois d'attente, sont publiées au Journal officiel et sur le site internet de l'Assemblée nationale. Elles ont été mises en lumière par Le Monde de mercredi et le gouvernement a assuré être satisfait.

"C'est la première fois qu'il y a une réelle transparence sur cette question. Je pense que c'est une avancée, c'est une bonne chose que soient publiques les dépenses de fonctionnement des différents ministères", a dit le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, à la presse.

pas de souffrances prevues pour le train de vie gouvernemental

"De nouvelles mesures d'économies prévues dans le budget 2010

Mercredi 13 mai, 20h40 Reuters

Le gouvernement français poursuivra la réduction des dépenses de l'Etat dans son budget 2010 en lançant une deuxième vague d'économies dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) et exclut une augmentation de la CSG et de la CRDS, déclare François Fillon dans une interview à paraître ce jeudi dans Le Figaro.

"En 2010 nous allons geler la progression des dépenses de l'Etat en volume. Pour y parvenir nous maintiendrons la règle du non-remplacement d'un départ en retraite sur deux dans la fonction publique, soit 34.000 postes en moins, et nous accélérerons l'effort de la révision générale des politiques publiques (RGPP)", précise le Premier ministre.

"Je prépare un budget 2010 avec l'ambition et la volonté de réduire les dépenses de l'Etat", souligne-t-il, précisant que des mesures seront annoncées à l'été.

"Nous allons faire une deuxième vague d'économies à partir des études déjà menées et nous allons approfondir l'analyse des dépenses sociales au regard d'une seule exigence : l'équité", assure-t-il.

Pour résorber le déficit de la sécurité sociale, le gouvernement envisage de réexaminer "certaines niches sociales"."

Tweedledum et Tweedledoe

pour avoir eu à faire à l'une comme à l'autre je ne peux qu'abonder dans ton sens, Anonymous de 13.26 : y'en a pas une, pour racheter l'autre. Des deux côtés c'est le même absolu mépris du Droit, que l'on brandit quand çà arrange, et sur lequel on s'asseoit quand il "dérange".

L. Nemeth

Quelle agressivité...

"Compte tenu de l'intelligence de Mme Guigou, celle-ci devrait déroger au principe archaïque selon lequel tout prédécesseur mésestime ses successeurs"

L'arrogance et le manque de diplomatie n'est pas toujours du côté qu'on croit.

Oui, j'ai compris cette phrase: D'après Dati, Guigou a surestimé ses successeurs et elle s'est ainsi permise des approximations dans son travail, laissant à ces dit successeurs le soin de le finir...

Bref, une vieille technique (très utilisée par la droite) qui consiste à dire que mes predecesseurs de l'autre bord sont mauvais. Au cas où je me plante. Très sarkozyenne, Dati.

Si vous avez compris, je vous laisse mon mail: youssef_XXX@YYY.fr.
Mais ne l'envoyez pas au ministère, je me contenterai de votre newsletter...

Bravo ! C'est

Bravo ! C'est noté.

:-)

@micalement