Christophe Lameignère Président SNEP dérapage loi Hadopi collabos nazi Les anti-Hadopi ne sont pas des collabos : les excuses du SNEP s’imposent... les anti hadopi ne sont pas des collabos les excuses du snep s imposent 5458

Christophe Lameignère, Président du SNEP, a fait le dérapage de trop en assimilant les opposants de la loi Hadopi à des « collabos » en puissance du régime nazi. Les membres de la plateforme Création Public et Internet demandent au SNEP des excuses publiques.

La plateforme Création Public et Internet regroupe l'UFC-Que CHOISIR, l'ISOC France, la Quadrature du Net, le SAMUP et le Collectif "Pour le Cinéma".

Tout ne peut pas être dit et lorsque Christophe Lameignère, Président du SNEP , affirme dans la presse au sujet de ceux qui s’opposent à la loi Hadopi que : "Ces gens-là, ils auraient vendu du beurre aux allemands pendant la guerre !", il ne s’agit plus de débat mais d’un très grave dérapage.


 [Lire l'article complet sur creationpublicinternet.fr]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

le choix de la Constitution

" ........Si les anti-Hadopi avaient dû choisir un camp pendant la guerre (mais qu'on nous épargne toi et moi si possible très longtemps d'avoir à choisir un camp), ce serait celui des Résistants. Car c'est bien au nom de la défense des valeurs républicaines que les anti-Hadopi se sont élevés contre le projet de loi Hadopi. C'est bien parce que des anti-républicains ont voulu "gazer du pirate" avec des procédés qui ne respectaient pas la présomption d'innocence, le droit à la vie privée, et la liberté d'expression et de communication - entre autres, que le Conseil constitutionnel a donné raison aux résistants anti-Hadopi en censurant les dispositions les plus demandées du projet de loi.

S'il faut choisir un camp, nous choisissons celui de la Constitution avant celui des artistes." .......

http://www.numerama.com/magazine/13871-les-anti-hadopi-ils-auraient-vendu-du-beurre-aux-allemands-pendant-la-guerre.html

Fable Joursat : le vrai métier des artistes et le roi-présiden

Il était une fois des artistes dont le métier était de chanter face au roi et au peuple se produisant ainsi, de villages en villes, devant un public qui leur donnait de l'argent pour les écouter le temps d'une soirée. Puis, vint le progrès électricité qui leur permit d'augmenter le volume de leur voix et ainsi toucher plus de monde venant payer pour les écouter. Plus tard, le progrès apporta quelque chose d'incroyable : le don d'ubiquité, soit la possibilité de s'enregistrer sur un disque (de en petit). Avantage : en passant quelques jours ou semaines, ils pouvaient faire fortune (ou pas) en vendant ces disques à des milliers ou millions d'exemplaires sans avoir besoin d'aller travailler chaque soir devant leur public. Quelle aubaine ! Ils faisaient même payer les radios (autre progrès survenu) lorsqu'elles diffusaient leurs chansons. Puis, le progrès continua son chemin. Il permit au public, cette fois, de se partager, grâce à leur ordinateur, les chansons de ces artistes. Alors, les artistes allèrent voir le roi (appelé à présent le Président) pour se plaindre et lui demandèrent de mettre en prison ceux qui écoutaient leurs chansons sans leur payer un péage sur chaque écoute. Le roi-président leur dit Oui mais il n'avait pas assez de place dans ses prisons pour mettre tout le monde. Comment feraient ces derniers pour payer leurs impôts et taxes au roi-président s'ils étaient en prison ? Alors, le roi-décida d'empêcher les communications entre les ordinateurs (empêchant du coup les courriers, les consultations d'informations, les achats à distance, etc) et de leur prendre de l'argent pour les punir. Et pourtant les médecins, infirmières, plombiers, artisans, avocats, boulangers, etc, s'ils voulaient gagner plus, ils devaient travailler plus. Etre au contact de leurs clients. Se produire devant leur public en somme. Les artistes avaient oublié leur vrai métier.

et oui c etait une belle affaire pour tout le monde

les artistes-rentiers rentieraient de + belle sans lever le petit doigt à part celui du comptage des billets de banque.
Le roi-président se mettaient les artistes-rentiers dans la poche,
pas loin de sa rollex planquée pour faire peuple, et pouvait surveiller toutes les communications sur les ordinateurs mouchardisés, desormais consacrés à sa gloire et à l endormissement du peuple.

boycott de la fete de l Huma

http://www.lavienumerique.com/articles/94487/odebi-appelle-boycott-fete-huma.html

"ODEBI appelle au boycott de la fête de l'Huma !

HADOPI continue à faire parler d'elle. La Ligue ODEBI estime en effet que le journal l'Humanité, affilié au Parti Communiste Français, a du mal à rester logique avec ses prises de positions. En effet, annonce la ligue, la prochaine programmation de la fête de l'humanité fait la part belle aux artistes pro-hadopi qui se produiront au moment même du vote à l'assemblée nationale les 11, 12 et 13 septembre 2009.

Surfant sur cette actualité, la Ligue ODEBI demande "solennellement" au Parti Communiste Français de faire pression sur l'Humanité pour déprogrammer Maxime LeForestier et Arthur H, en particulier, qui ont publiquement qualifié les mouvements de résistance à l'HADOPI de ''pétainistes".

Nous ne pouvons pas comprendre que la logique financière puisse être la seule à l'œuvre dans une manifestation théoriquement de gauche. Il y a un moment où il faut mettre en lien ses idées et ses actions. En donnant une Tribune à Arthur H et Maxime LeForestier, le Parti Communiste ainsi que l'humanité se rangent du coté de ceux qui soutiennent cette loi.

La Ligue ODEBI appelle donc au boycott de la fête de l'humanité les 11,12 et 13 septembre si la programmation actuelle est maintenue."