victimes prisons Petites histoires de prison... petites histoires de prison 5667

A l’heure où se joue le grand loto pénitentiaire des petites lois votées entre amis, des hommes continuent de mourir ou de crier en vain à l’aide, dans l’opacité des brumes pénitentiaires.

Loïc Delière fait partie de ceux là. Il y a deux jours, il a été jeté à l’isolement, coincé sous le mitard, avec pour tout vêtement un caleçon et comme pitance un repas qui lui est servi sans couvert. Comme on donnerait la gamelle à un chien. Jeté dans une cellule dont il a dû lessiver les murs tachés de sang et des matières non identifiables qui s’y trouvaient, pour espérer pouvoir y dormir. Une cellule flanquée d’un parquet éventré auquel il manque une latte sur deux dans cette vieille abbaye, anciennement baptisée « le cimetière des durs ». Tout un programme !


 [Lire l'article complet sur bakchich.info]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :