américanisation assurance maladie privatisation Sécurité Sociale "Gestion du risque", la privatisation de l'assurance santé en trois (gros) mots la gestion du risque ou l americanisation privatisation de l assurance sante securite sociale francaise 20081020

La Sécu est en mauvaise santé. Un plan révolutionnaire doit lui redonner des couleurs, prévoyant notamment une taxe d'un milliard d'euros sur les mutuelles. Mais pour faire passer la pilule, les assureurs privés seraient sur le point d'obtenir de l'Etat le droit d'accéder aux données individuelles des assurés. En route pour un système de santé à l'américaine...

la mort de la sécurité sociale

La dernière ponte du Canard Enchaîné relève, en page 5, que derrière une jolie formulation syntaxique se profile un dangereuse et imminente dérive de notre système de santé. En cause, trois mots à priori sans intérêt : "gestion-du-risque". En plein mois de juillet, Roselyne Bachelot annonçait une série de mesures, dont la mise en place d'une nouvelle taxe d'un milliard d'euros sur les mutuelles. Mais celles-ci ne tardaient pas à se révolter et multipliaient les déclarations : impossible de ne pas répercuter ce prélèvement sur les assurés, im-pos-si-ble. Un drame politique en ces temps de vaches maigres. Mais un accord semble maintenant se dessiner, qui arrangerait tout le monde sauf... les citoyens.

"La faire accepter dans l'opinion"

"Gestion du risque", le terme apparait une première fois dans un communiqué estival du gouvernement, à l'attention des assureurs, puis dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2009 qui préconise de "mieux associer les organismes complémentaires à la gestion du risque pour mieux réguler l'ensemble des dépenses de santé". Le terme est ensuite repris par Nicolas Sarkozy, dans son discours de Bletterans (Jura), le 18 septembre : "les complémentaires santé doivent contribuer à l'amélioration de la qualité des soins, à la gestion du risque, à la maîtrise de la dépense, dans l'intérêt des assurés". Par Eric Woerth aussi, devant la Commission des comptes de la Sécurité sociale, le 29 septembre : "J'aimerais également que les partenaires sociaux qui composent le Conseil de l'UNCAM donnent plus de visibilité à la politique de gestion du risque de l'assurance maladie, qu'ils en détaillent les objectifs et les instruments pour la faire accepter dans l'opinion"... à l'insu de son plein gré ?

Des maux derrière les mots

Derrière ces trois petits mots se cache, en fait, une vraie révolution. Car depuis un certains temps, les assureurs privés lorgnent avec insistance sur les données personnelles des assurés. Ils seraient donc sur le point d'obtenir une première victoire, en contrepartie de cette taxe qui valait un milliard. En bref, il existe plusieurs définitions de la "gestion du risque santé". Celle des assureurs est de loin la plus intéressante : il s'agirait ni plus ni moins que de leur ouvrir l'accès aux données individuelles de santé des assurés, à des fins de lutte contre la fraude et d'"optimisation" des dépenses, bien entendu.... Mais cela leur permettrait aussi de sélectionner la clientèle, de la trier, d'évaluer les personnes à risques et de personnaliser les assurances, quitte à faire exploser les cotisations des plus malades d'entre nous, au motif qu'ils sont des assurés "à risque". Cette "gestion du risque" a été introduite aux Etats-Unis au début des années 60. Aujourd'hui, on déplore 47 millions d'américains sans assurance santé.

Si certains sabrent le champagne à la santé de la "gestion du risque", les autres trinquent !

Le bonus-malus à la sauce sanitaire. Et Nicolas Sarkozy jubile, qui compare régulièrement l'assurance maladie à une assurance automobile. Son rêve américain devient enfin réalité. Certes, il ne s'agit que des mutuelles complémentaires. La Sécurité Sociale n'est pas remise en cause. Mais à coup de franchises, de déremboursements, de "forfait 1 euro", de tickets modérateurs, de dépassements d'honoraires... les mutuelles deviennent aujourd'hui indispensables. Et ce ne sont pas les 5 millions de Français qui n'ont plus les moyens de cotiser ou les 40% d'entre nous qui ont déjà retardé ou renoncé à au moins un soin en raison de son coût qui nous diront le contraire.

L'assurance maladie en voie de privatisation... Le texte est passé au Conseil des ministres le 13 octobre 2008. Le débat parlementaire débutera le 28 octobre 2008. A moins que le gouvernement choisisse la voie de... l'ordonnance(*) ?

