Nasa bactérie phosphore arsenic La bactérie qui phosphore à l'arsenic... la nasa phosphore a grands fond s 8572

La Nasa vient de faire une découverte surprenante. Une bactérie peut vivre dans un milieu sans phosphore, en utilisant l'arsenic pour se développer. C'est peut-être un détail pour vous...

bactéries Arsenic

On connaissait des bactéries capables de vivre à des températures avoisinant (voire dépassant) les 100°C. On savait que certains microbes pouvaient vivre à des altitudes de plus de 40 km, ou se nourrir exclusivement de chlorates, de méthane, de fer ou de souffre, sans oxygène ni lumière. On connaissait également cette bactérie, la GFAJ-1, issue des grands fonds du lac Mono, capable d'engloutir des tartines d'arsenic au petit déjeuner.

La Nasa phosphore à donf...

Mais les chercheurs de la Nasa viennent de faire une découverte plus surprenante encore. En plaçant ces bactéries GFAJ-1 dans un milieu arseniqué totalement dénué de phosphore, elles survivent. Elles se reproduisent, même, comme si de rien n'était. Comment est-ce possible ? Rien de plus simple, elles utilisent l'arsenic pour combler les trous, jusque dans leur ADN ! Je vous déconseille toutefois de tenter l'expérience sur vous-même... l'arsenic est un des poisons les plus violents qui existent.

Ce qu'il faut savoir, pour faire bref, c'est qu'une bactérie, comme toute cellule, est principalement composée de 6 éléments : carbone, hydrogène, azote, oxygène, phosphore et soufre. La nouveauté, c'est qu'on peut désormais supprimer le phosphore de la liste. Et les scientifiques en sont tout chamboulés. Et il y a de quoi. Car le champ des possibles (purement terrestres) vient encore de s'élargir... et notre esprit avec.

Et, de là, pourquoi ne pas envisager que le silicium puisse aussi remplacer le carbone ? Pourquoi ne pas imaginer des formes de vie totalement différentes, sans noyau, sans chromosomes, sans ADN tel que nous le connaissons, faites de lithium, d'aluminium, de béryllium, de bore et de silicium, par exemple... Des formes de vie plus subtiles, moins massives, qui puissent se déplacer à très grande vitesse dans le vide... Allez, soyons (totalement) fous ! Hips...

Et l'avenir ?

Il est amusant (et encourageant) de constater qu'au début des années 1980, à vue de nez, 80% des scientifiques concernés pensaient que la vie était impossible autre part que sur Terre. L'Univers était déjà immense, à cette époque... Mais ça ne les dérangeait pas outre mesure. Aujourd'hui, la proportion s'est largement inversée. Peut-être un jour arrivera-t-on même à penser que la vie (*) est la norme. Pourquoi ? Il n'y a aucune raison logique. Et la Science ne s'en soucie guère, se limitant à se poser la question "Comment ?". Mais il suffit d'ouvrir les yeux pour constater que partout, tout le temps, la vie a fait son trou, et qu'elle a systématiquement évolué vers des formes toujours plus complexes, toujours plus conscientes. Sur terre, bien entendu. Mais pourquoi pas sous d'autres cieux ? Sous d'autres formes ? Et l'on arrive à cette conclusion paradoxale : la vie est terriblement fragile, mais elle est aussi incroyablement rustique.

(* La "vie" prise dans sa définition la plus large, qui nous amènera à qualifier de vivante, toute structure complexe contrainte de se nourrir d'éléments extérieurs pour assurer sa survie et sa reproduction)

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Pas évident

Sacrée découverte, mais difficile à comprendre pour les néophytes. Du coup, je me suis fendue d’un petit dessin humoristique en pensant aux journalistes qui assistaient à la conférence de presse : http://www.feuillesdevelours.fr/?p=1374 ;) !

"EQUATION of LIFE" deun début d'explication à l'échelle atomique

le livre CODEX BIOGENESIS de jean-claude perez démontre par sa couverture et par son chapitre 20 démontre pourquoi "l'equation of life" qui y est décrite permettrait de démontrer l'équivalence atomique entre atomes d'ARSENIC et de PHOSPHORE dans le squelette de la molécule d'ADN!!!!

Déçue

Oui, moi je suis hyper déçue, tant qu'à découvrir de nouvelles formes de vie, elles auraient pu être plus ... originales, voire même vertes avec un oeil et des pistolets lasers...

ok, je sors, eh eh

Elle, de Duo D'Idées
http://duodidees.wordpress.com/

BACTERIE ARSENIC PHOSPHORE

"Je vous déconseille toutefois de tenter l'expérience sur vous-même..."

Sauf si vous etes une bacterie, bien sur. Et j'en connais, des bacteries qui savent lire...

Bah comme l'à dit l'autre

Bah comme l'à dit l'autre plus tôt, l'Arsenic et le Phosphore on une structure quasiment identique pour la structure de l'ADN (si j'ai bien compris xD)
Mais en gros, on découvre que l'ADN peut être plus que manipulé : Elle peut être re-construite !

Une bactérie continue de vivre en remplacent le phosphore par de l'arsenic, c'est donc qu'elle peut évoluer et se transformer en autre chose, non ?

Je suis pas du tout un pro, mais tout cela m'intrigue
Et tout ça est bien pour la recherche scientifique, mais la peur de la création de robot à la Terminator va bientôt être remplacer par la peur de l'abus de modification de l'ADN pour peut être créer un être 100% créer par l'homme...

On va se retrouver avec des monstres dans 20 ans...

(Pfiou, la moitié de mon post ne doit vouloir rien dire :p)