Multaq pharmacie médicament arythmie cardiaque fibrillation auriculaire Le Multaq au taquet, Sanofi brille le multaq au taquet sanofi brille 8440

Le Multaq débarque dans les bacs de votre pharmacie préférée. Pourtant, tout porte à croire que ce nouveau médoc contre l'arythmie cardiaque (fibrillation auriculaire) est moins efficace qu'un traitement déjà existant. Il se pourrait même qu'il soit plus dangereux. Aïe. Mais il rapporte plus ! Ouf.

MULTAQ : un médicament dangereux ?

2009 : Le laboratoire Sanofi-Aventis annonce en fanfare un nouveau médicament destiné à lutter contre les troubles du rythme cardiaque, le Multaq, dont la molécule active est la dronédarone. Génial ! La nouvelle pilule est bien plus efficace que l'ancienne, parait-il, et elle entraine moins d'effets secondaires, ne contenant pas de dérivés iodés. Tous bénefs' pour les patients, comme pour le labo, car l'amiodarone, la molécule utilisée depuis un demi-siècle, est maintenant tombée dans le domaine publique. Elle est donc disponible sous forme de génériques, au tarif avantageux de 9,83€ par mois de traitement. Contre 83,39€ pour le Multaq. Et oui, le progrès, ça se paie ! Après les échecs de l'Avandia, de l'Acomplia, du Di-Antalvic et de quelques autres remèdes douteux, récemment retirés en urgence des étagères, le laboratoire va enfin pouvoir se refaire une santé !

Avril 2010 : Un rapport de l'Institut de cardiologie Cedars-Sinaï de Los Angeles vient taquiner le Multaq (commercialisé aux Etats-Unis depuis juillet 2009). Les chercheurs américains, qui ont mené leur étude auprès de 30 000 patients, estiment qu'il serait moins efficace de 50% par rapport au générique couramment utilisé. Pour eux, la nouvelle pilule ne devrait être utilisée qu'en cas d'intolérance à l'amiodarone.

SMR modéré, ASMR V : le Multaq recalé !

Juin 2010 : La Commission de transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS) juge que le Multaq ne présente aucun "avantage démontré par rapport à l'amiodarone". Pire, dans certaines études, la Commission relève que le nouveau traitement est moins bien supporté par les patients que l'ancien ! Encore pire, un essai a même dû être stoppé d'urgence car la surmortalité du groupe traité au Multaq était trop importante. Oups. Conclusion : "Le rapport efficacité / effets indésirables de Multaq est modéré". Conséquence : à Service médical rendu (SMR) "modéré", le Multaq ne devrait être remboursé qu'à 35%. Une catastrophe... boursière. Le cours de l'action Sanofi-Aventis a chuté de 22% entre les premières rumeurs et l'annonce officielle de la Commission.

Aout 2010 : Le Multaq reçoit une recommandation qui tombe à pic. Celle de la Société européenne de cardiologie (ESC), qui fait le grand écart : si le Multaq est certainement moins efficace que l'amiodarone, il pourrait être considéré comme étant plus sûr. De ce fait, les cardiologues préconisent de le prescrire en priorité.

Médicament MULTAQ

La Haute autorité de Santé, infiltrée par le Collège de Pataphysique ?

Septembre 2010 : Contrairement à toute attente, l'HAS retourne sa veste. Elle réévalue désormais le SMR du Multaq à "important", "comme celui de l'amiodarone", malgré le fait qu'il "n'apporte pas d'amélioration du service médical rendu", d'où un ASMR V, le plus mauvais. Et hop, ni vu ni connu, j'te soigne. Et la Sécu te remboursera à 65%. Bingo, le cours de bourse remonte de 12%. "A peine deux euros par jour" affirme le vice-président du "Comité économique des prix de santé" au Canard Enchainé. Pas grand chose, finalement, comparé au milliard et demi d'euros qu'en attend annuellement le labo à l'horizon 2014. Quant aux avis contradictoires des experts de l'HAS ? "Ils se sont gourés, c'est tout" ! Euh... et ils se "gourent" souvent, comme ça ?