(Sources : assemblee-nationale.fr, canardenchaine.fr, elysee.fr, 01net.com, lesechos.fr, adiph.org, sante-jeunesse-sports.gouv.fr)
(*) Ordonnance :possibilité de faire passer une loi par le pouvoir législatif sans aucun débat public)

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

tomber des nues

Il ne faut pas tomber des nues.
C'est un grand plan entamé avec la convention médicale de 2005 par, entre autres, Xavier Bertrand qui va trouver son apothéose dans les quatre ans à venir.
D'autant que les assureurs lorgnent sur le pactole depuis une quinzaine d'années.

mauvaise gestion du risque, monsieur sarkosy.

Allez y donc franco ! Expediez nous donc, à nous les grands malades, nous les personnes fragiles et vieillissantes, nous les personnes atteintes de maladies rares, auto immunes, les inguérissables qui coutent si cher tout en faisant le beurre et les épinards de l industrie pharmaceutique, expediez nous donc disais je, un petit kit "soulagez la France et mourrez sans souffrance" ; comme vous êtes un être très humain, vous nous laisserez le choix en nous expediant auparavant un petit questionnaire de preference : piqure à overdose ou pilule overdosée, pas le flingue non c est trop cher, pas la corde non plus ça la fout mal apres pour relouer notre logis et puis l overdose c est tout benef ça continuera de faire le bonheur de l industrie pharmaceutique.

Allez y monsieur sarkosy !

Si je n'ai plus rien à perdre ce sera le déluge !

Tout ce qui fais le liant social est en train d'être détruit !

France pays de la santé ?
Voici 10 ans que je nécessite une prothèse dentaire pour toutes les molaires supérieures.
Je possède une mutuelle qui ne rembourserai que 300 euros, impossible donc de se faire soigner ...
Comment donc faire lorsqu'il est déjà impossible de manger 3 repas par jour pour cause de manque d'argent ?

Le souci dentaire entraine des problèmes très variés, cardiaques, alimentaires, infectieux etc...

Le jour où nous n'aurons plus le droit à la santé pour tous, nous pourrons nous attendre à l'enfer pour tous !
Maintenir le peu de santé qu'il me reste est déjà très difficile .
Le jour où je ne pourrais plus me soigner du tout, quitte à faire un choix, vivre ou mourir de maladies non soignées, je n'hésiterai pas une seule minute à franchir le pas de la délinquance sans pitié .

Là au moins je pourrais me soigner et SURVIVRE .
Toutes les mesures sécuritaires servent de cadre à pouvoir installer de telles mesures en anticipant la montée de délinquance en résultant.

Quel père de famille hésiterai une seule minute à trouver les fonds à tout prix pour soigner ses enfants ?
Pas moi en tous cas !

Le gouvernement veut faire des économies ?
Il pourrait commencer par supprimer les régimes spéciaux de nos politiques et tous les avantages en nature (logement de fonction etc...)
Nos politiques sont décalés de la vie réelle, il est temps qu'ils vivent la même chose que les citoyens .

Distribuer des informations confidentielles sur la santé à des sociétés privées ne se limiterai pas au simple domaine de la santé mais également à celui de l'emploi (personne ne veut employer un malade, trop risqué !)
C'est un choix dans l'évolution de la société, je suis prêt à prendre les paris si l'hypothèse se confirmait .

Tout comme je ne me poserai aucune question pour passer à l'action, c'est une question de survie !

Je vais choquer...

... mais ça va devenir une habitude !

Donc je me lance ! :D

Pour ma part, je trouve ça pas trop mal.

_"Bouuuh, t'es pas gentil ! Tu es contre le "santé pour tous"".
_"Oui, et non. Je suis pour ce système qui donne les soins premiers et RÉELLEMENT NÉCESSAIRES à tous. Mais j'en ai marre de cotiser tous les mois pour ces hypocondriaques qui passent leur vie à gober des cachetons, à aller chez les spécialistes et à faire tous les tests médicaux possibles "pour vérifier si tout va bien... mieux vaut prévenir que guérir"!
Les Français sont les plus gros consommateurs de médicaments AU MONDE... Pourquoi ? Parce que dès que y'a un p'tit quelque chose qui ne vas pas, on va chez douze spécialistes pour expertises et contre expertise ! bah oui... c'est gratuit... Bah non, c'est pas gratuit. C'est simplement dans tes cotisations salariales et patronales (on les oublie trop souvent celles ci), etc, etc.

