liberté presse sarkozy journalisme protection sources danger Liberté de la presse : le Sarkozysme n'est pas soluble dans le journalisme liberte de la presse sarkozy journalisme democratie liberte presse protection des sources

En France, la liberté de la presse est théoriquement protégée, mais dans les faits, cette protection n'est pas appliquée. Malgré la loi de 1881, et malgré la jurisprudence de la CEDH, la Justice autorise les perquisitions afin de découvrir les sources des journalistes.

sarkozy protection des source

Mai 2007, perquisition judiciaire dans les locaux du Canard Enchainé, dans le cadre de l'affaire Clearstream. Novembre 2007, la justice perquisitionne l'Agence CAPA, dans le cadre de l'enquête française de l'Arche de Zoé. Décembre 2007, Guillaume Dasquié est mis en garde à vue, puis en examen, pour avoir divulgué des informations classifiées. Il devra livrer ses sources. Fin 2007, la Justice obtient les sources d'un journaliste, Hervé Chambonnière, sur réquisition judiciaire. Janvier 2008, Sarkozy porte plainte contre le Nouvel Obs, dans l'affaire du Sms. Février 2008, le Nouvel Obs, encore, est attaqué dans le cadre de l'affaire SocGen. Février 2008, ce sont les locaux de France-Inter qui ont été perquisitionnés, en silence, pendant les grèves du service public, dans l'affaire Jean-Pascal Couraud. Perquisitions au Point, à l'Equipe, au Parisien, à Nice-Matin, à l'AFP...

Or, la liberté de la Presse est la pierre angulaire de la démocratie, et Sarkozy ne semble pas s'inquiéter outre mesure de cette situation. En cause, ses déclarations lors de sa conférence de presse de la rentrée. « Un journaliste digne de ce nom ne donne pas ses sources. Chacun doit le comprendre, chacun doit l’accepter ». Ça partait bien. Sauf que par la suite, il n'a eu de cesse de critiquer les journalistes, de les attaquer, et concrètement, il ne s'émeut guère de constater que la France se fait régulièrement épingler par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, pour non respect de l’article 10 de la CEDH qui prévoit que « toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière ». La CEDH a jugé une affaire portant sur la protection des sources des journalistes, à l'avantage du journaliste incriminé, et le jugement fait jurisprudence (27 mars 1996, Goodwin c./ Royaume-Uni). Pour reprendre un terme du jugement, la presse a un rôle de « chien de garde » de la démocratie.

Nicolas Sarkozy a promis une loi sur la protection des sources pour 2008. Mais la protection des sources est déjà prévue dans les textes en vigueur, notamment ceux de la CEDH ! Sauf que ces textes ne sont pas respectés par ceux qui sont censés les faire appliquer. De plus, cette loi, déjà promise depuis plusieurs années, créerait, aux dernières nouvelles, une grosse brèche pour des "cas graves". "Cas grave", motif déjà évoqué et utilisé pour la non-publication des bans de son mariage. Si être président de la république est "un cas grave", alors cette loi ne devrait pas s'appliquer à lui ? L'affaire du Sms, l'affaire Dasquié, ..., il ne fait aucun doute que ces affaires seraient considérées comme des cas graves par Nicolas Sarkozy.

Mais la presse, finalement... on s'en fout ?

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Presse

Hormis le Canard Enchaîné, elle a des sources, la journaille ? C'est nouveau...