Guillaume Sarkozy frèreNicolas DG Médéric groupe assurance santé assurance retraite Guillaume Sarkozy a fait un rêve. Nicolas le réalise... guillaume sarkozy fait reve nicolas realise 4945

Connaissez-vous Guillaume Sarkozy ? C’est un des frères de Nicolas. C’est aussi le DG de Médéric, un groupe d’assurance-santé, assurance-retraite…

Il y a quelques années, Guillaume dirigeait une entreprise de textile. Mais il a cessé cette activité et s’est reconverti dans l’assurance santé. C’est plus rentable. D’autant que Guillaume a des projets pour développer son affaire et il connaît quelqu’un de haut placé, qui peut l’aider à réaliser ses projets.


 [Lire l'article complet sur crise-europe.blog.lemonde.fr]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

ne pas manquer les commentaires à l article

qui indiquent que la mutuelle mederic "est l’assureur santé complémentaire du Pôle Emploi. Ses tarifs sont plus chers que l’ancienne mutuelle ANPE avec des écarts allant jusqu’à 20 euros par mois. Et l’affiliation est devenue obligatoire, même si le conjoint dispose d’une autre mutuelle chez qui la famille était assurée auparavant. Malgré nos demandes, nous n’avons pas eu de réponses quant aux modalités de l’attribution de ce marché." ..."Malakoff Médéric - les deux entreprises ont fusionné en juillet 2008 - est actuellement la première mutuelle d’entreprise en France.

Depuis le premier janvier 2009, pour bénéficier des exonérations fiscales et sociales de la loi Fillon liées aux contributions des employeurs, ces derniers doivent souscrire à une mutuelle complémentaire obligatoire pour leurs salariés. Coiffant les autres mutuelles au poteau, Malakoff Médéric a négocié à la pelle de juteux contrats par l’intermédiaire de ses courtiers. Contrairement à ce que prévoit la loi, il n’y a eu quasiment pas de concertations employeurs-salariés dans ces entreprises (pas le temps, pas le temps). Au final, des centaines de salariés ont découvert en janvier-février qu’ils cotisent pour une nouvelle mutuelle. .....

Autre gros, énorme morceau pour Malakoff Médéric : elle est également depuis janvier 2009 la mutuelle obligatoire de L’union des caisses de sécurité sociale. ......" ...........

--------------
qq infos recueillies mi juin :

On s'en souvient, le directeur de la Cnam (nommé par le gouvernement), avait déjà tenté de s'attaquer aux personnes relevant de l' ALD (affection de longue durée) :

"il avait présenté mardi (juin 2008) dans les Echos un plan, dont un volet sur les ALD (cancer, diabète, sida, etc) a suscité l'indignation des syndicats, associations, médecins et politiques, y compris de la majorité.

Un dernier coup de boutoir l'a contraint jeudi à faire marche arrière : le conseil de l'assurance maladie, instance politique de l'institution, composée notamment de partenaires sociaux et des mutuelles, a demandé "à l'unanimité de ses membres" le retrait des propositions sur les ALD.

Le conseil, qui doit se prononcer le 3 juillet sur l'intégralité du plan, a déploré avoir été informé par la presse sur un sujet aussi sensible et réclamé "un débat de fond" au directeur de la Cnam, nommé par le gouvernement. M. van Roekeghem a donc décidé de "retirer les mesures concernant les ALD de ses propositions", a indiqué vendredi la Cnam, confirmant une information de la Tribune.

Il proposait, pour les patients en ALD, de baisser le remboursement par la Sécu des médicaments à vignette bleue ("dont le service médical n'a pas été reconnu comme majeur") de 100% à 35%, comme c'est déjà le cas pour les autres assurés. Les 65% restants auraient été pris en charge par les complémentaires Santé, lesquelles ont d'ailleurs toutes dénoncé cet éventuel transfert. Actuellement, les près de 8 millions de patients en ALD bénéficient d'une prise en charge à 100% par la Sécu pour toutes les dépenses liées à leur pathologie.

