banque KBC assurance vie denrées alimentaires spéculation crise alimentaire Les investisseurs spéculent ouvertement sur la famine mondiale. Tant qu'il y a du blé à se faire... les investisseurs speculent ouvertement sur la famine mondiale speculation crise alimentaire

Quand un site Internet parie sur le décès de quelques stars, on parle d'excités, de déjantés et on conclut qu'Internet est un repaire de désaxés dénués de toute morale. Alors quand la première banque belge, KBC, spécule ouvertement sur la famine mondiale, on dit quoi ? ... On ne dit rien. Parce que tout le monde le fait !

La pénurie d'eau, une opportunité...

KBC, la première banque belge, a proposé à ses clients un produit financier pour le moins épicé. Du 4 au 29 mars 2008, il y était en effet possible de souscrire à une assurance vie dont la plaquette de présentation affichait ce slogan : "Tirez avantage de la hausse du prix des denrées alimentaires !". La banque y qualifiait d'"opportunité" la "pénurie d'eau et de terres agricoles exploitables" qui conduisent à "une pénurie de produits alimentaires et une hausse du prix des denrées alimentaires". On aurait pu formuler la chose autrement : "Plus nombreux sont les gens qui périssent de la famine mondiale, plus on se remplit le portefeuille"... Au beau milieu des images d'émeutes de la faim dans le monde entier, ça fait tâche... une assurance vie qui joue avec la mort !

Spéculation crise alimentaire

L'affaire a été révélée par la Libre Belgique le 6 mai 2008. Contactée par le quotidien, la banque défend bec et ongles son produit. Il s'agirait d'un produit comme un autre, et cite notamment  l'aluminium, le pétrole ou l'or. Ensuite, la spéculation ne ferait pas augmenter les cours de ces matières premières alimentaires. "Ces prix se décident ailleurs", se défend un porte-parole de la banque. Et enfin, cette assurance vie permet aux contractants de se prémunir contre une trop grande envolée des tarifs, puisque leur portefeuille augmenterait d'autant.

L'émoi des gouvernants

Mais cette "explication" ne satisfait personne, ni les clients de la banque indisposés par le prospectus, ni la classe politique belge. L'affaire a d'ailleurs été commentée par le chef de l'Eurogroupe en personne, Jean-Claude Juncker : "Faire monter les prix alimentaires pour son propre profit, accepter que la famine et la guerre soient de simples dommages collatéraux, c'est le contraire d'une économie de marché éthiquement fondée. Un comportement pareil est criminel (...) des millions de gens meurent de faim, car le monde ne fonctionne pas comme il faut" a-t-il déclaré à l'AFP samedi 24 mai. Autant dire que les arguments de KBC ne semblent pas l'avoir convaincu.

Spéculer sur la famine, une pratique généralisée ?

Mais finalement... KBC est-elle la seule banque à faire ça ? Sûrement pas. Rappelons-nous que Bloomberg rapportait le 20 août 2007 les conseils avisés de quatre des plus "respectés" investisseurs et conseillers financiers de la planète. Et ce n'est pas triste... Tous recommandaient d'investir massivement dans le secteur des denrées alimentaires, Goldman Sachs en tête. "S'il y a un ralentissement mondial de l'activité, ça n’affectera pas les produits agricoles car les gens continueront de manger (...) L'acier, le fer et le nickel souffriront, mais les gens continueront d'acheter du pain et des pommes de terre", déclarait Sean Corrigan (Diapason Commodities Management, Suisse) en charge d'un portefeuille de 6 milliards de dollars. "Il y a trois milliards d'asiatiques (...) qui ne perdront pas leur appétit à cause d'un problème aux Etats-Unis", affirmait aussi Jim Roggers, ancien associé de George Soros. Pour Marc Faber, les prix des matières premières agricoles étaient relativement "attractifs", citant aussi les perturbations climatiques qui menacent, et qui feraient monter les prix.

Qui s'est plaint à ce moment là, il y a moins d'un an, en août 2007... ? Personne, sauf quelques dangereux activistes gauchisants, des arriérés, peut-être même des nostalgiques de feu l'URSS ! Les complaintes "autorisées", elles, ont commencé à se faire entendre lorsque les images des émeutes de la faim ont montré le bout de leur nez aux JT nationaux... Et Bernard Kouchner n'était pas en reste : "Il faut empêcher la spéculation qui s'abat sur les matières premières alimentaires comme le blé, comme le riz, pour éviter les risques de famine qui touchent les pays les plus pauvres" affirmait-il le 16 avril 2008 au perchoir de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Il a raison Kouchner, "il faut" ! Mais les banques et investisseurs n'ont pas dû être informées de la prescription de notre docteur national. Un oubli sûrement..

