200000 morts effets secondaires 79 milliards euros lettre ouverte premier ministre The Lancet animaux laboratoire Médicaments : les effets secondaires tuent 197 000 Européens tous les ans medicaments les effets secondaires tuent 197 000 europeens tous les ans 10674

... pour un coût de 79 milliards d'euros. Plusieurs scientifiques britanniques ont récemment adressé une lettre ouverte à leur premier ministre, publiée par The Lancet ; ils exhortent le gouvernement à réévaluer la pertinence des tests sur des animaux de laboratoires pour valider la sécurité des médicaments.

Médicaments animaux de laboratoires

Morceaux choisis :

"Les effets indésirables [des médicaments] ont atteint des proportions épidémiques et augmentent deux fois plus vite que le nombre de prescriptions. La Commission européenne a estimé en 2008 que les effets indésirables tuent 197 000 citoyens de l'UE chaque année, pour un coût de 79 milliards d'euros".

...

"Il devient de plus en plus évident que l'un des principaux problèmes est la trop grande confiance de l'industrie pharmaceutique dans l'utilisation d'animaux pour prédire l'effet des médicaments sur l'homme. Les différences flagrantes qui existent entre différents espèces animales, non seulement dans la nature de leurs maladies mais aussi dans leurs réactions aux médicaments, sont maintenant bien connues. Plusieurs études ont montré que les résultats de tests sur des animaux ne s'appliquent pas à l'être humain ; l'estimation de prédictions fiables étant comprise entre 37 et 50%, pas mieux qu'un tirage à pile ou face".

...

"Notre confiance dans les tests sur les animaux entraine l'exposition de volontaires ou de patients à des traitements qui sont au mieux inefficaces, au pire dangereux. Prenez par exemple le fameux essai clinique de Northwick Park sur le médicament TGN1412, qui a envoyé six jeunes hommes en soins intensifs en 2006. Ce médicament avait été validé chez les singes à des doses 500 fois plus élevées que celles qui ont manqué d'être fatales aux volontaires. Peu de temps après, un test basé sur des cellules humaines a été développé. Si ce test avait été utilisé avant, l'essai clinique n'aurait jamais eu lieu".

...

"Le gouvernement estime actuellement qu'il n'existe pas de preuve scientifique que les systèmes basés sur la biologie humaine soient plus efficaces. Nous en convenons, puisqu'aucune étude n'a été encore été menée sur le sujet".

...

"Nous vous demandons d'agir maintenant pour s'assurer que les meilleures technologies actuellement disponibles sont utilisées pour établir l'innocuité des médicaments pour les patients".

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

médicaments tueurs

Bonjour,
Les médicaments tuent? Normal. Tout d'abord, on en prend beaucoup trop, car les médecins en prescrivent trop, sans doute dans le but de paraître crédibles, à moins que ça ne soit pour des raisons encore plus sordides.
Pour ce qui est de l'efficacité et de la non toxicité, on fait confiance aux laboratoires, aux tests cliniques réalisés par des médecins payés par les laboratoires, et aux contrôles opérés par des experts également payés par des laboratoires. Sans commentaire.
Le plus étonnant est le fait qu'il n'existe pas, sauf rares exceptions, d'études épidémiologiques destinées à contrôler l'efficacité et l’innocuité à long terme des molécules commercialisées. Ça serait pourtant facile, puisque le traitement informatisé des prescriptions existe déjà. Il suffirait de recenser les maladies postérieures à la prise de tel médicament, et de relever les anomalies statistiques.
A noter le fait que, même sans infos additionnelles, une telle analyse permettrait sans doute de relever très rapidement nombre de contre indications, permettrait d'éliminer les molécules dangereuses et enfin, aiderait la sécu à faire le tri entre produits efficaces et placebos.
Certes, ces études épidémiologiques coûteraient cher, mais elles déboucheraient sur des économies considérables pour la sécu. Elles pourraient également mettre en lumière les toxicités à très long terme, et les toxicités croisées, liées à la prise simultanée de deux molécules incompatibles.
Dans tous les cas, je pense qu'une cure d'amaigrissement des prescriptions améliorerait la santé des patients, ainsi que celle des finances de la sécu.
Exemple: Les anti dépresseurs sont-ils utiles? Ne seraient ils pas cause, et non: traitement, de la dépression? Quelle est leur toxicité pour le foie? Combien de patients se suicident-ils à cause, ou à l'aide de ces prétendus médicaments?
Il va sans dire que, tant que les labos arroseront les partis politiques, de tels contrôles seront difficiles à mettre en place, quand bien même ils seraient probablement extrêmement rentables pour l'état.
Dernier point: Comment se fait il qu'un médicament interdit en Suisse il y a trente ans n'ait été retiré en France qu'en 2009? Est il vraiment nécessaire de multiplier les études sur le même sujet, alors que le travail a déjà été fait?
Patrice

Bonjour, Merci patrice pour

Bonjour,

Merci patrice pour ton commentaire très intéressant à lire, tout comme l'article