JO Chine politisation charte Olympique CIO JO en Chine : le CIO à l'épauler-jeter jo en chine le cio a l epauler jeter discours flamme olympique lhassa

Quand le CIO fait dans la diplomatie, le gouvernement chinois sort l'artillerie lourde. Le badge "Pour un monde meilleur" a été refusé car trop "politique". Et quand un officiel chinois discourt à la cérémonie de passage de la flamme olympique à Lhassa, ce n'est pas du tout politisé : "Nous devons fermement écraser les complots de la clique du dalaï-lama". Réaction magnanime et sans concession du CIO, qui "regrette" ces propos. Circulez...

Le CIO fait dans la diplomatie...

Jeux Olympiques 2008 Chine CIO

D'un commun accord et sans trop de contestation, le CIO a bravement rejeté l'utilisation du badge "Pour un monde meilleur" que souhaitaient arborer les sportifs. "Aucune manifestation tangible de quoi que ce soit pendant les manifestations sportives et pendant le défilé des cérémonies d'ouverture et de clôture" s'était défendu le président du Comité national olympique français (CNOSF), Henri Sérandour. Sage décision, et tant pis si la charte olympique précise dans le premier paragraphe de son premier article que "le but du Mouvement olympique est de contribuer à la construction d’un monde meilleur". Cette sage décision fut prise en avril. Aucune manifestation politique ! Il est vrai que la charte olympique précise aussi qu'"aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique". Ce qui a motivé la décision du CNOSF. Et les athlètes de ravaler leur salive.

Quand la Chine sort l'artillerie lourde...

Samedi 21 juin 2008, la flamme olympique défilait à Lhassa. Passage bref et millimétré : magasins fermés, public soigneusement sélectionné parmi les fonctionnaires, écoliers et étudiants chinois, un cinquantaine de journalistes triés sur le volet et fermement encadrés. Et un beau discours de clôture de Zhang Qingli, secrétaire du Parti communiste de la région autonome du Tibet et proche du président Hu Jintao : "Le ciel du Tibet ne changera jamais et le drapeau rouge aux cinq étoiles flottera à jamais très haut au-dessus (...) Nous devons fermement écraser les complots de la clique du dalaï-lama et des forces étrangères hostiles qui cherchent à ruiner les Jeux olympiques de Pékin". Un discours politique violent dans un cadre purement olympique alors que le gouvernement chinois et le CIO affirment en choeur qu'il ne faut pas politiser les JO et qu'on refuse un simple badge aux athlètes... Aïe. Et la réaction du CIO fut d'une rapidité et d'une impartialité inouïes...

Trois jours plus tard, le CIO, gêné aux entournures, publiait un communiqué selon lequel il "étudiait" le discours incriminé. Mercredi, il indiquait, via un nouveau communiqué, "regretter" ces propos, difficile de faire plus incendiaire ! Réponse du gouvernement chinois, hier : "La Chine est opposée à la politisation des jeux Olympiques (...) En faisant des remarques, des responsables (chinois) n'ont pas pour but de politiser les JO, mais plutôt de créer un environnement stable et harmonieux pour les jeux Olympiques". Créer un "environnement stable et harmonieux" en menaçant d' "écraser la clique du dalaï-lama"... L'affaire est close. Passons à autre chose, et vite ! Avant que l'on s'en aperçoive...

Cela ne fait jamais que 7 ans que les Jeux olympiques sont partie intégrante de la propagande patriotique du gouvernement chinois...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

D'accord à 100 %, mais la

D'accord à 100 %, mais la somnolence ambiante de nos politiques et administrés n'a rien vu passer...

-- TZ