Bruno Lina accusé conflits intérêts France Inter Grippe A : un expert mis en cause ? France Inter prévient la contagion... de l’information grippe a un expert mis en cause france inter previent la contagion de l information 6129

Après la mise en cause du professeur Bruno Lina, accusé de conflits d’intérêts par Le Parisien, France Inter – radio sur laquelle il est régulièrement consulté au sujet de la grippe A – se mobilise pour laver l’expert de tout soupçon.

Quitte à oublier, dans la précipitation, de faire état de l’enquête du Parisien, ou même de rendre intelligibles les pièces du dossier.


 [Lire l'article complet sur acrimed.org]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

et pour mémoire

"La vaccination de masse contre la grippe A commencera jeudi prochain, mais rien n'est prêt. Médecins et infirmières rechignant à se porter volontaires, les préfets sont contraints de réquisitionner les récalcitrants. Ambiance." ...

http://www.lesmotsontunsens.com/grippe-a-la-vaccination-jeudi-12-novembre-tourne-au-sketch-6100

" ... Le même jour, la presse locale s’empare du dossier, et rappelle que suite au chantage préfectoral, les réquisitionnés pourraient bien plomber leurs interventions :

« On nous dit "vous pouvez toujours contester mais, à votre place, je ferais attention. Pensez à votre positionnement professionnel". Et c’est bien parce qu’elles ne sont pas encore diplômées que ces Alésiennes s’expriment aujourd’hui à visage couvert, « on est bien coincées ». Mais à malin, malin et demi, si elles y étaient finalement obligés, prenant leur enseignement au pied de la lettre, elles invitent tous les étudiants réquisitionnés à tenir ce langage aux candidats : « Bonjour, je suis étudiant infirmier réquisitionné pour cette campagne. Vous êtes parmi les premiers à qui j’injecte ce vaccin. Cependant, on en connaît déjà certains effets secondaires : un cas sur 10 000 de syndrome de Guillain Barré, dû à la présence dans le vaccin de Squalène, qui est une substance neurotoxique ». »

L’affaire sent aussi mauvais dans le milieu des médecins libéraux. En Savoie, fin octobre, la préfecture n’a pas caché ses difficultés à réunir suffisamment de volontaires et laisse planer l’ombre de la réquisition." ...

http://www.alterinfo.net/GRIPPE-A-La-requisition-du-personnel-medical-degenerera-t-elle-a-l-affrontement_a38849.html

"Alors que la vaccination du grand public commence jeudi, des syndicats d'infirmières et de médecins libéraux dénoncent les réquisitions prévues, déplorant une atteinte à la continuité des soins." ...

http://www.espaceinfirmier.com/actualites/detail/20152/vaccination-anti-h1n1-et-nbsp-des-liberaux-piques-au-vif.html

"Le SNICS-FSU dénonce "les pressions"

Le syndicat SNICS-FSU s'est inquiété vendredi de la mise en place de la vaccination contre la grippe A-H1N1 dans les établissements scolaires où des "pressions sont exercées pour imposer aux infirmier(e)s de l'Education nationale de renoncer à leurs missions auprès des élèves pour vacciner l'ensemble de la population sur leurs obligations de service". Le SNICS-FSU refuse de négliger sa mission auprès des élèves alors que la circulaire du 1er octobre affirme "le principe exclusif du volontariat". Le syndicat rappelle enfin que "les effets secondaires du vaccin contre le virus A(H1N1) ne sont pas connus à ce jour" et qu'il paraît difficile de vacciner des élèves qui ne font pas partie de la population à risque alors que de très nombreux infirmiers refusent eux-mêmes le vaccin."

http://www.lejdd.fr/Societe/Sante/Depeches/Le-SNICS-FSU-denonce-les-pressions-144611/

"Les européens disent majoritairement NON au vaccin de la grippe A
Action Santé Libertés

Malgré les pressions médiatiques et gouvernementales, la plupart des pays européens refusent la vaccination de troupeau qu’on veut leur infliger.

L’Allemagne a été scandalisée d’apprendre qu’Angela Merkel et les ministres de son gouvernement, tout comme ses forces armées, recevraient un vaccin sans adjuvants, alors que les citoyens auraient droit à un vaccin contenant du squalène et du thimerosal à base de mercure.

Le 19 Octobre 2009, le magazine allemand Spiegela publié un rapport accablant sur les dangers des vaccins contre la grippe porcine et ses adjuvants. Le journal annonçait que la campagne de vaccinations de masse qui devait coûter 600 millions d’euros allait s’effondrer au fur et à mesure que s’exprimerait ouvertement la rébellion des médecins, des experts en pharmacologie et même de certains politiciens. La semaine dernière, Dieter Ludwig, président de l’Agence allemande des médicaments confiait au Spiegelque les autorités de Santé étaient de connivence avec l’industrie pharmaceutique." ...

http://www.legrandsoir.info/Les-europeens-disent-majoritairement-NON-au-vaccin-de-la-grippe.html