mesures plan action document déclaration G20 novembre 2008 G20 : non lieu général dans l'affaire de la crise financière g20 declaration resultat document plan action crise financiere 2551

Les responsables de la crise devaient être lourdement condamnés. Le capitalisme devait être refondé. Sarkozy et Brown annonçaient un "nouveau Bretton Woods", révolutionnaire. Mais le sommet aura finalement accouché d'une souris. Car on découvre aujourd'hui qu'il ne s'agissait que d'une rencontre amicale, sans ordre du jour, portant sur une crise dont les causes font débat, et qui se tient dans un pays maître sans gouvernement opérationnel.

résultat du G20 - plan d'action - analyse et critiques

Du vague peu concret

Résultat ? Des recommandations au niveau mondial, floues et déjà évoquées à maintes reprises : relancer l'économie mondiale et stabiliser les marchés financiers de façon coordonnée, ouvrir la gouvernance économique mondiale aux pays émergents, encourager l'aide au développement, renforcer la transparence et la responsabilité, favoriser une régulation saine, et refuser le protectionnisme. Des principes plus que des "mesures"... ce que confirme le document, dans lequel les Vingt annoncent être "déterminés à prendre des mesures rapides pour mettre en oeuvre ces principes". A charge pour les ministres des finances de se débrouiller pour en faire sortir quelque chose de consistant.

Du concret un peu... vague

Au chapitre des "mesures concrètes" : des recommandations concernant les normes comptables mondiales, la surveillance des agences de notation, l'amélioration de la gestion du risque bancaire, la réforme des institutions financières internationales. Impressionnant sur le papier, sauf que le document ne présente aucune contrainte, et que ces recommandations restent le plus souvent au niveau des intentions. En clair, rendez-vous en avril 2009, pour voir ce que les ministres des finances nous auront concocté, et voir quelles notes ils se seront données, car une auto-évaluation du "plan d'action" est aussi prévue à cette date.

Comble de l'ironie...

Le document affirme que "ces réformes ne porteront leurs fruits que si elles s'appuient sur des économies fondées sur les principes du libre marché", insistant notamment sur les notions de "propriété privée", d'"ouverture des investissements" et de "concurrence". Bref, l'exact contraire de ce qui est en train de se produire : nationalisation du secteur bancaire et réduction de la concurrence par des rapprochements quasi-monopolistiques autorisés dans l'urgence. Faites ce que je dis, pas ce que je fais... Et après avoir affiché son intention de réguler les marchés financiers, le G20 annonce que "dans les douze mois à venir, (il s') abstiendr(a) d'ériger de nouvelles barrières à l'investissement ou au commerce des biens et des services, d'imposer des nouvelles restrictions". Il fallait y penser !

Comble de l'indécence...

Le communiqué final affirme que ces mêmes principes "ont sorti des millions de personnes de la pauvreté et permis une élévation importante du niveau de vie mondial", au moment où les pays développés réduisent drastiquement leurs aides au développement, où le nombre d'êtres humains exposés à la famine atteint le milliard (+250 millions en deux ans), où le Programme d'Aide Alimentaire (PAM) réduit ses actions, par manque de denrées, et qu'une grande partie de la récolte 2008-2009 des pays pauvres est condamnée, faisant redouter une famine des plus graves, selon Louis Michel, commissaire européen en charge du Développement.

Le G20 pris les doigts dans la crise...

Oubliée la mise au ban des responsables, au contraire, on les remet en piste. Oubliée la refondation du capitalisme, au contraire, on insiste à nouveau sur ses principes les plus libéraux, en appelant ça "la réforme". Et les déclarations flamboyantes à la sortie de cette petite sauterie résonneront longtemps, dans le vide. Mais finalement, pouvait-on réellement attendre une révolution d'une institution qui, à la sortie de sa précédente réunion, en novembre 2007 en Afrique du Sud, affirmait que "le probable ralentissement de la croissance économique mondiale devrait être modeste"... ?

Il a fallu deux années de travail de préparation pour arriver à boucler le "Bretton Woods" original. C'est visiblement mal parti, mais l'espoir fait vivre...

(Voir le document de la déclaration officielle du G20)

Ajout 17h40 : A voir... la motivation de notre ministre des finances, Christine Lagarde.

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

La donne est claire faut voir avec Obama sans rêver

D’après le peu d’informations que nous avons eu du G20, la donne est claire nous pouvons compter sur le pire:

Je ne fais absolument pas confiance aux marchés, l’auto-régulation est la même chose "qu’espérer qu’un enfant de 7 ans cesse de manger des bonbons alors qu’il est laissé sans surveillance dans le palais des friandises..."

La seule solution à long terme est d’arriver à rendre interdépendants: économie / écologie / social .

Tout excès dans un des trois domaines, toute négligence d’un de ces 3 domaines, a des conséquences sur les deux autres .

Il faut repenser nos méthodes de calcul sur le long terme là ou elles ne visent que le très court terme (comme des junkies ...)

Tout est lié, même si l’économie actuelle fais mine de l’ignorer, les politiques en sont complices, ils trainent les pieds pour faire du social et de l’écologie.
Aide sociale et écologie sont les conséquences de cette économie de toxicos ...

Le signe majeur des choix politiques (leurs intentions sur notre avenir) se fera par les choix de la sortie de la crise actuelle (repenser l’ économie en l’associant à l’écologie et au social).

A mon sens, si nos "élites" décident de continuer à faire reposer le système économique mondial sur la consommation croissante indéfiniment, c’est qu’ils ont décidé de ne s’ occuper ni de l’écologie, ni de l’accroissement de la population mondiale . (forcément le social ne leu en parlez même pas !)

Personnellement, ce sera le signe fort d’une volonté de "laisser faire la nature" afin d’opérer une "sélection naturelle" ...
C’est le parfait exemple du "pragmatisme-alibi" en phase terminale !

Vidéo très instructive à diffuser SVP Napakatbra ;-)

Voilà le fonctionnement de notre système financier en 50 minutes...

http://www.rue89.com/mon-oeil/2008/10/13/largent-dette-video-star-du-net-a-une-sale-petite-odeur

...

ATTENTION : TEXTE de Riché = désinfomation, ou pire

la réaction de négation appuyée de ce journaliste incite à penser que la vidéo est donc, au contraire de ses dires, importante, JUSTEMENT; lire, AVANT de voir la vidéo, le commentaire RECTIFICATIF de Thucydide 14/10 18:21.
+ texte lui-même _traduit en français_( en bas, téléchargez..... ), le texte de la page l'hébergeant est intéressant :
http://submoon.freeshell.org/fr/valium/money.html#fn2
+ autre texte complémentaire : à mi hauteur de la page, tzecloat, 2 commentaires bleutés (début+fin)_SUPER-MÉCANISME CONCENTRATIONNAIRE : http://www.agoravox.fr/article_tous_commentaires.php3?id_article=46253#addcommentaires
+autre exemple de manip/propagande (TEXTE explicatif PUIS vidéo : http://www.voltairenet.org/article149502.html
+ site EN FAIT d'un escroc (vous signez la pétition--->spams avec commande tracts à PAYER (Larouche est un gourou/escroc=recherche Google de ce nom) : http://www.solidariteetprogres.org/petitionNBW/ !ne PAS signer!
+ (même vidéo que la 1ère mais avec) LIENS, en bas :
http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=20964
+ vidéo ESSENTIELLE de naomi Klein, qui prône son LIVRE best seller (STRATÉGIE DU CHOC = une bombe, si je puis dire) :
http://www.dailymotion.com/video/x5ls1y_naomi-klein-le-capitalisme-du-desas_news