Le plan recommandait également une révision du dispositif pour en "réserver le bénéfice aux pathologies qui sont véritablement longues et coûteuses"." ...

http://www.nipauvrenisoumis.org/archive/2008/06/30/ald-la-secu-retire-sa-mesure-polemique.html

"véritablement longues et coûteuses" ... voir la liste des maladies prises en compte pour l' ALD :

http://www.ameli.fr/professionnels-de-sante/medecins/exercer-au-quotidien/les-affections-de-longue-duree/qu-est-ce-qu-une-affection-de-longue-duree/les-a.l.d.-exonerantes.php?&page=1
____

Les ministres concernés avaient avalisé ..."Tant que l’idée n’était portée que par le directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), la Mutualité attendait "logiquement" que se prononcent les partenaires sociaux, majoritaires au sein de cette instance paritaire, a-t-il expliqué sur l’antenne de France-Info. Mais l’intervention de Roselyne Bachelot, mardi soir sur France 2, puis les déclarations d’Eric Woerth, mercredi matin sur RTL, ont eu raison de la patience de Jean-Pierre Davant, observent la plupart de vos journaux.

Les deux ministres ont en effet laissé entendre qu’ils "avalisaient" le schéma du directeur de la Cnam : le gouvernement semble aujourd’hui "considérer qu’il appartient à la Mutualité de se substituer à l’assurance maladie obligatoire, et cela en l’absence de toute concertation", a protesté la FNMF dans un communiqué de presse que relaient Les Echos (page 4), L’Humanité (page 4), La Tribune (page 20) ou bien encore Le Parisien/Aujourd’hui (page 6). D’où l’appel aux partenaires sociaux de se joindre aux mutualistes pour rejeter le plan de Frédéric Van Roeghekem. On l’a compris, c’est tout d’abord sur la méthode que la Mutualité est choquée : "Il n’y a eu aucune consultation des différents acteurs de la politique de santé", indique en effet Jean-Pierre Davant dans un entretien donné à Libération ..." ...

http://www.mutualite.fr/actualites/toutes_les_infos/revues_de_presse/affection_de_longue_duree_la_mutualite_francaise_indignee
___

On appreciera la mentalité : ... "Les mesures concernant les malades d'affections de longue durée (ALD) ont été supprimées du plan d'économies présenté par Frédéric Van Roekeghem, directeur général de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM). "Nous n'avions pas perçu l'hypersensibilité de l'opinion aux déremboursements", a-t-il reconnu. Certes, mais si les mots ont un sens, alors cela signifie simplement que le critère décisif est "l'hypersensibilité de l'opinion", et non la justice sociale... La ministre de la Santé, ne s'était pas émue outre mesure de l'annonce de la CNAM, estimant même dans un premier temps que la proposition "méritait d'être étudiée". Elle n'a pas hésité non plus à annoncer que le plan d'économie de Van Roekeghem est insuffisant, qui proposait pourtant une réduction des dépenses de deux milliards et une augmentation des recettes d'un milliard. Il faut, selon elle, réduire le déficit de quatre milliards. Comme s'il en pleuvait...

http://www.lesmotsontunsens.com/l-assurance-maladie-passera-t-elle-l-ete-ald-bachelot-woerth
____

<<< Ecoutez l'interview (jusqu'au bout, car son analyse se revèle exacte, au sujet des véritables enjeux) du docteur Christian LEHMANN sur France 2 après l'annonce du plan de baisse du taux de remboursement des médicaments pour les patients en affection de longue durée :
http://www.youtube.com/watch?v=ZkQNUC32GQ0&feature=related

et ce qu'il disait déjà des franchises médicales :

http://www.youtube.com/watch?v=hkDL0PidLak
___

Devant la levée de boucliers contre ces ignobles propositions sur l'ALD, le gouvernement n'a pas donné suite ; ou plutôt a gardé en réserve le sujet des ALD, sujet qu'il avait déjà évoqué auparavant ...

