high frequency trading risque tomber bourses mondiales Le "high frequency trading" fait trembler la planète Finance le high frequency trading fait trembler la planete finance 6997

Le "high frequency trading" est un système génial. Incroyablement spéculatif, mais ô combien humaniste. Au service de l'homme... d'affaires. Une montagne d'ordinateurs ultra-puissants passent des millions d'ordres toutes les secondes, sans intervention humaine. Sauf en cas de bug...

High frequency trading

Le "high frequency trading" est un système dans lequel des ordinateurs ultra-puissants décident d'acheter et de vendre des produits financiers, à partir d'informations reçues électroniquement. Avantage : les ordres sont passés en quelques millisecondes, pendant que les traders désoeuvrés s'amusent à enfumer les mouches (ou autres activités ludiques). Inconvénient : l'être humain est exclu du processus, autant au niveau de la décision que de la surveillance. Un détail. Actuellement, 60% des transactions réalisées sur les marchés d'actions sont conduites de cette manière. Des milliers de milliards de dollars, tous les jours. Un modèle de capitalisme optimisé...

Un pilote automatique sans surveillance

Mais certains rabat-joies commencent à douter du système. Récemment, NYSE Euronext, le gérant des bourses US et européennes, a condamné la banque Credit Suisse à une amende de 150 000 $ pour quelques centaines de milliers d'ordres erronés passés en 2007. L'opérateur s'était en effet retrouvé bombardé de montagnes de fausses commandes générées par un programme défaillant, ce qui a eu pour effet de ralentir les systèmes boursiers mondiaux. CME Group, institution financière basée à Chicago, est l'objet d'une enquête pour des faits similaires et l'an dernier, la Bourse de Londres a aussi subi une panne de trois heures après l'effondrement de son système de négociation, sous le poids d'un énorme volume de commandes. R2D2 avait encore bogué...

Vers un Madoff 2.0 ?

Frederic Ponzo, associé du cabinet de Conseil GreySpark Partners, a déclaré : "Il est totalement possible qu'un algo entrant dans une boucle infinie envoie des ordres à un rythme tel que le système ne puisse faire face". Des dizaines de millions d'ordres erronés envoyés chaque seconde, de quoi flinguer les opérateurs boursiers en quelques instants. Tout cela en dehors de toute supervision, comme vient de s'en apercevoir la SEC, le gendarme de la bourse US.

On n'arrête pas le progrès... mais on peut le faire boguer.

 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Sont forts...

Rendre automatique le délit d'initié, fallait le faire. Je ne savais pas que c'était si courant. Y'a pas à tortiller, les banques ne font vraiment plus ce pour quoi elles sotn faites; il va vite falloir s'en passer..

singulier?

Inconvénient : l'être humain est exclU

Ah oui, je confondais avec

Ah oui, je confondais avec les trumains...

Merci, c'est corrigé

ce n'est pas nouveau. C'est

ce n'est pas nouveau. C'est celui qui était à l'origine du krach de 1987.
le systeme informatisé possède des ordres de stop loss, c'est à dire un niveau à partir duquel ils ne conservent plus la position.
Il a suffit pour que les vrais opérateurs (traders) vendent massivement en 1987 pour que les stops informatiques lâchent. LA chute provoquée par les sytems informatiques ont provoqués le déclenchement d'autres stop loss et ainsi de suite.
L'effet boule de neige à crée le krach et ses aberrations.

Plus exactement le HFT

Plus exactement le HFT consiste à exploiter la latence de mise à jour des cotations sur diverses places mondiales.

Ainsi une cotation à la hausse à Tokyo sera détectée et provoquera un ordre d'achat massif et instantané à NY juste avant que NYSE ne mette à jour la cotation à la hausse. L'ordre de vente est donné dans la fraction de seconde qui suit la hausse et la différence est encaissée par la banque, d'où le terme de "haute fréquence".

Dans les faits, un énorme capital (plusieurs centaines de millions d'euros) est investi pendant quelques millisecondes dans une entreprise choisie au hasard. Quelle entreprise a le temps d'utiliser un tel capital en si peu de temps ? Quel bénéfice pour le système capitaliste (le vrai) ?

Inutile de dire que l'argent créé par ce système est complètement décorrélé d'une quelconque production réelle.