Novembre 2010 : le médicament est enfin disponible en pharmacie. Et les patients sont priés de gober la pilule. Le bonheur, si j'veux. Quelques jours plus tard, l'Institute for Safe Medicine Practices (ISM), une organisation américaine indépendante de surveillance sanitaire, remet un rapport incendiaire, pas franchement recommandé aux cardiaques : "Nous avons rarement vu un médicament présentant autant de problèmes dans autant de domaines différents en matière de sécurité sanitaire" affirme le document, qui se base sur les publications des agences officielles. Selon l'organisation, les récents rapports gouvernementaux feraient état de 24 décès, "387 accidents sérieux dont le médicament serait le principal suspect", 100 cas d'accidents cardiaques, quelques dizaines de tachy ou bradycardie et de nombreuses victimes d'interactions médicamenteuses fortuites !

Et, pendant que notre secrétaire d'Etat à la Santé Nora Berra, qui a bossé pour Sanofi de 2006 à 2009, s'escrime à relativiser les accusations portées par l'Afssaps contre le Mediator, les actionnaires de Sanofi-Aventis pourront aller se dorer la pilule... D'ici à ce que le médicament soit retiré du marché, les profits auront coulé à flots (et noyé le poison).

Mise à jour 08/12/2010 : La première évaluation de l'HAS a eu lieu en février 2010. Résultat : 9 votes pour un "SMR important", 11 votes pour un "SMR modéré". Logiquement, le médicament aurait donc dû se voir attribuer le "SMR modéré", majoritaire. Et donc un remboursement à 35%. Ce qui a semble-t-il été le cas (confirmé par un article de La Tribune de mars 2010)... jusqu'à ce que sorte l'avis officiel de juin 2010. Malgré des conclusions étonnamment négatives, le SMR est alors qualifié d'"important".

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

"Sanofi brille" à Sion ?

"Sanofi brille" à Sion ?

Fibrillation ?

Fibrillation ?

Si vous aviez pris la peine

Si vous aviez pris la peine de vous renseigner un petit peu plus, vous n'auriez probablement pas écrit votre article de cette manière !

Tout d'abord, un médicament n'est jamais anodin. Aussi bon soit-il, il existe des précautions d'emploi, des contres indications, des effets secondaires, des interactions médicamenteuses...

L'Avandia a été retiré du marché suite à une étude montrant une augmentation des risques cardio-vasculaires (notamment les IDM). Mais utilisé avec précaution, sous contrôle de pharmaciens et de médecins, il peut tout à fait être indiqué en 2ème ou 3ème ligne pour le DNID.

Pour le Di antalvic, ce n'est pas uniquement ce médicament qui va être retiré du marché : ce sont tous ceux à base de dextropropoxifène (DPX). Mais plutôt que de vous demander pourquoi, vous écrivez simplement un article typique : les laboratoires pharmaceutiques sont des "méchants" ! Le DPX va être retiré du marché suite à une utilisation inconsidérée en Suède et au Royaume-Uni, pays où les médicaments s'achètent comme des petits pains ! Et après on s'étonne que les médicaments sont mal utilisés !

Si l'on retire tous les médicaments avec lesquels une personne peut mettre fin à ses jours, alors il faut retirer tous les médicaments ! C'est très crédible quand on sait que les médicaments ont permis de gagner plus de 15 ans d'espérance de vie !

Et pour revenir au DPX, comment va-t-on faire si le patient ne tolère pas le Tramadol ? Il n'y aura plus d'alternative thérapeutique pour les opioïdes de niveau II !!!

Je ne critique pas le rapport américain (ne l'ayant pas lue) mais il existe une autre étude (celle ci je l'ai lue) ATHENA qui donne des résultats encourageants et qui me semble avoir été menée correctement !!! Avez-vous ces études ? Ou vous permettez vous de critiquer sans plus vous renseigner ?

Vous vous étonnez ensuite de la réévaluation du SMR. Ce n'est pas une nouveauté : le SMR est revu tous les 2 ans et il peut être modifié en fonction de nouvelles études. Il y a des rapports qui expliquent les modifications de SMR : les avez-vous lu ?

D'autre part, vous confondez SMR et ASMR (où du moins vous écrivez de manière à ce que les faits soient compris d'une certaine manière). Le SMR évalue le rapport bénéfice/risque et l'ASMR le bénéfice par rapport aux médicaments déjà commercialisés. Selon l'étude ATHENA, il ne me semble pas absurde de donner un SMR important au Multaq.