(suite de l'article du site "nipauvrenisoumis" cité plus haut)... Il n'en demeure pas moins que la réforme des ALD, qui concentrent plus de 60% des dépenses de l'assurance maladie et qui vont peser encore davantage avec le vieillissement de la population, est dans les tuyaux du gouvernement. Mme Bachelot avait indiqué en mars réfléchir à "des mesures de régulation des dépenses" dans ce secteur. Nicolas Sarkozy avait été plus direct en septembre dernier, déplorant des dépenses qui "dérapent chaque année de manière parfaitement incontrôlée". "Concernant les affections de longue durée, je souhaite que nous concentrions nos efforts sur la prise en charge de ce qui est essentiel", avait-il ajouté".

... et ressort ce sujet aujourd'hui, avec ce qui parait s'annoncer comme les prémices du transfert général de la sécurité sociale aux organismes privés ; les annonces de sarkosy lors du congrès de la FNMF début juin 2009, ouvrent la voie ... :

"Nouvelle symbiose entre Nicolas Sarkozy et la Mutualité Française contre la protection sociale solidaire. Le 4 juin, Nicolas Sarkozy à l'occasion d'un long discours au cours du 39e congrès de la Mutualité Française (FNMF), a annoncé la place spécifique que l'Etat entendait laisser à la Mutualité Française dans une protection sociale révisée. La Mutualité Française est le principal soutien au politique néolibérale de privatisation de la santé depuis plus de 25 ans (lire à ce sujet l'analyse de l'UFAL) et le Président de la République n'a pas manqué de remercier un allié si fidèle en interpellant son président : « ... Monsieur le président, Cher Jean-Pierre Davant, vous méritez notre estime et notre reconnaissance... » ... Ainsi la protection sociale nouvelle de Nicolas Sarkozy rompt avec la Sécurité Sociale assurance universelle, instrument de justice sociale et de répartition des richesses nationales pour opter pour une assurance individuelle ...

Il n'est donc aucunement envisagé de répondre aux véritables problèmes de financement rencontrés par les régimes de protection sociale. Les pseudo-déficits médiatisés de la sécurité Sociale sont dus aux transferts de 10 points de PIB de la rémunération du travail vers les profits des actionnaires depuis 1982.
Toutes les campagnes de culpabilisation des assurés sociaux et de gestion comptable des régimes ont eu pour but de limiter le volumes de cotisations patronales pour laisser à l'initiative individuelle la prise en charge des remboursements de soins de plus en plus chers car de moins en moins contrôlés par la Sécu.
C'est ce qui explique que selon l'OCDE (voir graphique ci-dessous) la France soit aujourd'hui le deuxième pays du Monde derrière les Etats-Unis ayant une part importante (14 %) de l'assurance privée dans le financement de la santé. ...

... (extrait du discours de sarkosy au dernier congrès de la MF :) Un protocole a été signé par Roselyne Bachelot, Eric Woerth et vous-même, en juillet 2008. Ce protocole souligne la nécessité d’une « coordination responsable entre les régimes de base de l’assurance maladie et les organismes complémentaires sur la gestion du risque comme sur le financement des dépenses de santé ». Ses dispositions restent tout à fait d’actualité et je demande au Gouvernement de les mettre en oeuvre entièrement et rapidement. ». C'est la gestion du risque et non l'efficacité des soins qui devient la règle ! Mais le pire reste l'annonce sur les maladies chroniques (ALD) : ... Aujourd'hui pris en charge à 100 % par la Sécurité Sociale, les patients atteints d'une maladie à longue durée ressortiraient demain de la Mutualité Française qui rémunérerait les médecins au forfait pour favoriser le travail de prévention pour tenter de limiter le développement des pathologies et bénéficierait une délégation de paiement de la Sécurité sociale vers la Mutualité pour ces patients.
Est ce que ces dispositions seraient réservées à la seule Mutualité Française ou bien élargies aux autres acteurs de la complémentaire santé (mutuelles solidaires non fédérées, assurances, mutuelles assurances instituts de prévoyance) ?

