Grâce remise peine Marchiani Grâce : Marchiani, détenu «méritant» ? grace marchiani detenu meritant 2791

Prison. L’ex-préfet, condamné pour trafic d’influence, pourrait être gracié. Il s’agirait de choisir des détenus «hors du commun». D’élire ceux qui auraient fait preuve «d’un courage ou d’une solidarité exemplaire».

Ils seraient environ quarante, et le président de la République, en vertu de son droit de grâce individualisé, leur permettrait de sortir de prison. Voilà pour les intentions, exprimées dans un courrier adressé par l’Elysée à Rachida Dati le 21 novembre.


 [Lire l'article complet sur liberation.fr]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Marchiani grâcié ?

« J’ai la volonté de redonner ses lettres de noblesse à la politique »
Nicolas SARKOZY - Propos de campagne présidentielle

De grâce… pas de grâce pour MARCHIANI !

Ancien préfet du Var, Jean-Charles Marchiani, un proche de Charles Pasqua, est actuellement incarcéré après avoir été condamné pour des faits de corruption à deux peines. Sa double condamnation, dans des affaires de commissions occultes, était devenue définitive après le rejet de ses pourvois le 19 mars par la Cour de cassation. Il figure aujourd’hui parmi les 42 prévenus du procès de « l' Angolagate » où il comparaît détenu depuis le 6 octobre.
Or la CGT pénitentiaire s'indigne dans un communiqué, en utilisant toutefois le condition-nel. Le syndicat suggère que le chef de l'Etat "ferait libérer un proche en la personne de l'ex-préfet Marchiani". Il dénonce par avance ce qui serait à ses yeux une libération "en catimini". Cette information a été, semble-t-il, "confirmée officieusement" de source proche du dossier.

A l'Elysée, on rappelle simplement que "le président de la République a demandé des propositions au garde des Sceaux" en vue de faire bénéficier, avant la fin de l'année, d'une grâce individuelle, une quarantaine de détenus. Parmi les critères choisis, Nicolas Sarkozy avait évoqué dans un courrier à Rachida Dati du 28 novembre "une détermination hors du commun à suivre une formation professionnelle", "la preuve d'un courage ou d'une solidarité exemplaire" ou un effort pour "indemniser significativement leurs victimes."
Nous ne pouvons croire que cette information soit vraie !

En effet le président de la République termine, le 1 janvier 2009, sa présidence de l’union européenne. Or il faut se rappeler que lors du Conseil Européen de Tempéré de 1999 en Finlande les chefs d’Etat et de gouvernement ont recommandé que la corruption soit mentionnée dans le contexte de la criminalité financière comme l’un des secteurs revêtant une importance particulière : "Les actes de corruption doivent être dépistés et poursuivis et ceux qui les commettent doivent être punis et privés de leurs gains illicites."

Aussi, gracier Jean-Charles Marchiani serait donner, aux yeux des Français mais égale-ment des Européens, une caution forte à ceux qui ont « spéculé » sur la corruption pour en tirer des avantages importants avec prise d’intérêt direct ou indirect et « faire fi » de l’exemplarité qui doit être exigée des hauts fonctionnaires comme des hommes politiques.

Gracier Jean-Charles Marchiani serait, en même temps, porter un mauvais coup au crédit de la France en la personne de son vice-président de la Commission européenne, responsa-ble pour la Justice, la Liberté et la Sécurité, Jacques Barrot.

Saint-Brieuc le 13 décembre 2008

Gérard GAUTIER
Ancien Conseiller Régional de Bretagne
Président Mouvement « BLANC C’EST EXPRIME »
B.P. 330 22003 Saint – Brieuc cedex 1 Téléphone ! 02.96.33.50.34