Par contre il est normal que l'ASMR soit un ASMR V, le bénéfice n'étant pas meilleur que l'amiodarone. Seulement, il sera utile d'avoir la dronédarone en cas d'intolérance à l'amiodarone. Sans alternative thérapeutique, comment fait-on pour traiter correctement un patient qui ne supporte pas l'unique représentant d'une classe thérapeutique donnée ? La solution serait peut être de ne pas indiquer le Multaq en 1ère ligne de traitement mais en 2eme ou 3eme ligne.

Rien n'est figé dans le domaine pharmaceutique. Prenez le Thalidomide ! Il a été retiré du marché suite à ses effets tératogènes ! Pourtant, il est de nouveau utilisé en oncologie et des dérivés de se médicaments sont en développement. Bien sûr il y a beaucoup de précautions d'emploi !!!

Vous fustigez l'industrie pharmaceutique dans cet article mais en avez-vous fait sur les thérapies ciblées en oncologie, totalement révolutionnaire pour certains cancers ?

Cordialement

Bonjour - "Les laboratoires

Bonjour

- "Les laboratoires pharmaceutiques sont des méchants" ? Avez-vous lu l'article ? Il cible principalement les avis de l'HAS. Par contre, que certains dirigeants de certains labos soient des méchants, j'ai effectivement pu le sous-entendre, par le passé, dans plusieurs articles. Allez, au choix :

(vu votre commentaire, je vous conseille néanmoins de prendre un petit relaxant auparavant)

- Bayer, un "médicamenteur" parmi (tant) d'autres

- Procès Vioxx : l'histoire d'un fiasco sanitaire

- Scandale Vioxx : Merck a laissé mourir des dizaines de milliers de personnes

- Affaire Reuben : l'industrie pharmaceutique en plein "trouble bipolaire grave mais non diagnostiqué"

- Quand l'industrie pharmaceutique soigne... ses médicaments !

- Trainée en justice, la CPAM gagne contre une multinationale pharmaceutique

- "Si l'on retire tous les médicaments avec lesquels une personne peut mettre fin à ses jours, alors il faut retirer tous les médicaments !" Il faut aussi retirer tous les aliments et toutes les boissons. Et plein d'autres trucs, comme les sèche-cheveux par exemple. Nous sommes d'accord.

- "Comment va-t-on faire si le patient ne tolère pas le Tramadol ?" Bah... Utiliser du Multaq, si les autres médicaments ne fonctionnent pas. Où est le problème ? C'est notamment la conclusion de l'étude de l'Institut de cardiologie Cedars-Sinaï. J'ai bien peur que vous n'ayez pas saisi le sens de l'article. Je ne suis ni anti-médicaments, ni anti-Multaq, si ça peut vous rassurer.

- "Avez-vous ces études ?" Tous les rapports de l'HAS sur ces études, oui. EURIDIS, ADONIS, ERATO, DIONYSOS, ANDROMEDA, ATHENA. Et deux qui sont en cours sur lesquelles je me suis renseigné : PALLAS (10000 patients) et ARTEMIS AF (la seule qui étudie les effets du changement de traitement !)

- "Vous confondez SMR et ASMR". Je ne suis plus sûr qu'on parle du même article... Je demande l'intervention de l'arbitre !

- "La réévaluation du SMR. Ce n'est pas une nouveauté : le SMR est revu tous les 2 ans" : là, je suis sûr qu'on ne parle pas du tout du même article. La révision du SMR s'est faite en trois mois, juste avant l'autorisation ("votre" délai de deux ans n'était donc pas encore commencé). Pfff... J'ai pourtant bien fait attention mettre les dates en gras. Et sans aucune nouvelle étude entretemps ! Relisez l'article d'urgence ! Ou pas.

- "Vous fustigez l'industrie pharmaceutique". Bah non. Si je fustige quelque chose, ce serait plutôt l'HAS. A moins que vous pensiez que l'HAS fait partie de l'industrie pharmaceutique. Vous y allez un peu fort, là...

- Par contre, comme vous avez l'air remonté. vous auriez pu faire un commentaire pertinent concernant l'arrêté d'inscription du Multaq sur la liste des médicaments remboursables. J'attendais bien quelques commentaires avisés de spécialistes de la question, mais comme ça ne vient pas, je balance : surprise, l'arrêté est relativement cohérent par rapport aux différents avis de l'HAS. En gros, la prescription n'est remboursée que si le patient est intolérant à l'amiodarone et qu'il ne présente pas de "FA sur coeur sain" (avec ou sans anomalies structurelles cardiaques). Mais en réfléchissant trois minutes (ça ne dure pas longtemps, essayez donc), on s'aperçoit que c'est totalement inapplicable : et pour le cardiologue (sauf à réaliser une coronarographie à tous ses patients, merci pour la Sécu) et pour la Sécu (sauf à... réaliser une coronarographie de tous les patients du cardiologue). Et, je le précise car je sens votre réponse arriver : ça ne remet pas en cause le soudain changement d'avis de l'HAS, qui est le sujet de l'article.

