Jean-Pascal Beaufret 1.5 million euros 9 mois Natixis Natixis : 1,5 million d'euros pour 9 mois de travail, Beaufret tous frais payés natixis 1 5 million euros 9 mois travail beaufret tous frais payes 4050

De février à novembre 2008, Jean-Pascal Beaufret aura - n'en doutons pas - été d'une efficacité exemplaire. Malgré les 2,8 milliards de pertes de sa petite entreprise, Natixis, il touche 1,5 million d'euros pour un passage éclair qui aura duré 9 mois. Une gestation sacrément féconde...

Scandale Beaufret - Natixis

Libération a mis le nez dans le rapport annuel de Natixis, publié hier. Et les découvertes du quotidien sont intéressantes...

14 février 2008, Jean-Pascal Beaufret, ancien directeur financier d'Alcatel viré par le triste Serge Tchuruk, est recasé chez Natixis comme membre du directoire. Il aurait été embauché par Dominique Ferrero, président dudit directoire, avec lequel il a fréquenté différents cabinets ministériels de la gauche, dans les années 80.

Beaufret n'a alors aucune expérience dans le domaine de la banque d'investissement. Et "ses passages dans le monde bancaire n'ont pas laissé un souvenir impérissable dans les années 90" précise Libé. En plus d'un salaire annuel négocié à 500 000 euros, Natixis lui accorde une première prime du même montant dès son arrivée : 500 000 euros sonnants... mais surtout trébuchants.

Novembre 2008, 2,8 milliards d'euros plus tard, du montant des pertes de sa petite entreprise qui connait la crise, deux actionnaires lésés par la gestion catastrophique de la banque obtiennent la tête du nouvel arrivant. Beaufret bénéficiera tout de même d'un préavis de six mois et d'une nouvelle prime de départ... "pour préjudice" ! Et hHop, à nouveau 500 000 euros, un chiffre fétiche semble-t-il. Au final, ses revenus s'élèvent à 1,5 millions d'euros pour 9 mois d'activité et une incompétence reconnue par la direction. Un nouveau meilleur job du monde ?

NB : Petit joueur, ce Beaufret, au regard des 19 millions de dollars pour seulement 18 jours de boulot d'Alan Fishman, ex-PDG de Washington Mutual.

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Les pendaisons en place

Les pendaisons en place publique, ca existe plus ? Dommage.

ou décapitations hein, on est pas bégueules

vivement leurs retours.

Ooooooohhhhhh !

Et Pérol n'était pas au courant peut-être ? D'autant que me semble t il ses émoluments ont été fixés à 500.000 euros par an (sans bonus, sans golden, sant stock options...). Espérons qu'un jour ces patrons politiques verront leurs salaires bloqués à 500.000 comme Obama l'a fait aux US.