collectivités locales touchées crise subprimes Les collectivités locales atteintes de plein fouet par la crise des subprimes les collectivites locales atteintes de plein fouet par la crise financiere economique des subprimes

Gestion active, crédits structurés, des petits noms romantiques pour des emprunts explosifs. Les collectivités locales - communes, départements, régions - sont engluées dans des emprunts à taux variables, trop variables... suite à la crise des subprimes, les mensualités à rembourser s'envolent. Quand la bonne affaire tourne au fiasco...

crise des subprimes collectivités locales

Des taux variables soumis à des conditions peu lisibles

L'endettement des villes est réputé pour avoir été, jusqu'à présent, parfaitement maîtrisé. Ces dernières années, la faiblesse des taux et une gestion sage étaient les garants de comptes sains et sans surprises. Mais les techniques de gestion ont évolué. "Les marges des banques sur les prêts classiques aux municipalités ont énormément baissé depuis les années 1990. Elles ont donc proposé parallèlement à leur offre traditionnelle des produits indexés voire structurés à plus forte marge : des financements à taux variables construit sur des indices peu lisibles" affirme Olivier Régis (Le Monde), économiste et délégué général de l'association Forum pour la gestion des villes.

Des taux d'emprunts exotiques, basés sur la couronne suédoise ou le taux interbancaire de Varsovie

Les taux variables sont toujours plus avantageux à court terme, mais bien plus risqués que les taux fixes, car ils constituent un pari sur l'avenir. Lorsque les indicateurs servant à fixer le taux décrochent, les remboursements peuvent exploser. Exemple du Conseil général de la Manche, rapporté par Le Monde, qui a contracté un emprunt de 10 millions d'euros auprès du Crédit Agricole pour financer la réfection d'un hôpital. Le taux du prêt est en partie indexé sur le cours de la couronne suédoise. Une crise des subprimes plus tard, le taux a gonflé de 1 point. Sur la totalité de la période, cela représente une jolie somme, d'autant que les remboursements ne manqueront pas de continuer à grimper.

Autre exemple : le conseil communautaire de Chartres Métropole a contracté un prêt de 15 millions d'euros sur vingt ans auprès de Dexia Crédit local, dont l'intérêt des trois premières années est en partie lié au taux interbancaire de Varsovie (Wybor). Certains emprunts indexés sont liés aux parités de change du dollar (USD), du franc suisse (CHF) ou du yen. Comme ce prêt de Dexia Crédit local (29 millions d'euros sur 25 ans), prévoyant textuellement : "2,44 % jusqu'au 1-8-2010 puis 2,44 % si cours USD/yen >= 86, sinon 2,44 % + 27 % ((86/change USD/yen) - 1) jusqu'au 1-8-2027, puis 2,44 %" ! Autant dire que les projections tiennent plus de la boule de Crystal que du boulier chinois du bon "père de famille".

10 milliards d'euros engagés

Selon Les Echos, les collectivités locales auraient exposé plus de 10 milliards d'euros à ce genre de produits dits "structurés", mais cette évaluation reste hypothétique. Les montants globaux des remboursements sont aujourd'hui totalement imprévisibles. Une communauté de communes aurait récemment vu sa dette réaménagée à hauteur de 100%. Très bonne opération pour les prêteurs, qui rendent au passage de plus en difficile l'accès aux prêts à taux fixes.

Et c'est là que la faillite de 1995 du comté d'Orange (Californie) remonte à la surface. Une des plus riches collectivités locales aux Etats-Unis, tout de même ! Depuis cette époque, on sait que les responsables de fonds publics peuvent se révéler, à l'usure, être de piètres gestionnaires. En outre, l'actuelle crise financière a mis en évidence que les banques, aussi, peuvent tomber dans des travers de mauvaise gestion. L'un dans l'autre... l'avenir pourrait bien s'assombrir pour les collectivités locales. Et celles-ci commencent d'ailleurs à attaquer en justice les prêteurs indélicats et cachotiers. Le 27 mars 2008, précisent Les Echos, le tribunal de commerce de Toulouse a annulé des contrats de prêt portant sur 20 millions d'euros au nom du principe de "l'obligation prétorienne d'information et de conseil". En Allemagne des scandales ont éclaté et en Italie, l'Etat envisage de suspendre pendant un an le recours aux produits dérivés.

La bombe à retardement des subprimes pourrait bien faire quelques victimes collatérales non prévues... En attendant, mieux vaut ne pas en parler. La vie est belle...

(Sources : Le Monde du 4 mars 2008, Les Echos du 7 juillet 2008, Marianne du 12 juillet 2008)

 

Mise à jour du 28 juillet (merci à S.) :

Selon un article de l'AGEFI (le quotidien des professionnels de la finance) du 17/07/2008 titré "Les collectivités locales françaises naviguent à vue dans la brume des produits structurés", Fitch Rating évalue à 30-35 milliards d'euros l’encours de produits structurés au sein de la dette des administrations publiques locales françaises. Environ 22 à 25 % d’une dette totale de 137,5 milliards fin 2007. Pour les communes, départements et régions, l’exposition est estimée entre 20 et 25 milliards d’euros. L'article précise aussi que "l’agence s’émeut du manque de rigueur qui semble gouverner à cette emprise de produits financiers toujours plus complexes".

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

DEPENSES...

Citoyens, réveillez-vous !

Participez avec les citoyens et les militants (ps, modem..) à la démocratisation de la vie politique.

Pour changer la classe politique, Pour que les ELUS remplissent leur mission à temps complet...
Les politiques de gauche et de droite :
1/ se moquent des difficultés des français,
2/ cumulent les mandats,
3/ s’octroient des privilèges : régime de retraite, voitures/ appartements de fonction...
4/ gaspillent et font des dépenses inutiles (voir les rapports de la Cour des Comptes et la revue « Capital » de juillet).

STOP aux dépenses inutiles de gauche ou de droite,
STOP aux soirées festives inutiles,
STOP aux politiciens de gauche ou de droite : inconscients des Réels problèmes des français.

Signez la pétition citoyenne sur : http://www.oeuvrer.org

non au cumul des mandats

Je crois que le cumul des mandats fait beaucoup de mal

rejoignez le mouvement
http://desirderevanche.blogspot.com