HADOPI Rapport parlementaire modifié nuit Hadopi 2 : un rapport modifié en douce pour éviter la censure du Conseil constitutionnel ? hadopi 2 un rapport modifie en douce pour eviter la censure du conseil constitutionnel 5541

Une modification apportée au compte-rendu officiel de la commission mixte paritaire pourrait sauver la suspension de l'accès à Internet devant le Conseil constitutionnel, au moins pour l'un des motifs que soulèveront les députés socialistes.

Ça paraît anecdotique, c'est en réalité fondamental. Les services du Parlement ont retiré dans la nuit le compte-rendu des travaux de la commission mixte paritaire (CMP) sur le projet de loi Hadopi 2, pour le remplacer ce matin par une version très légèrement modifiée. Comme le révèle PC Inpact, la modification porte sur une toute petite phrase de Franck Riester. Selon notre interprétation, les conséquences de la modification pourraient toutefois être très lourdes pour le gouvernement.


 [Lire l'article complet sur numerama.com]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

A lire :

"La concurrence de la parole"

En suivant les débats sur HADOPI, je me disais... 28 millions d'abonnés à Internet en France. Plus d'un foyer sur deux. Un chiffre banal, après tout. Quoi de plus normal de nos jours? Et pourtant, qui peut dire ce que signifie le fait que 28 millions de personnes aient désormais, dans ce pays, accès à la parole publique?

Que deviendra le monde associatif et politique quand il verra arriver le flux de millions de gens désormais habitués à prendre la parole ?

 Car la révolution, la vraie, n'est pas à chercher dans l'aspect technologique de la chose. C'est le côté sociologique qui est passionnant. Penser un avenir où tout citoyen pourra non seulement débattre publiquement de ses opinions, mais aussi apprendre à les confronter à d'autres, mais encore réussir à se convaincre que sa parole est toute aussi importante que n'importe quelle autre.

 Que sera un monde dans lequel les enfants n'auront plus à demander la parole pour l'obtenir, au gré des parents et des maîtres, puis des médias et des politiciens ?

 Est-ce que nos dirigeants ont bien mesuré la chose ? J'en doute. En s'attaquant à la liberté d'expression sur Internet, comme ils le font en critiquant et en hadopisant, ils ne font pas que se heurter à une technologie définitivement non régulable.

Ils lèvent aussi, contre eux, toute une génération de futurs acteurs qui seront devenus conscients de leur pouvoir et de leurs actes, et qui auront été formés comme jamais au fonctionnement de nos institutions, comme le sont tous les gamins qui ont suivi les débats et les méandres du feuilleton d'Hadopi." ........

http://www.mediapart.fr/club/blog/laurent-chemla/150909/la-concurrence-de-la-parole

puis, à voir,

ce doc "US NOW" sur les possibles mutations à venir grâce au net, vers une "gouvernance participative" et la fin de ces systemes gouvernementaux pourrissants :

http://dotsub.com/view/34591ca8-0ef5-48fb-82e6-163a9f21298d