@micalement

je me demande bien pourquoi

je me demande bien pourquoi vous vous donnez la pein e de répondre à des commentaires comme ça
chapeau

J'apprécie votre réponse

J'apprécie votre réponse détaillée bien que je ne partage pas du tout vos idées et arguments.

Cependant : ""Comment va-t-on faire si le patient ne tolère pas le Tramadol ?"
Votre réponse : "Bah... Utiliser du Multaq"

Le Tramadol est un antalgique et le Multaq un antiarythmique donc évitez à tout pris de donner du Multaq en cas d'intolérance au Multaq. Quand je parlais du Tramadol, c'était en relation avec le dextropropoxifène.

Je comprends bien que vous critiquez l'HAS mais on ressent tellement vos pensées concernant les laboratoires pharmaceutiques à travers cet article que j'ai voulu le faire remarquer. Mon commentaire concerne principalement ce ressenti concernant votre article. J'ai été volontairement provocateur et je le redis : j'apprécie votre réponse bien que ne partageant pas vos idées.

Quant au commentaire 5, il brille par son argumentation. Chapeau

Cordialement

J'ai confondu Tramadol et

J'ai confondu Tramadol et amiodarone
Mea culpa

@micalement

Les médicaments, même les

Les médicaments, même les plus anodins, peuvent avoir des effets catastrophiques sur plusieurs générations !

http://www.rue89.com/2010/11/20/une-mere-trois-filles-une-famille-fichue-en-lair-par-le-distilbene-176788

Vous savez très bien comment les médecins sont soumis à la tyrannie des labos et des "clients".

Mon médecin me disait, l'année dernière, que les gens arrivaient et lui disaient "je veux tel médicament" avant même de lui décrire leurs symptomes.

Regardez ce qui se passe pour les antidépresseurs iIls sont inutiles dans 70% des cas ! Et pourtant, nous sommes les premiers consommateurs. Pour quels conséquences sanitaires, dans 10, 20, ou 50 ans ?

http://www.lesmotsontunsens.com/les-antidepresseurs-sont-inutiles-placebos-dans-70-des-cas-6688

Et lisez aussi les liens que vous a posté Napak, vous me direz ensuite s'il ne faiut âs considérer d'office que les industries pharma sont supsectes.

HAS Avis du 2 Juin et synthèse d'Avis de Sept

J'ai eu beaucoup de plaisir à lire cet article sur les tribulations de la dronedarone... Incontestablement, un grand talent de narrateur!
J'aurais juste une question sur un point qui n'est pas très clair pour moi dans votre article: il y aurait selon vous un revirement de l'HAS entre l'avis du 2 Juin et la synthèse d'avis publié en septembre qui serait lié, d'après vous, aux recommandations de la Société Européenne de Cardiologie parues fin Aout.
Or, en relisant les deux documents, je ne vois pas de contradiction: L'avis de la commission de transparence du 2 Juin stipule dans ses conclusions un service medical rendu (SMR) important, une Amélioration de Service Medical Rendu de niveau Cinq (ASMR V) par rapport à l'amiodarone et préconise un taux de remboursement de 65 %. La synthèse d'avis publiée en septembre ne fait (d'après moi) que reprendre l'avis du 2 Juin et conclut à un SMR important et un ASMR V par rapport à l'amiodarone.
Pourriez vous m'éclairer?

Bonsoir Merci pour votre

Bonsoir

Merci pour votre commentaire. A vrai dire... je ne sais pas quoi dire ! Je suis soufflé. Et je ne comprends pas.

Je suis certain de ce que j'ai écrit. Le problème est qu'il y avait, au moment de la rédaction de mon article, plusieurs versions de ce rapport dont les conclusions divergeaient. Tout simplement parce que les prescriptions étudiées n'étaient pas les mêmes. J'ai donc pris le rapport qui m'a semblé être le plus général. Aujourd'hui, je n'en retrouve plus la trace.