 

Sources : lalibre.be, lalibre.be (2), bloomberg.com, lemonde.fr.
Lire aussi : "Crise financière - Crise alimentaire : le cynisme comme philosophie officielle"

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

logique

ils sont bien entrain de spéculer sur "a qui appartient les glaces du pole nord" et reelement en plus :)

pourquoi en sommes nous

pourquoi en sommes nous arrivé là :

http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/science_actualites/sitesactu/question_actu.php?langue=fr&id_article=9644

très intéressant

Bien triste réalité !

Bien triste réalité !

Seculation des investisseurs sur la famine mondiale

Merci pour votre article, je trouve fascinant la cupidite de certains acteurs des marches financiers et des "investisseurs" qui les suivent. Vous citez certains de ces "specialistes" et il suffit seulement de quelques cliks a partir d'internet pour voir que leur gamme de produits financiers indexes sur les cours de la famine et les prix de la guerre est complete! La societe suisse Diapason Commodities Management citee dans votre article est ainsi a l'origine de la creation d'un fonds d'investissement (le "Diamond Circle" - sic) sur les diamants de grosse taille! Ceux-la meme souvent extraits du continent africain (Sierra Leone... diamants du sang...). Il faudra surement plus que quelques films americians ("blood diamond") pour empecher ces societes a s'eniver des malheurs du monde... Mais que des banques nationales soient mellees a ce mouvement est totalement honteux, et ce qu'il s'agisse de KBC ou d'autres (je suis surpris de lire toujours sur internet que UBS et BNP Paribas sont ainsi associe a cette socite Diapason Commodities Management dans cette bourse au sang).
Peut-etre qu'effectivement il est temps que les poilitiques au sein de l'Europe ou ailleurs se reveillent et face entendre la voix de ceux pour qui le ble et le riz sont une necessite de tous les jours, pas un produit financier.

Robert Laville

Alternative ?

Merci pour cet article.
Il est très triste d'apprendre ce que certains sont prêts à faire pour augmenter leurs revenus (je parle des banquiers mais aussi de leurs clients). Il est sain de manifester son désaccord devant de tels actes.

Cependant on parle ici d'un produit financier qui annonce clairement la couleur, qui annonce clairement comment sera investi l'argent. Et les autres produits financiers alors ?

Euh... pour que les plans d'épargne rapportent des bénéfices, il n'y a pas 36 solutions :
en gros les banques investissent dans les sociétés qui vendent des armes ou du pétrole. Bref c'est pas mieux que de spéculer sur la famine, c'est autant inadmissible.

Donc tous ceux d'entre vous qui sont propriétaires de plans d'epargne dans une des grosses banques françaises prêtent leur argent pour ces investissements indignes...
1. sans même le savoir (sauf que maintenant vous le savez).
2. et même si on vous explique que votre épargne est gérée de façon ethique. Vigéo (http://fr.wikipedia.org/wiki/Vigeo), par exemple, certifie sans sourciller que la société Total est éthique, super non? (toutes les banques s'appuient sur les études de Vigéo pour créer leur produits "Epargne Ethique").

Quelle est alors la solution pour faire placer ses petites économies?
Il suffit de rechercher "banque ethique" sur un moteur de recherche...

2 résultats sortent du lot (pour la France) :
La Nef (http://www.lanef.com/index.php)
Le Crédit Cooperatif (http://www.credit-cooperatif.coop/)

Il s'agit d'établissements coopératifs qui investissent l'argent de leurs clients uniquement de façon solidaire et ethique. Visitez leurs sites pour mieux comprendre, c'est beaucoup plus transparent qu'ailleurs.
Bon bah voilà, il vous reste à ouvrir un compte ici ou là et de dire adieu à votre actuel banquier.

Il ne tient qu'à nous de réagir et de changer le monde pour le rendre plus juste, plus solidaire et... moins con !!

c est une honte c est un

c est une honte c est un crime contre l humanite les speculateur de la famine mondiale les paradis fiscaux les comptes numerotes qu ils soient tous maudits!