Donc, vive la libéralisation des interventions majeures et vive le social pour garantir à tous l'accès minimum aux soins.

Allez, une p'tite anecdote... Quelqu'un qui a une dépression (vraie ou fausse, peu importe). Une semaine de SPA avec son mari, tous frais payés par la SECU... Vous y croyez ? Bah c'est là qu'il est le trou de la SECU.
De tous les abus que NOUS faisons (je me mets dedans, pas de raison... bien que le médecin ne me voit pas souvent) résulte cette solution aujourd'hui avancée par l'état...
Ne venez pas vous plaindre, on l'a cherché et on l'a aujourd'hui mérité !

12 milliards d'euro, soit 78.000.000.000 de franc de déficit. Y'a un moment où faut dire stoppe.

Et les Français sont comme ça : pour leur faire comprendre quelque chose, faut toucher à leur porte monnaie. Lààà, y'a pas de doute, ils vont s'intéresser au sujet pour mieux le décrier.

Enjoy the results !

Tout à fait le droit de faire valoir votre point de vue

Vous êtes en droit de faire valoir votre point de vue .

Encore ne faut-il pas généraliser.
C'est un phénomène très à la mode chez Sarko de s'appuyer sur des épiphénomènes afin de créer des règles répressives.
Les médecins sont dors et déjà très surveillés par la Sécu pour les cas que vous avez cité .

A mon humble avis (étant l'auteur du commentaire vous précédant) je puis avancer que vous n'avez jamais été atteint de maladie grave .

Pour ce qui est des dépenses de santé et de la surconsommation de médicaments, renvoyons la balle dans le camps des médecins et des laboratoires offrant des primes aux médecins qui prescrivent leurs produits ....
La dérive de la consommation est bel et bien là, l'intéressement du médecin à vendre telle ou telle marque ou produit .
Le serment d'hypocrite prévois une obligation de formation continue, commercialement remplacée par les visiteur médicaux, les VRP du médoc intéressement du praticien à la clé !

Pour ce qui est de la pratique médicale, je connais peu de médecins qui pratiquent avec des méthodes modernes, encore moins de médecins qui vous auscultent, laissant s'aggraver parfois des pathologies jusqu'à les rendre évidentes .
Un bon examen poussé, radio ou scanner ou autre, peut être bénéfique s'il évite de laisser trainer des pathologies sans soigner une pathologie supposée . (seul le ciblage efficace compte pour la réduction des coûts)

Personnellement j'ai été soigné deux ans par morphine et hormones pour un trouble musculo-squelettique supposé, sans aucun examen (scintigraphie osseuse) là où un spécialiste au bout de deux ans de souffrances a enfin trouvé l'origine réelle du mal en moins de 15 minutes.
Combien ais-je coûté à la communauté pour ce mauvais diagnostic en rein étayé ? ( 250 € / semaine rien que pour la morphine X 24 mois !!!)
Etais-je coupable ? Oui, coupable d'avoir eu confiance en un médecin et un chirurgien incompétent et réputé pour cela ! (les plaintes au sujet de ce chirurgien sont légion mais restent bloquées au commissariat, manque de praticiens à l'hopital local oblige)

Une semaine de SPA pour dépression il faut me donner l'adresse du praticien, ce devait être des clients haut de gamme et influents !
Quoi qu'il en soit que coûteraient des dépressions non soignées médicalement ?(pas avec un SPA...ha ha ha )
Certainement bien plus cher en insécurité et en faits divers ....
C'est un choix de société, la loi du talion pourquoi pas si vous le désirez mais ne venez pas vous plaindre si pour préserver votre porte monnaie vous y perdez la vie ou la santé ... (à méditer)

La santé n'a pas de pris et la vie non plus, vous aurez bonne mine avec vos euros une fois passé de vie à trépas ! (ce n'est pas une agression même si c'est mal formulé, je vous pousse à y réfléchir)

Anonymous, le méchant ! C'est moi ! ;)

Non, en effet... Je n'ai jamais été atteint de maladie grave.

Et au vu de vos commentaires, à mon humble avis, je puis avancer que vous ne payez pas grand chose en impôt et autres aides sociales.

Concernant le mal pour lequel vous avez souffert, j'en suis sincèrement désolé. Mais comme vous l'indiquez, vous ne vous êtes pas posés la question durant deux années : "est ce que c bien le mal que m'a diagnostiqué le médecin que j'ai réellement ?"... vous l'auriez fait si c'était à vous de payer les 24.000€.

