gouvernement  incompétent Sarkozy fou Gouvernement  Sarkozy  Rachida Dati  Economie Gouvernement girouette... Président pirouette gouvernement girouette president pirouette

"Sarkozy est fou", c'est la rengaine de Jean-François Kahn. Position extrémiste... Si Sarkozy était un simple citoyen, personne ne dirait ça. Mais il est président. Un citoyen peut changer d'avis tous les jours s'il le veut, ça ne change pas grand chose pour la communauté, mais quand un président change d'avis tous les 3 mois, c'est gênant, surtout quand ce président s'appelle Sarkozy. Décomplexé, il ne se gêne pas pour faire changer les lois à chaque fois qu'il change d'avis... Reste à savoir s'il s'agit de "folie".

sarkozy est fou

Petit résumé des actions marquantes du début du quinquennat de Sarkozy, qui ont fait le tour des JT et que Sarkozy vantait comme étant l'apogée de sa rupture...

En août, Sarkozy faisait voter la loi TEPA (ou paquet fiscal). Il envoyait ensuite ses proches expliquer aux médias qu'il ne s'agissait aucunement d'une loi destinée aux plus riches, que la défiscalisation des heures supplémentaires allait augmenter le pouvoir d'achat des français.

En août, encore, Sarkozy, appuyé par Rachida Dati, faisait voter une loi anti-récidive sans concession. Le monde judiciaire était en émoi, les lettres d'inquiétude fusaient sur les bureaux des ministres, mais le texte passait sans difficulté.

Très récemment, le gouvernement Sarkozy (pardon Monsieur Fillon) faisait passer une loi sur le pouvoir d'achat annonçant la fin de l'indexation des loyers sur le coût de la construction d'une part, et la monétisation des RTT d'autre part.

Très récemment, encore, un texte adossé à la loi des finances 2008 était voté, qui supprimait l'exonération de redevance pour les personnes âgées à faibles ressources. Ce texte ne faisait que confirmer ce que le ministre des finances de 2004 avait décidé... en l'occurence Monsieur Sarkozy.

Reconnaissez d'abord qu'il s'agit du cœur du combat législatif mené par Sarkozy depuis son élection, sauf pour le dernier point qui avait été décidé bien avant. Sarkozy avait en grande partie axé sa campagne sur ces points. Mais qu'a-t-il bien pu advenir de toutes ces belles réformes ?

Loi anti-récidive : un décret daté du 18 novembre 2007 contredit totalement la loi du 10 Août. Trop compliqué, trop cher, et impossible à mettre en œuvre, bref on vient de se rendre compte que les Cassandre avaient raison : pas assez d'experts judiciaires, pas assez d'argent. Avant d'avoir à assumer une révolte des prisons, Rachida Dati a préféré faire machine arrière. Et le plus gros de la loi anti-récidive passe à la trappe, par décret, histoire de ne pas faire trop bruit... (cf Canard Enchainé du 19/12/2007)

Pouvoir d'achat, indexation des loyers : pour ceux qui ont suivi, il s'est avéré après quelques minutes de recherche sur Internet, que l'indexation des loyers sur le coût de la construction a été abandonné en 2005 (article 35 de la loi n° 2005-841 du 26 juillet 2005). La rupture ? Proposer ce qui existe depuis plus de 2 ans !

Suppression de l'exonération redevance TV : quelques jours après le vote de la loi, Sarkozy contredit violemment sa majorité et fait voter une loi contraire : les retraités à faibles ressources devront attendre que les élections municipales soient passées avant de devoir payer la redevance. La tuile !

Loi TEPA, heures supplémentaires, monétisation des RTT : Là, c'est plus compliqué, mais bien plus drôle... D'abord la loi sur la monétisation des RTT venait rabaisser l'effet de la loi TEPA, les RTT étant moins payés que les heures supplémentaires. Ensuite, et ça date d'hier, Sarkozy a demandé aux syndicats et au patronat de réfléchir à la suppression des 35 heures. La limite basse de déclenchement de décompte des heures supplémentaires reviendrait aux 39 heures, voire plus d'ailleurs, rien n'est fixé, le premier ministre ayant fait passer le message qu'il n'était pas impossible que la limitation de la durée du travail puisse être supprimée. Cela impliquerait que quelqu'un travaillant 39 heures par semaine ne pourrait prétendre à aucune rémunération en "heure supplémentaire", tout lui serait rémunéré en heure simple. Donc perte de revenus pour le salarié, pas pour l'Etat qui récupèrerait ainsi les allègements de charges promis sur les heures supplémentaires... Mais il faut surtout noter la contradiction flagrante avec le loi TEPA : on encourage les heures supplémentaires et on les supprime quelques mois après. La loi TEPA, décrite comme la loi phare du quinquennat de Sarkozy serait clairement remise en cause sur cet aspect. Inutile de dire que le MEDEF est aux anges, et que les syndicats sont abasourdis !

Peut-on, en tant que président de la république, faire en permanence voter des lois et revenir dessus quelques jours, semaines ou quelques mois après ? Est-ce de la folie, de l'incompétence ou de l'inconséquence, ou bien seulement ce qu'il appelle la "rupture" ? Le "choc de confiance" qui ne vient toujours pas, va-t-on assisté au "choc de méfiance", voire au "choc de défiance" ?

Les lois ne sont pas que des mots, Monsieur Sarkozy, elles font (et défont) nos vies, aussi...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

défaitisme de fin d'année

Pourquoi le peuple des sondages reste insensible aux faits et aux réalités d'une politique orientée en faveur des déjà plus que trop favorisés? Pourquoi le peuple de l'information reste silencieux? Pourquoi, le président peut penser des à présent qu'il sera réélut pour un prochain mandat? Pourquoi tout ce que vous dérivez est inutile et restera lettre morte?
M.Takeaway