Il est fort probable que ces autres acteurs ne laisseront pas partir une manne financière car comme le rappelle l'économiste Jean-François Couvrat : « Sont explicitement visées (et ce n’est pas la première fois) : les trente affections de longue durée (ALD) - cancers, diabète, troubles mentaux… - dont la Sécurité sociale, depuis sa création, rembourse les soins à 100%, parce qu’ils sont particulièrement longs et onéreux. Cette exonération du ticket modérateur coûte à l’Assurance-maladie quelque 8 milliards d’euros par an. Les 7,5 millions de bénéficiaires y voient à juste titre un des piliers de la protection sociale française. Les « complémentaires santé », elles, flairent la bonne affaire. Si elles assurent demain ces huit milliards, leur part du marché de la santé augmentera de moitié. Merci Nicolas ! »" ....

http://www.ufal.info/media_flash/,article,614,,,,,_Nouvelle-symbiose-entre-Nicolas-Sarkozy-et-la-Mutualite-Francaise-contre-la-protection-sociale-solidaire.htm
____

"Le débat est faussé : Remplacer progressivement la Sécu par les mutuelles est une belle hypocrisie, un vraie injustice, voire une aberration.

1. Cinq millions de Français n'ont pas de mutuelle. Comment feront ils ?
2. De surcroît, la politique fiscale du gouvernement n'est pas fait pour arranger les comptes publics. Même si l'Etat rembourse à la Secu le manque à gagner de cotisations non perçues pour cause d'exonérations des heures supplémentaires, la facture est lourde. Plus de 650 millions d'euros par mois !
3. Ce transfert est économiquement aberrant. Comme le rappelait le blog Social & Societal il y a plusieurs mois déjà, les frais de gestion de ces organismes, à cause notamment de leurs dépenses marketing, sont 3 à 5 fois plus élevés que ceux de la Sécu.
4. Enfin, les mutuelles sont des sociétés privées. Quand la plupart d'entre elles annoncent toutes des augmentations de leurs cotisations de 4 à 6% en 2008, que peuvent faire les cotisants ? Rien. Où sont la redistribution et l'équité ? Nulle part. Jeudi, Sarkozy bottait en touche en expliquant que ces organismes devraient "les règles de solidarité", sans plus de précision..."

http://sarkofrance.blogspot.com/2009/06/maladies-longues-la-casse-sociale.html
____

Dans un article du 06 juin dernier sur son site, la MNMF indique : "la Mutualité française a transmis au gouvernement une proposition de réforme de la prise en charge des maladies chroniques. Ce dispositif serait fondé sur de nouvelles règles de remboursement et une meilleure qualité des soins. Mais il ne remettrait pas en cause l’implication financière de l’assurance maladie obligatoire, "qui doit continuer à assumer ses responsabilités dans ce domaine" ;
Sont prévus "Une rémunération des médecins à la performance", "les professionnels de santé qui le souhaitent accepteraient de respecter un protocole de qualité et un mode de rémunération essentiellement forfaitaire"et des "programmes personnalisés de prévention et d'éducation thérapeutique pour les patients.

http://www.mutualite.fr/actualites/toutes_les_infos/nos_articles/maladies_chroniques_roselyne_bachelot_s_engage_sur_un_partenariat_avec_la_mutualite_francaise

A terme, il est tout à fait probable que le gouvernement entérine l'"expérience" ; en toute logique, une partie des médecins n'acceptera pas cette rémunération au forfait, donc ne suivra plus les patients malades chroniques et en ALD. De même, ces patients n'auront plus le choix de leur médecin, ni le choix de leurs lieux et modes de thérapie. Et enfin, en toute logique, l'assurance maladie obligatoire sera déchargée de ces patients, qui relèveront entièrement de sociétés privées. Ces malades là, pour commencer ...