C'est toujours plus facile, quoi qu'on en dise, de dépenser, sans trop se poser de question, l'argent des autres.

Je ne souhaite pas préserver spécifiquement mon porte monnaie... du moins pas plus que les autres. Je ne doute pas que si l'on venait vous réclamer demain des cotisations pour ceux repeindre ma cuisine, vous cririez au scandale "RAF, c'est pas notre souci sa cuisine"...
Il est amusant de voir à quel point la nature humaine est partageuse quand il s'agit du bien de l'autre... et égoïste lorsqu'il s'agit de son bien ! (à méditer)

anonymous de la famille groseille c'est moi ha ha ha

Lorsque vous êtes médicalement dopé il est certain que vous n'êtes pas dans votre état naturel (conscient).
Vous n'êtes qu'un jouet pour les praticiens .

Ceci dit je vous rassure ma femme et moi payons des impôts !
Vous avez raison pour faire des économies nous devrions tuer : les vieux, les malades, les chômeurs, le étrangers etc...
Au moins comme ça vous payerez des impôts, pour être à votre tour fusillé le jour où il vous arrive un pépin ...

Qui a dépensé ? Moi ou le médecin qui me prescrivait des ordonnances ???

>>>Il est amusant de voir à quel point la nature humaine est partageuse quand il s'agit du bien de l'autre... et égoïste lorsqu'il s'agit de son bien ! (à méditer)
Si je n'étais pas allé dans le privé à mes frais je serai encore dans le même état, donc je vous ai fait économiser pas mal d'argent in fine !

La France vous déplait, partez donc aux USA où 40% des citoyens sont sans couverture santé !
Même eux actuellement sont en train de faire machine arrière en ce domaine, donc à terme vous risquez de payer également pour la santé des autres .ha ha ha !

Ne vous inquiétez pas, un jour, vous aussi serez malade et j'espère bien que vous financerez seul vos dépenses de santé vu votre haute considération pour le civisme.(MDR)
Ceci-dit vous avez le droit de faire votre chèque annuel aux ONG pour vous donner bonne conscience, ça remplace les notions de Liberté, égalité, fraternité ...

Ze same méchant anonymous...

Encore une fois, j'ai bien dit ne pas être contre la SECU... Mais contre ses abus ! ;)
Nuance qui, semble-t-il, vous a échappée !

Pour faire des économies, il n'y a pas nécessité de massacrer à tour de bras comme vous le préconisez. Simplement de faire comprendre aux gens que lorsqu'ils sont remboursés par la SECU, d'une manière ou d'une autre, ils le paieront... ou ça sera payé par les autres.

La France ne me déplaît pas, certains de ces fonctionnements oui.
J'ai vécu plusieurs années à l'étranger et j'ai donc pu pleinement voir et relativiser ce qui est bien en France... et ce qui ne l'est pas.

Le système de la sécurité sociale est une bonne idée, mais elle est mal faite. C'est une évidence.

Pour le reste, vous semblez me faire passer pour un rat qui ne souhaite en aucun cas partager mon argent... Raté, vous vous trompez de personne et très largement. Je ne vais pas faire l'énumération d'arguments qui vous le prouveraient, car je n'ai en aucun cas à me justifier.

Cependant, sachez qu'on peut en avoir marre de voir les dizaines de milliers d'euros versés à l'état qui partent en fumée pour manque d'organisation, pour cause d'abus, par faute de profiteurs et parasites, etc.

Pour ce qui est des notions de Liberté, Égalité et Fraternité... Soit vous êtes hypocrite, soit vous êtes aveugle. Mais avouez que notre société n'en est pas le meilleur exemple... bien loin de là.

Groseille confus ... méa culpa

Nous sommes bien d'accord en somme, c'est vrai que j'y suis allé un peu fort dans ma démonstration par l'absurde.
>>>"sachez qu'on peut en avoir marre de voir les dizaines de milliers d'euros versés à l'état qui partent en fumée pour manque d'organisation, pour cause d'abus, par faute de profiteurs et parasites, etc."

Là nous sommes bien d'accord, d'ailleurs le plus coûteux n'est pas forcément là où nous l'attendons.
1 Il suffit de regarder les archives du contentieux de la sécurité sociale pour voir à quel point des sommes colossales sont englouties en procédures et jugements devant le TASS à cause d'erreurs administratives .

(Je ne parle même pas du faux chirurgien plasticien de Marseille a pu exercer illégalement pendant 10 ans et faire des dégâts considérables .(corporatisme et omerta)
Sanction ? 10 ans de mise en danger de la vie d'autrui, 100 victimes et une peine minimum.)

