Loi OGM rejetée assemblée sarkozy virera copé Loi OGM retoquée, Sarkozy touché, Copé coulé... ou pas. loi ogm retoquee sarkozy touche cope coule ou pas chassaigne

Mardi, la loi sur les OGM était rejetée. Malaise dans la majorité. Fureur au gouvernement et à l'Elysée. "On va tous vous trancher la gorge" a lancé un ministre à un proche de Copé, dans les couloirs de l'Assemblée Nationale. Ambiance.

loi OGM rejetee assemblee nationale

Jean-François Copé est vilipendé. Il le sait et il le dit : "Il va falloir qu'on tire les conséquences de tout cela et que l'on revoie notre organisation" a-t-il admis rapidement. Le gouvernement n'en revient toujours pas. L'Elysée fulmine "Je ne comprends pas comment le groupe n'a pas réussi à rameuter un ou deux députés de plus ! On savait que ce texte était compliqué", s'agace un proche du président au Parisien. "On va tous vous trancher la gorge" a lancé un ministre à un proche de Copé, petite phrase rapportée par le Figaro. C'est beau la démocratie.

D'autant plus énervant que cet épisode vient conclure un épisode douloureux pour la majorité, l'affaire de l'amendement 252. D'autant plus gênant que Sarkozy s'était lui-même fortement impliqué dans les débats pour ramener le calme dans sa majorité. D'autant plus rageant que l'UMP était en majorité sur les bancs de l'Assemblée, au moment du vote. Mais deux abstentions de députés de la majorité ont fait déraillé la machine. La motion de procédure a été votée, le texte est considéré comme n'étant pas mature.

Copé le multi-cumulard... député-maire de Meaux, chef du groupe parlementaire UMP, responsable de la commission de suppression de la publicité sur les chaînes de télévision publique et avocat dans un grand cabinet d'affaire (à tiers temps). Travailler plus pour foirer plus... ? On n'en est pas loin ! Mais Copé est-il roussi ? Pas si sûr... Une étrange scène s'est jouée mercredi, sur les bancs de l'Assemblée. Les députés ont ovationné leur chef de groupe, alors qu'il s'adressait à François Fillon, lequel a aussi eu son heure de gloire. Comme si les députés de la majorité soutenaient leur chef à l'encontre des aboiements et des menaces venues du ciel... comme si, finalement, les députés de la majorité n'étaient pas mécontents du résultat du voter. Bizarre... ?

Maintenant s'engage la bataille de l'interprétation des textes, que faut-il faire dans ces cas-là ? La gauche annonce que la Constitution et le règlement de l'Assemblée imposent la réécriture d'un nouveau projet de loi. La droite annonce qu'elle transmet le texte à une commission mixte paritaire (7 députés, 7 sénateurs). Passage en force ? Non, non... un simple "accident industriel" selon Copé... La démocratie suit son chemin. Ayons confiance...

 

Mise à jour de 10h40 : ajout de la vidéo suivante...

 

 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :