gouvernement renonce plafonner niches fiscales Les niches fiscales au panier niches fiscales panier 5291

Depuis 2004, Nicolas Sarkozy le promet, "les niches fiscales inutiles ou injustes seront soit supprimées soit réformées". Puis plus rien, ou presque. En juin 2009, le dossier refait surface mais - Ô surprise - le gouvernement vient de faire marche arrière... au motif que réduire les exonérations reviendrait à augmenter la fiscalité ! Quelle perspicacité...

Niches fiscales : le gouvernement français renonce

En mai 2004, comme le rappelle l'Expansion, le ministre de l'Économie Nicolas Sarkozy tonne contre les niches fiscales "inutiles ou injustes" qui doivent  être "supprimées" ou "réformées". Mais il quittera finalement Bercy, en novembre 2004, sans y avoir touché. En juin 2007, rebelote. Tout juste élu, et pour faire contrepoids au bouclier fiscal, il déclare à nouveau vouloir "nettoyer les niches fiscales, qui rendent notre système opaque et inégalitaire". On allait voir ce qu'on allait voir...

"Niche après niche"...

En avril 2008, au perchoir de l'Assemblée Nationale, Christine Lagarde concédait itou qu'il "n'est pas juste qu'un certain nombre de contribuables profitent de niches fiscales pour s'exonérer de l'impôt". Et la ministre de l'Economie de promettre d'"examiner niche après niche [...] pour qu'il n'y ait pas d'abus". Du boulot en perspective, car les quelques 486 niches fiscales recensées représentent un coût cumulé de 73 milliards d'euros, soit plus du quart des recettes fiscales nettes ! Les 1000 contribuables les plus malins bénéficient ainsi de 296 millions d'euros d'exonérations. Et, en 2007, plus de 7000 foyers aisés ont échappé à l'impôt sur le revenu, bien que déclarant plus de 97 500 euros de revenus annuels. Résultat des courses : début mai, Christine Lagarde proposait royalement de plafonner... cinq de ces niches, une mesure qui permettrait à l'Etat d'économiser quelques dizaines de millions d'euros. Retour à la case départ.

Une révélation !

En juin 2009, la cavalerie revient à la charge. "Bercy étudie les niches fiscales à la loupe" trompette Le Figaro, sans l'ombre d'un doute. Mais mercredi, c'est aux députés de la majorité Gilles Carrez et Pierre Méhaignerie qu'est revenu l'insigne honneur d'annoncer que la loupe s'est brisée, tel un vulgaire iPhone. Deux raisons sont avancées : Et d'une, le bilan du précédent plafonnement n'a pas encore été tiré. Défense de rire. Et de deux, "avec le débat sur la taxe carbone, il fallait éviter de prêter le flanc à la critique d'une droite alourdissant la fiscalité", a déclaré Pierre Méhaignerie. Deux mois pour réaliser que le plafonnement des niches fiscales alourdirait la fiscalité... Difficile de faire plus efficace !

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

A la niche !

Il faut apprendre à régner dans le plafond. Edgard Faure a cassé sa pipe, la cabane est sur le chien...
Pour nous, ce sera une tente "Sherpa".
A la niche, ou dans le canal avec une pierre au cou !!!