Sondage TNS-Sofres Sénat pacte social français menacé Le pacte social français en danger le pacte social francais en danger 6334

Regards croisés. Les Français s'inquiètent : leur pacte social est menacé. Le gouvernement, le parlement et les partis politiques en sont les principaux responsables. Tel est en substance le résultat d'un sondage TNS Sofres (d)étonnant mené en parallèle dans la population et chez les sénateurs.

Pacte social en danger

Puisque la mode est aux débats nationaux, pourquoi ne pas lancer une grande consultation sur notre pacte social, que Nicolas Sarkozy prend un malin plaisir à citer dans la plupart de ses discours ? Un sondage mené par TNS Sofres et publié vendredi dernier montre que les Français ne seraient pas contre. Intitulée "Regards croisés Grand public / Sénateurs", l'étude met en perspective les résultats d'un questionnaire soumis à la fois à la population et aux sénateurs. Étonnant...

Les cinq piliers du pacte social...

Grand public et sénateurs sont à peu près d'accord sur les "cinq piliers" du pacte social : Le système de santé arrive en tête (77-87%), suivi par le système de protection sociale (71-80%), puis le système de retraite (70-78%), l'accès à l'emploi (69-69%) et enfin l'égalité des chances (65-80%). Le dialogue social (54-52%) n'arrive qu'en dixième position, juste devant les services publics (52-53%). Le syndicalisme est bon dernier (28-38%).

... menacés !

Vient ensuite la question qui fâche : "Quels sont selon vous les éléments et les valeurs qui sont les plus menacés ?" Là encore, les cinq premières réponses vont dans le même sens (même si l'ordre varie) : Le système de retraite arrive en premier (45-35%), puis vient le système de santé (37-26%), suivis de l'accès à l'emploi (31-4%), des services publics (19-9%) et du système de protection sociale (17-19%). Deux choix étaient autorisés. Notons que le cumul des réponses relevées dans la population donne 192%, quand celui des sénateurs dépasse à peine les 100%, visiblement plus sereins pour l'avenir... Deuxième enseignement, les secteurs les plus menacés correspondent globalement à ceux auxquels les Français se déclarent les plus attachés. Vraiment pas de chance.

Les acteurs politiques responsables

Dernier enseignement de cette étude, et pas le moindre : les sénateurs estiment que le parlement (53%) contribue le plus à l'amélioration du pacte social, devant les associations (51%), le gouvernement (44%), l'école (44%), les services publics (37%) et les partis politiques (34%). Pour le grand public, en revanche, les associations sont les plus efficaces (57%), devant l'école (53%), les services publics (44%), les syndicats (34%) et les entreprises publiques (33%). La population estime ainsi que le parlement (18%), le gouvernement (15%), les médias (14%) et les partis politiques (9%) sont les quatre acteurs qui participent le moins à "l'amélioration" du pacte social, voire qui accélèrent sa "dégradation"...

Il faut mo-der-ni-ser !

De quoi remettre en cause les autorités politiques de notre pays ? Que nenni. Ce serait plutôt la faute au peuple, qui ne comprend pas que le monde a changé... "Notre pacte social est usé. Il laisse trop de gens sur le bord de la route, tout particulièrement les jeunes, d'autant que nous ne sommes plus au temps de l'emploi à vie" a expliqué le président du Sénat Gérard Larcher, la main sur le coeur, précisant que "les bases sur lesquelles nous avons fondé l'essentiel de notre système social sont dépassées". Problème : les Français pensent l'exact contraire, selon cette étude. Les secteurs qu'ils souhaitent voir réformés (accès à l'emploi, égalité des chances, système de retraite, dialogue social, protections contre le licenciement, services publics) sont ceux qui ont été malmenés et dérégulés par les différents acteurs politiques qui se sont jusqu'ici succédés.

Ce n'est pas le pacte social qui est usé, ou dépassé, mais la façon dont les politiques au pouvoir le désagrègent. Nuance !