"Priorité Santé Mutualiste : le dernier coup de poignard de la Mutualité Française à la Sécu : ... ""Priorité Santé Mutualité" n'est que la copie des démarches de conventionnement en dehors de la Sécu déjà opérées par plusieurs opérateurs "réseau de santé". Les groupes financiers qui investissent en ce moment sur la santé préparent leurs réseaux de soins privés favorisés par toutes les mesures gouvernementales actuelles obéissant aux directives européennes (privatisation des hôpitaux, fin du remboursement de l'optique et du dentaire; déremboursement de nombreux médicaments, automédication et vente en supermarché et station-service etc.) dont la Ministre Bachelot a indiqué qu'elles devaient porter leur fruits pour 2010.
Le système qui consiste à mettre dans les mains d'actionnaires, la santé de la population est connu, il provoque des ravages aux Etats-Unis." ...

http://www.ufal.info/media_flash/2,article,364,,,,,_Priorite-Sante-Mutualiste-le-dernier-coup-de-poignard-de-la-Mutualite-Francaise-a-la-Secu.htm

"PLFSS, HPST et FNMF : attaques contre la Sécurité sociale solidaire. Les deux projets de loi PLFSS 2009 et HPST, ainsi que la réforme de la FNMF du

12 décembre 2008 ont pour mission d’achever un premier cycle d’attaques contre la Sécurité sociale solidaire."

http://www.ufal.org/index.php?option=com_content&task=view&id=442&Itemid=198
____

Sachant que, par ailleurs, le Sénat a aussi offert "L'éducation thérapeutique" au privé et pas des moindres : les laboratoires pharmaceutiques !

..."Cette "éducation thérapeutique" risque alors fort de se réduire à de la publicité déguisée auprès du public, y compris pour des médicaments de prescription, publicité d'ailleurs interdite en Europe. Dans l’intérêt de la santé publique, l’éducation thérapeutique ne doit en aucun cas servir de cheval de Troie aux firmes pharmaceutiques pour la mise en œuvre de leurs actions promotionnelles.

C’est pourquoi Le Collectif Europe et Médicament demande aux membres de la Commission mixte paritaire, qui se réunit le 16 juin 2009, de rééquilibrer l’article 22 en en supprimant la partie litigieuse (...), en conformité par exemple avec les articles L.5122-1 et L.5122-6 du Code de la santé publique relatifs à la publicité.

D'une façon ou d'une autre “l’éducation thérapeutique” ainsi conçue sera, in fine, financée par la collectivité (remboursement de plus de médicaments, fixation de prix plus élevés pour les nouveaux médicaments)." ... (Voir en pièce jointe le document du collectif.).

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/06/13/l-education-therapeutique-cadeau-du-senat-aux-laboratoires-l.html
____

"Pour conclure, rappelons simplement les promesses du candidat. Elles n'engagaient, comme dit la coutume, que ceux qui les ont crues:
: "Nous allons dépenser plus en matière de santé en raison de l’allongement de la durée de la vie, du progrès thérapeutique, des exigences croissantes et légitimes de nos concitoyens. Aussi faut-il dépenser mieux et créer les recettes nécessaires au financement des dépenses".
"L’égalité d’accès aux soins est menacée par le manque de couverture complémentaire, l’inégale répartition des professionnels et des équipements sur le territoire, les inégalités entre établissements hospitaliers. Je propose de renforcer l’aide à l’acquisition d’une complémentaire et d’améliorer les remboursements des soins dentaires et optiques." (Sarkozy, interview Hôpitaux MAGazine en avril 2007)".

http://sarkofrance.blogspot.com/2009/06/maladies-longues-la-casse-sociale.html
-------------------
à suivre, le blog LES VIGILANTS :

http://blogsvigilantsarkozy.blogspot.com/

Merci pour toutes ces infos

Merci pour toutes ces infos

de rien, Napak

:-)