Grippe A métro «Il suffit d’une quinte de toux pour se faire massacrer par les autres» il suffit d une quinte de toux pour se faire massacrer par les autres 5470

«Ça fait deux semaines que j’ai la crève. Le médecin m’a dit que j’avais un début de bronchite, un peu de rhinite. Chaque fois que je prends les transports en commun, il suffit que j’aie une quinte de toux pour que je me fasse massacrer par les autres usagers.»

«Au début, ils ne disent rien. Ensuite, c’est des soupirs énormes. Enfin, ils me demandent d’arrêter de tousser. Ils s’écartent, prennent un air désespéré, me demandent de sortir parce qu’ils ne veulent pas être contaminés.»


 [Lire l'article complet sur liberation.fr]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

le gouvernement y veille, à la propagation de l angoisse...

et du coup, des ventes du vaccin et des mesures "d'adaptation" de la Justice (...) :

"... La grippe, c'est combien ?
Pour éviter de parler chômage, on cause grippe A. C'est le vacarme du moment. Le gouvernement nous rabache ses appels à la vaccinations, reportages télévisuels à l'appui. Des médecins et infirmiers s'inquiètent: les vaccins ont des effets secondaires, et celui-là est mal maîtrisé car trop récent.

Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé, se transforme un peu plus chaque jour en VRP des labos pharmaceutique. Il faut écouler les stocks sans paniquer les foules. Imaginez vous, 94 millions de doses ont été commandées, pour un gros milliard d'euros !

On s'est alors rappelé cette inauguration d'une usine Sanofi, au Mexique, en marge de la visite de Sarkozy sur place. C'était deux mois avant le tout premier cas "officiel" de grippe porcine. Et Sanofi annonçait déjà qu'il serait en mesure, avec cette usine, de fabriquer les vaccins nécessaires à une épidémie éventuelle... de grippe.

On se dispute aussi sur les chiffres : alors que les autorités sanitaires françaises ne confirmaient que 6 000 cas supplémentaires par semaine en France métropolitaine, un syndicat d'infirmier avançait lui le nombre de 20 000 nouveaux cas hebdomadaires.

Et d'autres, responsables médicaux, politiques ou du corps judiciaire, pétitionnent contre certaines mesures gouvernementales envisagées contre la propagation de la grippe, tels la mise en place de jugements en huis clos avec un juge unique, la prolongation des détentions provisoires sans audience ni débat, ou la suspension des délais de prescription." ...

http://sarkofrance.blogspot.com/2009/09/123eme-semaine-de-sarkofrance-le-story.html