[Sondage TNS Sofres / Sénat. Volet Grand public - Enquête de terrain réalisée entre le 17 et le 18 novembre 2009. 1 000 interviews réalisées en face-à face. Méthode des quotas. Volet sénateurs - Réalisé par la Présidence du Sénat et TNS Sofres entre le 26 septembre et le 18 novembre 2009. Questionnaire papier autoadministré envoyé à tous les Sénateurs 108 réponses 50% appartiennent au groupe UMP, 30% au groupe socialiste, 10% au groupe UC, 5% au groupe CRC-SPG et 3% au groupe RDSE].

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Appliquons à Larcher ses conseils!

Le système de retraite des sénateurs est dépassé et bien trop avantageux, il aurait dû être sabordé bien avant celui des travailleurs.

De même, ces spoliateurs qui ne produisent rien (de socialement positif, tout particulièrement), ne devraient pouvoir enchainer les mandats quasi indéfiniment afin que ça ne devienne pas un emploi à vie qu'ils jugent dépassés... et de faire la place qui revient aux jeunes, justement.

Vraiment, ce tas de gérontes agonisants est aussi à l'ouest par rapport au reste des français que la bourse par rapport à l'économie réelle.

J'ajouterais que nier ainsi l'évidence sur cette rupture (la seule que sarkozy ait vraiment réussi! Quel talent!), dans le contexte actuel, c'est vraiment aimer prendre des risques.

Va-t'il vraiment falloir foutre les têtes de ces politocards véreux au bout d'une pique, pour arrêter leur travail de sape?

Nuances de la langue française

"PLUS D'IMMIGRES !"

vous avez réagi à ce titre en pensant "encore plus" ou "plus du tout" ? ;-))

beaucoup d'agacements sont dus à l'imprécision dans les débats,
exemple :
...je suis Français "comme vous",
alors que "aussi" n'est pas péjoratif, plus nuancé, témoigne de la bonne disposition à construire un dialogue ouvert (sans amalgame syllogique induit) .

un autre cas, le mot "couple" :
Le bon-sens paysan n'est plus à démontrer et si l'on demande sur une foire UN COUPLE de canards on nous présentera un canard et une cane.
> si l'on désire deux canards pour la viande, on nous dira "voici UNE couple (une paire) de canards!"
> si l'on désire deux canes pour leurs oeufs, on nous dira "voici UNE couple (une paire) de canes!" ; les dictionnaires confirment.

les politiques, les medias, sont imperméables à ces nuances au sujet du "mariage homosexuel" pourquoi ?
En précisant "homosexuel", on renseigne sur les penchants sexuels des mariés qui se définissent eux-mêmes Gays ou Lesbiennes; mais ces mariés, qui sont-ils ?.

Le mariage est l'union entre un homme et une femme qui forment alors UN couple.
Pourquoi ne pas préciser : UN COUPLE, un gay et une lesbienne -- pourquoi pas ? --
COUPLEG, deux "gais" ou COUPLEL deux "lesbiennes"
on ouvre les dictionnaires à des mots nouveaux tous les ans, pourquoi ne pas ajouter "COUPLEG" pour couple mâle et "COUPLEL" pour couple femelle ?
la situation sera claire, la langue française est respectée, pas d'hypocrisie, pas de questions gênantes ou ironiques, précis et gain de temps pour l'Etat-civil....

gloups ?

mais qu'est-ce que c'est que cette nostalgie d'un soi-disant "pacte social" qui n'a jamais existé, ou plutôt n'est que la forme la plus élémentaire du mensonge dominant ?

Il est aujourd'hui malmené ? Certes ! Mais, pour donner ici un autre exemple, il arrive parfois que "la loi", soit malmenée : et le fait d'en appeler à son respect ne fait pas pour autant de nous, des partisans de celle-ci !

Je vais faire l'effort de relire cet article mais je crains fort -et je précise bien, être à jeun- de ne pas plus y entraver que couicque la deuxième fois, que la première.

LN