J'ai aussi eu une personne proche de l'HAS au téléphone, qui m'a confirmé tout ce que j'ai écrit...

Pas le temps d'aller bcq plus loin sur cette question. Disons donc que je me suis lamentablement vautré... Par contre, du coup, je poste le compte rendu de la réunion du 10 février 2010 (que je garde bien au chaud dans un coin, celui-ci).

J'aurais pu modifier l'article, mais finalement, je préfère que l'erreur originale reste visible, corrigée via un erratum.

Merci encore.

@micalement

--------------------------------------

http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2010-07/compte_rendu_ct_du_10-02-2010.pdf

MULTAQ (dronédarone)
► Présentation de la demande
Le laboratoire Sanofi Aventis France demande l’inscription ville et collectivités de MULTAQ 400 mg, comprimé pelliculé dans l’indication suivante :
« MULTAQ est indiqué chez les patients adultes cliniquement stables présentant un antécédent de fibrillation auriculaire (FA) ou actuellement en FA non permanente, afin de prévenir les récidives de FA ou de ralentir la fréquence cardiaque»
Le laboratoire sollicite une ASMR III avec l’argumentaire suivant :
« Chez les patients relevant de l’indication de l’AMM et présentant au moins un facteur de risque, non traités par un antiarythmique ou recevant uniquement un traitement ralentisseur de la fréquence cardiaque, MULTAQ apporte une Amélioration du Service Médical Rendu de
niveau III (Modéré) en termes d’efficacité, au regard du bénéfice démontré en morbimortalité cardiovasculaire (hospitalisations cardiovasculaires et décès cardiovasculaires) par rapport une prise en charge usuelle, et compte-tenu de son bon profil de tolérance »
► Expertise externe
Un rapporteur a été sollicité pour expertiser ce dossier. Après prise en compte de sa déclaration d’intérêts, la CT a souhaité prendre connaissance de son rapport.
► Débats
Les discussions ont porté sur :
· les données d'efficacité disponibles : 5 études sur des critères intermédiaires et 2 sur des critères de morbi-mortalité,
· la moindre efficacité de la dronédarone versus amiodarone,
· le choix du critère de jugement principal de l'étude ATHENA et l'interprétation des résultats de cette étude,
· le profil de tolérance de la dronédarone,
· la maniabilité du produit au regard de ses interactions médicamenteuses.
► Votes
M. Jean-Paul STAHL ne participe pas aux votes.
Vote relatif au Service Médical Rendu (SMR)
Proposition de vote Nombre de voix
SMR important 9
SMR modéré 11
Vote relatif à l’Amélioration du Service Médical Rendu (ASMR)
Proposition de vote Nombre de voix
ASMR V 19
Abstention 1

CR de la Réunion du 10 Fevrier

Je vous remercie beaucoup pour votre réponse. Ce CR est très intéressant et il serait intéressant de comprendre ce qui a pu se passer entre cette réunion et les conclusions finales de la commission de transparence ayant aboutit à un SMR important. J'espère que vous nous donnerez bientot des informations croustillantes à ce sujet!
Votre article, même s'il est polémique est très bien écrit et illustre bien les risques de pression qui pourraient s'exercer sur les autorités de santé et le cas du Mediator en est un autre exemple, peut etre encore plus sérieux.
Sinon, permettez moi de commenter l'erratum que vous avez publié, qui est pour moi très illustratif sur deux points:
1. Votre honnêteté, puisque vous reconnaissez immédiatement votr erreur, ce qui est une qualité très appréciable et je vous en félicite!
2. Votre article a été repris au moins par un autre journaliste de Lutte Ouvrière, sans que le journaliste se pose les questions que je vous ai moi même posées. C'est ce principe que je déplore souvent, de voir des informations reprises sans aucune autre investigation et qui font boule de neige... C'est la définition d'un journalisme très peu professionnel!
Merci encore pour votre réponse!
Bien @micalement!

multaq

le multaq prescrit par mon cardiologue pour un problème d'arythmie en octobre 2010 m'a occasionné de nombreux malaises au niveau des reins, des troubles digestifs, une impossibilité de marcher...Mon médecin voulait que je persévère mais je suis revenu à la flécaïne 200 mg depuis le 9 décembre 2010 et j'ai toujours des problèmes rénaux, des vertiges, je suis en plus mauvaise santé depuis la prise de ce nouveau médicament soi disant révolutionnaire .