2 L'état qui ne reverse pas les taxes tabac et alcool à la sécurité sociale ...(20 Mil d'euros)

3 La réforme du droit du travail 2004 laissant dans certains cas la charge à la communauté les couts médicaux précédemment à la charge de l'entreprise (dans le cadre de tout contrat de travail de date à date)

4 Les multiples récidives de certains employeurs faisant de fausses déclarations en cas d'accident de travail, si l'administré n'agit pas c'est la communauté qui paye .

5 Les système pervers de "clientellisme" face aux généralistes, le médecin ne cède pas, on va voir un concurrent .(à ce sujet le généraliste devrait être choisi par l'administré pour une période de 1 ou plusieurs années sans possibilité d'en changer au gré de la complaisance ou non, les généralistes sont pris en otage )

6 Les hypocondriaques à surveiller de plus prêt.

7 La prescription de cures ou de SPA "de complaisance" , souvent pour des gens bien placés ou influents, pas pour des Mr et Mme tout le monde.

8 L'intéressement à la vente de molécules des médecins par les laboratoires.

Compliqué équilibre entre trop d'état et pas assez d'état (la crise économique le prouve) ...

>>>"Pour ce qui est des notions de Liberté, Égalité et Fraternité... Soit vous êtes hypocrite, soit vous êtes aveugle. Mais avouez que notre société n'en est pas le meilleur exemple... bien loin de là."
Je n'en suis que trop conscient, ces valeurs sont mortes et enterrées bien que nous tentions de préserver les apparences .

Veuillez accepter mes excuses sur le ton assez déplacé de mon commentaire précédent, je respecte les gens de dialogue et pragmatiques dont vous faites partie .
Ma position dans le droit social et administratif me permet, je pense, de soulever l'ensemble de ces points et de les développer au besoin.(le devoir de réserve ne permet pas toujours de pouvoir s'exprimer)

Nous avons évidemment du travail de réforme à faire, mais cela demande un certain courage politique et d'être pragmatiques, bien au delà des positions partisanes .
Nos politiques ont tendance à être partisans et oublier l'intérêt national, là où sous d'autres cieux, l'aspect partisan s'efface devant l'intérêt national .

Je te propose de lire une

Je te propose de lire une analyse du "déficit" de la sécurité sociale :
http://www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=3205&mode=thread&order=0&thold=0

En résumé, il est démontré que la sécurité sociale serait excedentaire si l'Etat n'était pas mauvais payeur.

Tu vas sans doute me dire que l'Etat ou la Sécu, c'est pareil au final. Sauf que non !

C'est la technique de la Terre Brulée que pratique la droite depuis longtemps. On s'arrange pour que les trucs qui ne nous plaisent pas fonctionnent de plus en plus mal...

Et ça marche, puisque tu y crois, comme beaucoup de Français.

Merci pour ces infos

Merci mais je rectifie, je ne crois absolument pas à l'intox actuelle, la preuve j'ai parlé des taxes non reversées tabac alcool etc....
Tout mon argumentaire ci-dessus en fais la démonstration point par point .

L'état et la sécu ce n'est pas la même entité, les budgets sont votés, sauf que les cartes sont truquées en ne redistribuant pas les taxes prévues à cet effet .
L'état providence est mort, nous en sommes venus à l'état obligé de tricher avec ses propres directives pour justifier l'injustifiable !

Je n'y crois pas, les gestionnaires sont les élus, si échec il y a, c'est à eux d'en supporter les conséquences !
Bien au contraire, ils augmentent leurs salaires, bénéficient des mêmes régimes très très spéciaux, augmentent les budgets de réception et ripaille ...

Des économies il y en a à faire sans lancer des réformes pharaoniques.
Elles ne sont pas envisagées puisqu'elles toucheraient aux petits soldats fonctionnaires qui auraient tous les arguments pour nous prouver l'imposture de nos politiques .(donnant donnant, le silence est acheté)

Le statut de la fonction publique est né afin de les rendre indépendants, cela ne fonctionne plus du tout, ils obéissent aux ordres, qu'ils soient légaux ou illégaux .(voir les tribunaux du contentieux administratif)
Dans ces conditions je ne vois plus aucune raison à ce que quiconque en France soit intouchable !

Nous arrivons in fine dans une situation de république monarchique élective avec la même structure des statuts sociaux qu'au moyen âge (sous d'autres noms).