catastrophe Scénario crise financière économique krach boursier Les doigts dans la crise : des Etats en faillite et le FMI qui s'assèche... les doigts dans la crise des etats en faillite et le fmi s asseche 2455

En France, les collectivités locales souffrent et les banques défaillent, mais l'Etat les renfloue. Aux Etats-Unis, la catastrophe AIG est annoncée et risque de faire très mal. Dans le reste du monde, des Etats se déclarent en faillite, mais le FMI les renfloue. Le roseau plie mais ne rompt pas... encore, car le FMI commence à donner des signes de fatigue. Le pire est-il à redouter ?

Premier épisode de la Saga "les doigts dans la crise", qui résume et met en perspective les évènements les plus récents relatifs à la crise financière.

Scénario catastrophe de la crise financière. Le krach boursier

L'activité économique ralentit

Des entreprises réduisent leur activité, temporairement ou pas. ArcelorMittal, Renault, PSA, Camif, La Redoute, Sanofi, Dim... La CGPME tire la sonnette d'alarme, qui voit les salariés affluer vers l'ANPE pour se déclarer sans activité, ou en passe de l'être. Et Bruxelles annonce une prévision de croissance nulle pour la zone Euro en 2009.

Les collectivités locales en danger

D'un côté, les collectivités locales (villes, départements, régions...) qui assurent 75% de l'investissement public du pays. Elles se sont endettées, ces dernières années, en contractant des prêts "structurés", qu'on qualifie aujourd'hui de "toxiques" ou de "pourris". Claude Bartolone, nouveau Boss du 9-3, a par exemple récemment annoncé que la dette de son département était constituée à 98% de ce type de crédits. En conséquence, il s'attend à ce que les taux d'intérêt explosent dans les prochains mois, mettant en péril les finances du département... De l'autre côté, les banques à l'origine de ces prêts, et en première ligne, Dexia, LA banque spécialisée dans les crédits aux collectivités, en état de quasi-faillite.

Le gouvernement est cerné par les flammes, entre l'incendiaire et l'incendié. Il avait déjà annoncé le déblocage de 5 milliards d'euros pour commencer à combler les déficits abyssaux des collectivités. Il avait déjà annoncé le renflouement de Dexia à hauteur de 3 milliards d'euros, sous forme d'augmentation de capital. Il annonce maintenant (hier) 55 milliards d'euros de garanties pour la banque. Si le pompier tente d'éteindre le feu et sauver ce qui peut encore l'être, il soigne aussi les plaies de l'incendiaire. Ce n'est qu'un début...

Les banques et les assurances soutenues par les Etats

Les banques françaises bénéficient de 10 milliards d'aides publiques d'urgence, tout en vantant la solidité du système bancaire national. Les assureurs ne mouftent pas encore. Axa, pour l'instant, se dit "serein". En Allemagne, Commerzbank, la deuxième banque du pays, va bénéficier d'une aide d'urgence de 8 milliards d'euros, en plus de 15 milliards de garantie. Mais aux Etats-Unis, on atteint un nouvelle étape dans la crise. Les premières giclées d'argent frais s'avèrent largement insuffisantes. Un mois après avoir bénéficié d'un prêt de 120 milliards de dollars de la Fed, l'assureur AIG a déjà englouti le plus gros de la somme et sa situation est toujours critique. Personne ne s'attendait à pareille déconvenue et personne ne comprend. Les montants avancés par les autorités financières deviennent maintenant dérisoires. Les analystes craignent les prochaines estimations, qui pourraient s'avérer totalement intenables.

Des Etats en difficulté

Pour l'instant, les Etats assument le plus gros des pertes, mais jusqu'à quand ? L'Islande est en état de faillite, suivie de près par la Hongrie, membre de l'Union Européenne, l'Ukraine et la Serbie. L'Islande négocie encore, à l'heure actuelle, les conditions de son sauvetage par le FMI et/ou la Russie. La Hongrie vient d'annoncer avoir trouvé un accord avec le FMI, la Banque Mondiale et la BCE. L'Ukraine est temporairement sauvée par un prêt de 13 milliards d'euros du FMI... L'Estonie est en mauvaise posture. Etcétéra.

FMI et banques centrales : les derniers remparts se fissurent

Quand les banques et les assurances flanchent, les Etats les renflouent. Quand les Etats flanchent, les banques centrales et le FMI les aident. Mais si ces derniers remparts s'effondrent ? Dominique Strauss-Kahn a annoncé mercredi que les ressources de son institution, le FMI, "ne suffiront peut-être pas" pour affronter la crise financière. Et hier, Gordon Brown a appelé la Chine et les pays du Golfe à aider le FMI, demandant "des centaines de milliards de dollars en plus des 250 milliards déjà disponibles".

Demander de l'aide à ses pires ennemis... il faut vraiment que ça aille mal. Mais est-ce vraiment raisonnable de le dire ?

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

La guerre à l'horizon?

"Quand les Etats flanchent, les banques centrales et le FMI les aident. Mais si ces derniers remparts s'effondrent ?"

Je pense qu'il ne vaudra alors mieux pas être en première ligne comme actionnaire des banques/assurances: L'état sera obligé de les nationaliser à 100% sans aucun retour (qui serait de toute façon maigre vu les cotations) pour leurs actionnaires n'ayant pas encore récupéré les qq billes pas évaporées.

Pour les épargnants, la situation si leur banque flanche ne sera hélas pas meilleure: Les dépots faisant partie de l'actif des banques etant garantis en cas d'écroulement par un fond de 2 milliards d'€, on voit bien qu'a le diviser par 60 millions de français ça ne fait que 33€ par personne en cas de crise généralisée... et même si seulement 10% des banques étaient touchées (et a peu près la même proportion de français), ça ne ferait encore qu'un peu plus de 300€!

Comme tout le monde sera alors largement floué, il est évident que ça pourrait tourner à la guerre civile bien avant que les états ne puissent eux-mêmes se déclarer la 3ème guerre mondiale, achevant alors les comparaisons avec 1929 puis la 2ème guerre mondiale qui en avait en grande partie résulté.

On a déjà vu les tensions qui ont résulté de la chute de l'Islande: Blocage des actifs côté islandais... et la même chose en réaction des anglais, avec un Gordon Brown quasi martiel dont bcp de citoyens avait des comptes en Islande, vis à vis des actifs Islandais avant que ceux-ci ne décident de faire machine arrère, achevant la fuite des capitaux et leur ruine!

Qu'en sera-t'il si un état avec une puissance militaire significative failli face a d'autres ayant aussi des forces à jeter dans une bataille (ce qui n'était pas le cas de l'Islande qui a du céder pacifiquement)?

Que se passera-t'il si des millions d'épargnants sont ruinés, y compris sur leurs comptes courants et livrets alors qu'ils n'ont jamais joué avec leur argent gagné par la travail?

Si les montagnes d'argent disparues (pas pour tout le monde) ne sont pas saisies avec une entente mondiale afin que ceux qui ont joué le paient logiquement de leur chemise et non de celle des autres, je crois qu'il n'y a vraiment pas a être optimiste: Ce sera la guerre, la seule inconnue étant de savoir laquelle?

Guerre et scénario catastrophe...

Lire : Scénario catastrophe de la crise financière

C'est à ça que vous pensez ?

@micalement

La dernière bulle

Je ne sais plus où j'ai lu cela mais la théorie semble se réaliser. Il semblerait, en effet, que la dernière bulle a éclaté serait celle de la confiance dans les états.