Comité Sages MEDEF Le MEDEF célèbre son Comité (invisible) des Sages, show devant... medef comite des sages moraliser remunerations dirigeants 4368

In extremis. Le 30 mars, à quelques heures de l'expiration du 999ème ultimatum adressé par le gouvernement, le MEDEF a annoncé la création d'un "Comité des Sages". A contrecoeur et sans grand intérêt. Pas aux vieux Sages qu'on apprend à faire la grimace...

MEDEF - Parisot - Comité des Sages

Fin mars, le gouvernement avait laissé jusqu'à fin avril au Medef pour mettre en place un "comité des sages" qui devrait veiller à ce que les dirigeants d'entreprises (non aidées dans le cadre du plan de relance) "mettant en oeuvre un plan social d'ampleur ou recourant massivement au chômage partiel reconsidèrent l'ensemble de leurs rémunérations". Cette annonce a été faite par François Fillon, lors de la présentation de son décret (poisson d'avril) encadrant les rémunérations des dirigeants des entreprises aidées.

Ethique - pathétique

Fin avril donc... le MEDEF s'est donc exécuté. Le 30 avril, exactement, à quelques heures de l'expiration de l'ultimatum lancé par le gouvernement, l'organisation patronale a publié un communiqué de sept phrases par lequel elle annonce la création de ce comité des sages. L'objectif de cette entité est, comme prévu, de "contribuer à la bonne application des principes de mesure, d'équilibre et de cohérence des rémunérations des dirigeants mandataires sociaux en cas de recours massif au chômage partiel ou de plans sociaux d'ampleur". Difficile de faire plus précis.

Comité invisible

Claude Bébéar (CB) en sera le président. Pour le reste, on verra plus tard. Du coup, transparence oblige, CB Ier a communiqué le montant du pactole accumulé au fil des années : 106 millions d'euros + 3,34 millions de stock-options d'Axa non encore exercées + 438.000 euros de retraite annuelle Axa + 360.000 euros de jetons de présence annuels en sa qualité d'administrateur des Mutuelles Axa, de BNP Paribas, de Vivendi et de censeur de Schneider Electric. Le Canard Enchainé du jour annonce, pour sa part, qu'en vingt années, CB "a pu accumuler une fortune de plus de 1 milliard d'euros". Un record, selon le plumipède.  Notons que le grand Sage conserve ses mandats, ce qui pourra l'amener à être juge et partie. Un détail...

Ce comité devra être "saisi par les conseils d'administration ou de surveillance, les comités de rémunération et les assemblées générales des entreprises qui ont adhéré au code Afep-Medef". Ses "avis" seront consultatifs et ne seront pas automatiquement divulgués. Et si une entreprise ne respecte pas ses recommandations ? La sanction pourrait être terrible... le Comité se réservant alors "la possibilité de communiquer sur ses avis s'il estime qu'il n'en a pas été rendu compte de manière appropriée". Ça va saigner...

Les accusés à la présidence du tribunal

C'est la énième fois que le gouvernement s'en réfère au MEDEF pour saupoudrer quelques paillettes de "morale" dans le monde des affaires. Mais depuis une dizaine d'année, chaque tentative est sanctionnée par un échec total. Et comment pourrait-il en être autrement cette fois-ci ? Puisque ce Comité des Sages devrait être uniquement constitué de dirigeants d'entreprise... plutôt bien lotis, à l'instar de son Sage président. Les accusés sont à la présidence du tribunal. Ce système "ne marche pas", constataient récemment les ténors de la majorité, Eric Woerth en tête. Même le MEDEF le reconnaissait, fin mars, avouant n'avoir "pas les moyens, ni même le désir d'imposer quelque chose" en matière de rémunération patronale.

The show must go on...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

l'avenir de l'Homme...

ah.. apres Laurence PARISOT on a le droit aussi a Sophie de Menton et son mouvement Ethic.. perso je le trouve en toc son Ethic. Mais bon elle a donné a sa demission au comité des Sage du MEDEF car :
"le Comité Ethique du MEDEF ne met pas
suffisamment au coeur de ses préoccupations les enjeux de société qui se jouent
actuellement, en particulier sur les écarts de rémunérations."

Donc l'Ethic est sauf... qui peut!!