chercheurs japonais conséquences physiologiques stress produit chimique altération réelle ADN Les effets du stress se transmettent (aussi) par les gènes les effets du stress se transmettent par voie hereditaire 10693

L'effet était connu, mais la cause restait mystérieuse : une équipe de chercheurs japonais vient de montrer comment les conséquences physiologiques d'un stress - ou de l'exposition à un produit chimique - se transmettent sur plusieurs générations, sans altération de l'ADN.

Transmission héréditaire non génétique

Nos gènes, qui composent nos chromosomes, constituent des modes d'emploi utilisés par nos cellules pour synthétiser des protéines. Selon leur association - ou non - avec certaines molécules, ils peuvent se présenter sous forme active ou inactive. Environ 97% de nos gènes sont aujourd'hui considérés comme "non codants" ou "dormants".

L'équipe de Shunsuke Ishii, du Riken Tsukuba Institute au Japon, a observé qu'en présence de produits chimiques ou de facteurs de stress environnementaux, les drosophiles réagissaient en activant certains de leurs gènes non codants : une protéine (ATF-2 pour les intimes) se détache de la structure et "libère" le gène. L'ADN n'est pas modifié, mais le gène est devenu actif. Et cette altération se retrouve aussi dans les spermatozoïdes et les ovules, ce qui a pour effet de transmettre la modification aux générations ultérieures.

 

Quand les gènes prennent la mouche...

Concrètement, en chauffant des oeufs de mouches, ou en les trempant dans de l'eau salée, entre autres tortures, les chercheurs ont pu constater que les modifications induites étaient transmises aux rejetons. Mais lorsque les héritiers s'accouplaient avec une génération non stressée, l'altération disparaissait. En exposant deux générations de suite aux stress, les effets se prolongeaient : l'altération a affecté les trois générations suivantes.

Conclusion : l'adaptation à l'environnement se transmet de génération en génération. Sans passer par la case "ADN". L'année dernière, une étude scientifique décrivait le même effet chez la souris, sans toutefois en expliquer le mécanisme. Cette nouvelle trouvaille pourrait donc aussi s'appliquer à l'Homme.

[Sources : cell.com, lesmotsontunsens.com, newscientist.com, digitaljournal.com]

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

quelle decouverte

COMMENT PEUT ON DONNER DES MILLIONS POUR UNE THÉORIE FUMEUSE

comme celui qui a dis que l'on a 1 chance sur un million de se faire mordre par une chauve-sourie enrager repris par un humoriste.

la médecine occidentale tel terrain génétique cette prédisposition peut être congénitale (terrain HLA)ou acquise(mutation chromosomique)
pour l’orient-la maladie témoigne d'un obstacle a la réalisation du chemin de vie.

si je peux me permettre de vous conseiller trois lecture qui je pense vous guiderons vers la guérison ou ne pas engendre une maladie

dis moi ou tu as mal je te dirai pourquoi de Michel ODOUL

et si la maladie n’était pas un hasard docteur Pierre Jean THOMAS-LAMOTTE neurologue

pensez et guérissez Professeur Kurt TEPPERWEIN

vous comprendrez que la plus petite émotion gouverne votre vie jusqu’à engendrer une maladie et que vous possédez tout en vous pour VAINCRE la maladie

blabla

En tout cas vous avez hérité de la science infuse à ce que je vois... c'est congénital ou acquis chez vous??

EPIGENETIQUE

Bonjour,
Pourquoi opposer la "bonne médecine chinoise" à "la mauvaise médecine allopathique"? Tous les gens, et j'en fais partie, qui ont étudié l'acupuncture, en connaissent les limites. Et pourquoi critiquer la recherche scientifique? En quoi une meilleure compréhension de la maladie pourrait elle être toxique?
L'article que vous commentez haineusement établit la réalité d'un phénomène dont on soupçonnait l'existence depuis longtemps (même le Su Wen en fait état): La transmission de facteurs acquis. Il fait également état du problème de l'expression des gènes, dont on ignore encore les modalités. Pourquoi, pour un capital génétique identique, la maladie se déclare-t-elle, ou non (cas des vrais jumeaux, dont un seul développe le syndrome hérité)? Ce n'est pas parce que certains "champions" de la médecine chinoise, comme Giovanni Macciocia, parviennent à retarder l'aggravation de maladies auto-immunes que l'on doit cesser toute recherche dans ce domaine! Pour un patient traité avec succès (mais sans plus), combien de malades qui attendent un médicament allopathique efficace?
Vous allez sans doute m'opposer le fait que les médecines douces agissent à titre préventif, et soignent l'esprit et le corps. Vous prêchez un convaincu. Sauf que ces médecines au demeurant respectables sont impuissantes à traiter les maladies graves une fois qu'elles se sont déclarées. Tout juste permettent-elles d'améliorer un peu le tableau clinique, voire d'aider le patient à mieux supporter les médicaments.
Mais, imaginez que l'on découvre ce qui déclenche la phase pathologique de la mucoviscidose. Que conseillerez vous aux malheureux qui en sont atteints? De benner le médicament et d'aller voir un psychothérapeute?
Et, pour finir, notons le fait que l'acupuncture chinoise a plus progressé au cours des 50 dernières années, qu'entre -220 et 1960. Entre autres, parce qu'elle a adopté une méthodologie à l'occidentale, et a développé une véritable compréhension scientifique des phénomènes. On pourrait dire la même chose de la phytothérapie traditionnelle, ou des méthodes de Qi Gong curatif. A noter d'ailleurs que nombre de techniques occidentales inspirées par ces traditions séculaires n'ont pas effectué cette démarche.
Patrice