résultat nouvelle étude bactéries intestinales souris enceintes protection cerveau fœtus développement Les microbes maternels protègent le cerveau des bébés les microbes maternels protegent le cerveau des bebes 15101

C'est le résultat d'une nouvelle étude : les bactéries intestinales de souris enceintes renforcent la protection du cerveau de leur fœtus en cours de développement.

bactéries intestinales - barrière cerveau / sang

Le cerveau est l'organe le plus protégé du corps, grâce à la barrière hémato-encéphalique (BHE) filtrant protéines et toxines contenues dans le sang. Les résultats de l'étude publiée mercredi dans la revue Science Translational Medicine pourront donc en étonner quelques-uns.

Les chercheurs suédo-américains ont comparé le développement de la BHE des fœtus de deux groupes de souris enceintes. Les premières étaient « normales », pourvues de microbes intestinaux classiques. Comme prévu, chez elles, la BHE des fœtus s'est développée rapidement. Dans le deuxième groupe, les femelles étaient dépourvues de germes intestinaux (« nettoyés » aux antibiotiques). Dans leur cas, la BHE des fœtus se comportait comme une passoire. Une perméabilité expliquée par une désorganisation de la structure cellulaire de la barrière, persistant tout au long de la vie des souriceaux. Sauf... lorsque l'on injectait des matières fécales dans leur nourriture. Auquel cas, la porosité de la BHE se réduisait nettement.

Le mécanisme sous-jacent  reste encore inconnu, mais il semblerait que certaines molécules sécrétées par les bactéries soient impliquées.

La souris accouche d'une montagne...

« Il est absolument fascinant de penser que les bactéries intestinales peuvent contrôler la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique », a déclaré le microbiologiste Sarkis Mazmanian. Et, affirme aussi John Cryan, de la chaire d'anatomie et de neurosciences de l'Université de Cork en Irlande, « tout ce qui menace le microbiote intestinal menace l'intégrité de la barrière sang-cerveau », donc l'intégrité du cerveau tout court. Autrement dit, selon Stephen Collins, directeur de recherche à l'Université McMaster en Ontario, « si ces résultats peuvent être extrapolés à l'homme, l'utilisation d'antibiotiques pendant la grossesse pourrait théoriquement avoir un impact sur le développement du cerveau » de l'enfant. Idem pour l'administration d'antibiotiques chez les jeunes bébés.

(A l'attention des femmes enceintes : au cas où... il y a un moyen un peu plus agréable que de manger des matières fécales (ou gober des gelules) pour enrichir sa flore intestinale : le... baiser).

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :