fast-foods cholestérol statines médicaments hamburgers Hamburgers, frites et... statines à volonté ! hamburgers frites et statines a volonte 7725

Vive la science ! La (mal)bouffe des fast-foods fait monter le cholestérol. Qu'à cela ne tienne, des chercheurs britanniques proposent d'y saupoudrer quelques doses de statines, ces médicaments qui limitent le développement de la mauvaise graisse.

Hamburger médicaments statines

Votre hamburger est servi. Bien chaud, fumant, dégoulinant. Ne vous reste plus qu'à déguster cette graille ragoûteuse. Avant de vous asseoir, vous passez au distributeur de ketchup. Et là, surprise : entre le sel et le poivre, on vous propose votre dose de statines, substances actives de médicaments anti-cholestérol. Du pur délire ? Non, c'est la proposition très sérieuse d'une équipe de chercheurs en cardiologie de l'Impérial College de Londres, rapportée par le Guardian et publiée cette semaine dans l'American Journal of Cardiology.  Excusez du peu.

Plus besoin d'ordonnance, le ticket de caisse fera foi. On imagine déjà le serveur vous demander la liste de médicaments que vous avez ingurgité récemment, avant de vous délivrer votre dose... Forcément, il vous faudra aussi lire l'interminable liste d'effets secondaires, cela prendra assez de temps pour que votre tambouille refroidisse. Mais c'est un détail.

Il faut dire que le prix de revient d'un sachet de cette potion magique nouvelle formule est quasiment identique à celui d'un sachet de ketchup. On aurait tort de se priver. Et on pourrait aussi mélanger des pilules anticancéreuses au tabac de nos clopes ? Ou directement diffuser des médicaments préventifs dans l'eau du robinet... Euh... ça existe déjà ? Oups...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

BALLE DES DODUS

Boire de l’eau quand on a soif… manger du pain quand on a faim…
Pourquoi faire simple quand on peut faire plus compliqué.
On ne peut plus se contenter de peu à l’heure où rien ne peut nous contenter.
Parce que le problème n’est plus le même : on a désormais le sens de la démesure. Celui de la mesure… on ne l’a jamais eu ni pu.
On disait : rien de trop. On faisait: trop de riens. Et demain, qu’en dira-ton ?
On dira que nous sommes gros et gras, que notre corps a besoin d’un mentor.
Dukan, ne prononcez pas ducon, gaffe à l’articulation quand il s’agit de nommer celui qui nous a débarrassés de toutes nos rondeurs.
Grâce à son régime hyper simplifié, nous finirons un jour par manger équilibré. Il faut être sourd et muet pour ne pas le suivre à une virgule près :
Phase 1 : que des protéines : viande, poisson, œufs et poulets
Que ça… que ça… que ça…
Phase 2 : introduire les légumes… 100 aliments autorisés, ni 99, ni 101… on ne badine pas avec les fondamentaux.
Phase 3 : réincorporer les féculents dont j’ai oublié le nom… tout ce que j’ai retenu c’est la réapparition du fromage et du pain dans un régime qui n’a rien de draconien.
Phase 4 : ni l’apothéose, ni l’apocalypse mais une vraie psychose, pour ceux qui n’ont jamais entendu parler de la volonté : poursuivre ou y renoncer?
Tout bien pesé, j’ai déchiré le livre. Désolée pour ce nutritionniste de renommée, mais depuis, je ne me suis plus jamais pesée !

http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20des%20dodus

Big Pharma lies about statin

Big Pharma lies about statin drugs finally exposed in British Medical Journal

http://www.naturalnews.com/028988_statin_drugs_side_effects.html

vive la croissance

Vous n'avez rien compris, mon brave monsieur. Ces chers scientifiques participent louablement aux efforts de croissance économique. La recette est simple: manger plus; être plus gros, plus diabétique, plus cardiaque, plus cancéreux; et se soigner encore et toujours plus, grâce aux bienfaits des molécules magiques issues des progrès de la recherche ! Quoi, vous voudriez me faire croire que vous êtes contre ? Mais c'est anti-citoyen, comme position, ça !
L'industrie pharmaceutique a tout compris (et l'industrie de la bouffe lui donne un coup de main fraternel): il est temps d'élargir le marché du médicament aux bien-portants, car celui des malades est déjà saturé. Concernant le cholestérol, l'idée subtile consistant à faire baisser encore et toujours le seuil au dessus duquel on passe dans la catégorie "malade à traiter de toute urgence par des statines" a été décrite (entre autres) par le Dr De Lorgeril ("Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent...")ou Jorge Blech ("Les inventeurs de maladies"). Cette nouvelle idée, consistant à mettre les statines en libre service, est tout simplement géniale. En termes de marketing et de croissance économique, bien sur. Pour le reste, ça se discute... Et on aurait pu croire, ou à tout le moins espérer, que les scientifiques et les médecins aient d'autres objectifs dans la vie que de lutter contre la crise et d'améliorer les ratios de quelques firmes mondiales...