mauvaises pratiques industries agroalimentaires cancer côlon Australie céréales OGM OGM / Cancer : inoculer la peste pour lutter contre le choléra ? ogm cancer inoculer la peste pour lutter contre le cholera 11487

Les mauvaises pratiques des industries agroalimentaires nous refilent le cancer du côlon ? Pas grave, les Australiens viennent de trouver la parade : des céréales OGM dont les composants bénéfiques résisteraient aux mauvais traitements des pros de la malbouffe.

Maïs céréales OGM

C'est aux journalistes d'AdelaideNow que le docteur David Topping, directeur de recherche du CSIRO (l'organisme gouvernemental australien chargé de la recherche scientifique et industrielle), a révélé l'ultime secret :

L'industrie agroalimentaire a "supprimé [de notre nourriture] ce que nous appelons les fibres solubles et l'amidon résistant" a-t-il expliqué. Or, les bactéries de notre organisme (nous en recelons plus que nous ne possédons de cellules) "métabolisent ces fibres, produisant ensuite des composés qui favorisent la santé de l'intestin, du foie et indirectement de l'ensemble du corps". Et pas qu'un peu ; selon David Topping, sur les 4 500 décès annuels d'Australiens victimes du cancer du côlon (environ 20 000 en France), jusqu'à 80% seraient évitables ! Sans compter les autres pathologies engendrées. Et tout cela, précise-t-il, uniquement parce que les scientifiques et l'industrie agroalimentaire se sont fourvoyés depuis des décennies à multiplier les process appauvrissant la qualité nutritive des aliments.

Tant qu'il y a du blé à se faire...

"Bah quoi, 'suffit d'arrêter de raffiner les céréales", pensez-vous, sourcils froncés... Pauvres mécréants que vous êtes, vous ne comprenez rien à la Science. Notre doc de choc, lui, détient le remède imparable : les OGM ! Et oui, il fallait y penser. Des céréales OGM dont les fibres et l'amidon résisteraient aux mauvais traitements infligés par l'industrie agroalimentaire. Et David Topping ne parle pas dans le vide : les plantes miraculeuses sont déjà en train de pousser dans les champs, et les produits (pains, pates, céréales...) seront commercialisables d'ici "deux à trois ans". Pour les industriels, la moisson sera bonne...

Mélanger le bon grain et l'ivraie

Le hic, comme l'a relevé Greenpeace, qui veille au grain, c'est que l'innocuité de cette techno n'a pas encore été testée. Nul ne peut donc dire si les nouvelles graines sont toxiques, allergisantes ou inoffensives pour l'être humain... et pourtant, elles se baladent déjà en liberté, au risque de prendre la clé des champs (comme ça arrive un peu partout) et de contaminer irrémédiablement l'île-continent. Pire, d'après les déclarations des divers acteurs gouvernementaux ou industriels, il semblerait que le CSIRO n'ait pas du tout l'intention de rechercher d'éventuels effets néfastes de ce blé OGM. Ils se contenteraient simplement de vérifier que la nouvelle variété est conforme à ce qui a été déclaré... On nous roulerait encore dans la farine ?

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Oui, c'est un peu comme les

Oui, c'est un peu comme les médicaments qu'on prend pour combattre les effets secondaires des médicaments qu'on prend et qui ne servent à rien...