direction SFR syndicat SUD tribunal statuts socialisme auto-gestionnaire La République et le syndicalisme la republique et le syndicalisme 6378

La direction de SFR a décidé d’attaquer le syndicat SUD au tribunal. En s’appuyant sur la loi sur la représentativité syndicale, SFR estime que SUD ne "respecte pas les valeurs républicaines", au motif que ses statuts prônent "le socialisme auto-gestionnaire".

L’accusation de non respect des valeurs républicaines est avant tout une tentative pour essayer d’éviter la présence d’un syndicat gênant dans l’entreprise. On peut néanmoins la prendre au sérieux et voir à quelle idée de la République elle correspond. Car syndicalisme et République n’ont pas toujours fait bon ménage...


 [Lire l'article complet sur mouvements.info]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

absolument pas etonnant

les grosses societes se sentent pousser des ailes puisque l exemple vient "d en haut". Le ver est dans le fruit : attaques repetees contre la liberté d opinion et d expression : les proces "casse toi pauv'con", "sarkosy je te vois", les attaques repetees contre internet et les internautes, hadopi, les journaux arrosés d argent public, la television clairement au service du pouvoir en place, loppsi ...

"Mais cette accusation est surtout une remise en cause de la liberté d’opinion. Ce qui est attaqué ce ne sont pas des pratiques syndicales qui seraient considérées comme illégales par l’entreprise, mais simplement le fait de croire qu’une société débarrassée de l’exploitation capitaliste est souhaitable. La direction de SFR s’autorise donc à dicter à l’organisation syndicale ce qui lui est interdit de penser."

"Sarko, une vision pas très net de la liberté

Nous sommes prévenus, Sarkozy va sabrer Internet. Pour justifier ses coupes claires, à venir, il prépare le terrain en comparant la toile à une "zone de non-droit".

Parce que c’est un rebelle, Nicolas Sarkozy aime les lieux de Résistance. Le 12 novembre, il était à La Chapelle-en-Vercors, mémoire du maquis où moururent Jean Prévost et ses frères.

Bien sûr, il a parlé de liberté : « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d’opinion débridée je le vis tous les jours, où les nouveaux moyens de communication s’affichent comme des zones de non-droit … C’est un défi pour la démocratie, c’est un défi pour la République ».

Nous sommes prévenus, Sarkozy va sabrer Internet. Pour justifier ses coupes claires, à venir, il prépare le terrain ...

Sa colère vient de ce que le web, capable de mentir, sait aussi dépister vite fait le menteur pris dans sa toile et garder trace de ces mensonges. Ce baratineur c’est Nicolas Sarkozy quand il annonce (sur Facebook !) qu’il était présent à Berlin le 9 novembre 1989. C’est Nicolas Sarkozy quand il dit tout et son contraire sur le modèle anglais." ...

http://www.bakchich.info/Sarko-une-vision-pas-tres-net-de,09499.html